Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[ACCRA] Les petits exploitants ghanéens pourraient avoir accès d'ici la fin de l'année à de nouvelles variétés de niébé résistant aux maladies, arrivant tôt à maturité et améliorant les rendements d'ici la fin de l'année, a déclaré un expert qui a mis au point ces variétés. 
 
Selon les chercheurs, le niébé est une source majeure de protéines végétales dans l’alimentation des Ghanéens, mais il subit des pertes de rendement pouvant aller jusqu’à 100%, du fait du stress induit par la sécheresse, les virus et le Striga gesnerioides, également appelé "herbe des sorcières".
 
Les exemples de recettes ghanéennes à base de niébé comprennent le tubaani (pouding à la vapeur de niébé) et le waakye, l'équivalent du "atassi" béninois ou du "ayimolou" togolais, sorte de mélange de riz et de niébé, cuits ensemble. 

“Ces nouvelles variétés de niébé soutiendront l’industrie et serviront de base à la poursuite de la sélection et de l’amélioration future de la culture.”

Aaron Asare, Université de Cape Coast, Ghana

"Les trois variétés de niébé nouvellement développées présentant des traits résistant à toutes les races connues d'herbe des sorcières en Afrique de l'Ouest étaient les premières à avoir été signalées", déclare Aaron Asare, l'investigateur principal du projet qui a permis de mettre au point les nouvelles variétés.
 
"Ces nouvelles variétés de niébé soutiendront l’industrie et serviront de base à la poursuite de la sélection et de l’amélioration de la culture."
 
"Les semences de niébé peuvent être initialement distribuées gratuitement aux agriculteurs si elles sont financées et, par la suite, des semences certifiées seront produites par des entreprises semencières que les agriculteurs pourront acheter aux magasins d’agroalimentaire et au ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture du Ghana."
 
Les nouvelles variétés ont besoin de huit semaines pour arriver à maturité, ont un potentiel de rendement de près de quatre tonnes par hectare, contrairement aux rendements actuels avec de trois tonnes par potentiel, et sont très tolérantes à la sécheresse, à la rouille et à plusieurs virus qui attaquent le niébé, notamment le virus de la moelle sévère et la mosaïque du concombre.
 
Les nouvelles variétés de niébé sont soumises à l’approbation du ministère ghanéen de l’alimentation et de l’agriculture, sur recommandation du comité national de diffusion et d’enregistrement des variétés, a ajouté Aaron Asare, qui dirige le département de biologie moléculaire et de biotechnologie de l’Université de Cape Coast au Ghana.
 
Lors d'un atelier d'inspection qui s'est tenu à l'Université de Cape Coast, le mois dernier (18 septembre), Aaron Asare a déclaré à SciDev.Net que l'évaluation et la sélection des variétés de niébé impliquait des activités participatives des agriculteurs et des consommateurs.
 
Le projet, qui a débuté en avril 2016 et se terminera en avril 2019, compte parmi ses partenaires le Conseil de la recherche scientifique et industrielle du Ghana et l’Université de Virginie, basée aux États-Unis.
 
Les nouvelles variétés de niébé ont été développées selon des techniques de sélection classiques faisant appel à des croisements génétiques de donneurs parentaux résistant à l'herbe des sorcières et de parents receveurs.
 
Michael Timko, professeur de biologie et de santé publique à l'Université de Virginie, déclare que la sélection de variétés améliorées de niébé résistant aux maladies et aux parasites et capables de faire face aux changements climatiques garantit la sécurité alimentaire future des populations de l'Afrique subsaharienne.
 
"La vie et les moyens de subsistance des petits exploitants dépendent de leur capacité à produire du niébé à des fins alimentaires, fourragères et économiques. Il est donc essentiel de disposer de variétés améliorées", explique-t-il. Richard Akromah, professeur agrégé de phytotechnie et de sélection des plantes à l’Université ghanéenne des sciences et de la technologie Kwame Nkrumah, explique à SciDev.Net que les variétés peuvent bénéficier aux petits agriculteurs qui ne peuvent pas se permettre l’irrigation et dépendent donc de l’agriculture pluviale.
 
"Pendant les essais, alors que d'autres variétés échouaient, en raison de précipitations irrégulières, les nouvelles variétés obtenaient de meilleurs résultats, ce qui profiterait à l'Afrique subsaharienne en raison de conditions écologiques similaires", explique Richard Akromah, membre du National Varietal Release Committee du Ghana.