Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Accélérer les progrès en matière de réduction des émissions de carbone permettrait de sauver des millions de vies, principalement dans les zones métropolitaines d'Afrique et d'Asie.
 
Pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré Celsius, le monde devrait réduire en ce siècle la majorité des émissions de carbone liées aux combustibles fossiles - et comme cela réduirait également la pollution atmosphérique au niveau local, cela contribuerait à prévenir 150 millions de morts prématurées, selon un article publié dans la revue Nature Climate Change.
 
Les chercheurs ont découvert que la réduction des émissions de dioxyde de carbone de 180 gigatonnes - le niveau nécessaire pour atteindre l'objectif de 1,5 degré ou maintenir le réchauffement climatique à 2 degrés sans émissions négatives - impliquerait le passage à un système énergétique largement renouvelable.
 
Selon l'étude, réaliser ce changement au plus tôt permettrait de sauver environ 90 millions de vies d'ici à 2100, en raison de la réduction de l'exposition aux particules fines. Soixante millions de morts supplémentaires pourraient être évitées, en raison de la réduction des niveaux de pollution de la couche d'ozone.

Les avantages pour la santé publique des politiques à très bas carbone sont énormes.

Drew Shindell, Duke University

"Les avantages pour la santé publique des politiques à très faible teneur en carbone sont énormes", affirme Drew Shindell, chercheur en climatologie à l'Université Duke en Caroline du Nord, aux États-Unis, et coauteur du document.
 
L'année dernière a connu la première augmentation des émissions mondiales de CO2 en quatre ans, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les gouvernements pour qu'ils atteignent leurs objectifs de réduction des émissions.
 
Alors que les pays industrialisés restent de loin les plus grands émetteurs, les chercheurs soulignent que les pays en développement évitent de leur emboîter le pas.
 
"Les pays en développement contrôlent en grande partie leur propre sort en matière de pollution de l'air", explique Drew Shindell. "Ils devraient faire de grands changements pour renoncer aux combustibles fossiles, mais s'ils le faisaient, ils en récolteraient d'énormes bénéfices au plan local, grâce à la qualité de l'air.
 
Parce que leurs niveaux de pollution sont déjà élevés, l'Indonésie, la Chine et le Nigeria devraient bénéficier le plus de l'accélération des réductions d'émissions. Les chercheurs estiment en outre que les grands centres urbains, tels que le Caire en Egypte, verraient également des améliorations significatives dans les taux de mortalité dus à la pollution.
 
La première échéance pour les objectifs mondiaux de réduction des émissions, telle que définie par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, est 2030 - à cette date de nombreux pays sont censés disposer d'une importante capacité en matière d'énergie renouvelable.
 
Mais avec des financements insuffisants, les réductions d'émissions espérées - ainsi que la baisse des décès dus à la pollution - pourraient ne pas se produire, déclare Neill Bird, chercheur principal à l'Overseas Development Institute, basé au Royaume-Uni. "Un manque d'investissement pourrait amener les pays à se rapprocher d'une voie habituelle", ajoute-t-il.
 
De nombreux pays en développement ont du mal à financer des projets d'énergie renouvelable. Une étude distincte prévient que les pays du Global Green Growth Institute, un club de nations ayant des objectifs volontaristes en matière d'énergie renouvelable, ont besoin d'au moins 260 milliards de dollars d'investissements supplémentaires pour atteindre leurs objectifs.
 
Publiée dans Energy Policy, l'étude a montré qu'avec des investissements adéquats, les pays du GGGI tels que l'Ouganda, le Mexique, les Philippines et le Sénégal pourraient couvrir jusqu'à 30% de leurs besoins en énergie d'ici à 2030. Mais le coût initial élevé de l'installation d'infrastructures de production d’énergie renouvelable est un obstacle.
 
Dereje Senshaw, un chercheur du GGGI basé en Corée et co-auteur de l'étude, dit que la meilleure façon de trouver de l'argent passe par une combinaison de fonds nationaux et internationaux. "Les pays en développement ne devraient pas seulement attendre une aide financière internationale", a-t-il déclaré à SciDev.Net. "Ils devraient développer leurs propres modèles économiques pour les énergies renouvelables et créer des conditions de marché favorables afin d'attirer les investissements privés."
 
Neill Bird affirme que les pays à revenu intermédiaire devraient cibler l'investissement étranger direct pour leurs projets, tout en soulignant que les pays les plus pauvres devront probablement compter sur des fonds publics internationaux, tels que l'aide, pour augmenter leur capacité en matière d'énergie renouvelable.