Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Selon le Centre international pour l'agriculture biosaline (ICBA), environ 1,7 milliard de personnes vivent dans des environnements marginaux - des zones où le sol est pauvre et où la terre n'a que peu ou pas de valeur agricole. Ces régions du monde sont extrêmement vulnérables au changement climatique, à la rareté de l'eau et à la salinité.
 
Dans le but d'explorer les solutions scientifiques disponibles pour relever ces défis, l'ICBA organise son premier Forum mondial sur les innovations pour les environnements marginaux (Global Forum on Innovations for Marginal Environments (GFIME) à Dubaï, du 20 au 21 novembre.
 
L'événement réunira un public de 250 décideurs politiques, décideurs et scientifiques influents du monde entier, qui se pencheront sur l'énorme impact de la salinisation des sols et de l'eau et du changement climatique sur les écosystèmes, la productivité agricole, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire dans le monde.

La diversité des cultures est la clé pour relever les défis à venir dans les environnements marginaux, en particulier compte tenu de l'impact du changement climatique, qui aura l’impact le plus dur sur les environnements marginaux.

Ismahane Elouafi, directrice générale, Centre international de l'agriculture biosaline (ICBA)

Dans une interview avec SciDev.Net, la directrice générale de l'ICBA, Ismahane Elouafi, explique comment le forum vise à façonner les politiques et les projets et à définir les progrès accomplis vers la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) de l'éradication de la pauvreté et de la faim sur ces terres marginales.
 

Quels sont les principaux objectifs de l'ICBA ?

Soutenu par le gouvernement des Émirats arabes unis (EAU) et la Banque islamique de développement, l'ICBA est un centre de recherche agronomique appliquée unique axé sur les zones marginales. Il identifie, teste et introduit des cultures et des technologies respectueuses du climat et économes en ressources qui conviennent le mieux aux différentes régions touchées par la salinité, la rareté de l'eau et la sécheresse.
 
Par son travail, l’ICBA contribue à améliorer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de certaines des communautés rurales les plus pauvres du monde. Ses objectifs stratégiques sont de promouvoir la gestion durable des ressources naturelles, de fournir des solutions au changement climatique, d’améliorer les chaînes de valeur agricoles et de faire progresser les technologies agroalimentaires durables pour l'alimentation humaine et animale et les biocarburants.

Pourriez-vous nous donner des exemples de projets locaux et de recherches communes mises en œuvre par le biais de l'ICBA ?

Nos scientifiques travaillent sur un certain nombre de technologies, notamment l'utilisation de l’eau conventionnelle et non conventionnelle, telle que la solution saline, les eaux usées traitées, les eaux industrielles, le drainage agricole et l'eau de mer. Ils se concentrent également sur les technologies de gestion de l'eau et des terres, la télédétection et la modélisation pour l'adaptation au changement climatique.
 
La diversité des cultures est la clé pour la résolution des défis à venir dans les environnements marginaux, en particulier compte tenu de l'impact du changement climatique, qui va le plus durement toucher les environnements marginaux. Le centre s'emploie à identifier et à introduire de nouvelles variétés de cultures résilientes au climat, tolérantes au sel et économes en eau, capables de survivre dans des environnements marginaux, notamment le quinoa, le sorgho et le mil.
 
Depuis 2006, l’ICBA a mis en place un programme de recherche mondial sur le quinoa, qui a permis d’identifier cinq lignées de quinoa à haut rendement. Ce programme est en cours aux Émirats arabes unis, au Maroc, au Yémen, en Égypte, en Jordanie, à Oman, en Ouzbékistan, au Tadjikistan et au Kirghizistan.
 

Le GFIME débutera la semaine prochaine à Dubaï. Pourriez-vous nous en dire plus sur la pertinence de l’événement pour l'ensemble de la région?


L'ICBA est honoré d'organiser le tout premier Forum mondial sur les innovations pour l'environnement marginal, en collaboration avec le bureau de la sécurité alimentaire et le bureau des sciences avancées du gouvernement des Émirats arabes unis, la Banque islamique de développement, l'Agence de l'environnement d'Abou Dhabi et le Prix Khalifa international consacré au palmier dattier et à l’innovation agricole.
 
Je suis très optimiste sur le fait que GFIME nous permettra d'identifier certaines des solutions les plus innovantes pour faire face aux défis croissants tels que la rareté de l'eau, la salinité, le changement climatique, la nutrition et la faim dans les environnements marginaux de la région et du monde.
 
Le forum permettra l'élaboration de politiques, de partenariats et de projets utiles, tout en présentant les derniers progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) 1 et 2 sur l'absence de pauvreté et la faim zéro.

L'événement fait suite à une série de projets, d'événements et de recherches réalisés par l'ICBA. Quel est l'impact de ces travaux sur l'agriculture de la région?

Notre objectif est de rassembler les meilleures compétences sur les environnements marginaux du monde entier et de demander: « Où en sommes-nous maintenant ? Quelles sont les "solutions impactantes" pour la complexité des systèmes de culture dans des environnements marginaux? »

S'attaquer aux environnements marginaux est une initiative complexe et aucune institution ne peut probablement y faire face seule. Cela nécessite des synergies, des alignements et de fortes coalitions de multiples acteurs.

 L'ICBA a collaboré avec des organisations publiques et privées et des collaborateurs nationaux de plusieurs pays d'Afrique et d'Asie centrale afin de proposer des solutions optimales et d'améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants et des agriculteurs marginaux. Pour aller à grande échelle, nous devons faire plus et élargir nos plateformes d'innovation et nos partenariats.

Quels types de personnalités comptez-vous voir à la conférence et quelles sont vos attentes par rapport à l’événement ?

Le GFIME réunira un public mondial de 250 décideurs politiques, décideurs, scientifiques et experts influents qui sont à la pointe de la restructuration de l'agriculture et de la production alimentaire de demain.

Le forum présentera les dernières avancées en matière de recherche, d'innovation, de développement et de politique agricole et de production alimentaire dans des environnements marginaux.

Il explorera les investissements et la collaboration entre les gouvernements, les scientifiques et les chefs d'entreprise, dans le but de capitaliser sur des cultures sous-utilisées et des ressources en terres et en eau marginales - des initiatives qui exploiteront de nouvelles découvertes scientifiques et des technologies pour accélérer les objectifs de sécurité alimentaire.
 
L’un des principaux résultats du GFIME de cette année sera un rapport intitulé « La situation de l’agriculture et de la production alimentaire dans des environnements marginaux: 2020 ». Le rapport présentera des données et des informations actualisées sur les principaux problèmes rencontrés dans les environnements marginaux, ainsi que des informations sur les dernières tendances en matière de science, de technologie et de développement pour les résoudre. Plus important encore, il offrira un aperçu des solutions du monde entier et des recommandations pour relever ces défis.