Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Un jeune inventeur togolais a mis au point un dispositif permettant de conserver les récoltes agricoles dans des conditions optimales.
 
L'appareil, dénommé "Mèchọtọ" (surveillant, en langue fon, parlée au Bénin), permet de garder les récoltes dans des conditions de conservation optimales, réduisant ainsi les pertes agricoles.
 
Selon des estimations de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 13,5% des céréales produites en Afrique sub-saharienne sont sujettes à des pertes post-récoltes, dues, entre autres, aux mauvaises conditions de conservation [1].
 

“La véritable lutte contre les pertes agricoles réside dans la transformation de la partie de nos récoltes qui ne sera pas destinée à la consommation immédiate.”

Ezeckiel Moudoh

Ceci représente 4 milliards de dollars de pertes par an, ou l'équivalent des besoins annuels en calories de 48 millions de personnes.
 
"Mèchọtọ" a été conçu par un ingénieur togolais de 23 ans, Wesley Fioklou Messan-Koudosso, issu de l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI) de l’Université de Lomé.

"Dès que l’utilisateur indique le produit à conserver, le dispositif fixe automatiquement la marge de température et d’humidité nécessaire à la conservation. Au-delà de la marge autorisée, l’utilisateur reçoit une notification sur son smartphone", explique le concepteur.
 
Muni d’un capteur et d’une pile d’une capacité de 9 volts, le dispositif, qui pèse environ 300 grammes, transmet les données soit via la technologie Bluetooth [2], soit sur un écran LCD [3] connecté directement au boîtier. 
 
Dans le cas d’un utilisateur analphabète, des signalisations sonores et lumineuses peuvent être utilisées pour alerter l’agriculteur sur la qualité de son lieu de stockage.
 
"Nous avons souhaité que le dispositif soit équipé d’une pile électrique pour le rendre accessible aux utilisateurs, même dans les zones rurales", précise Fioklou Messan-Koudosso. Selon le concepteur, les travaux se poursuivent en vue de doter le dispositif d’un séchoir et d’un climatiseur pour réguler automatiquement l’humidité et la température, en fonction des produits agricoles. 
 
Le dispositif est vendu sur le marché à 60.000F CFA pièce (soit environ 92 euros). 
 
Aller vers la transformation 
 
Selon Agbéko Kodjo Tounou, chercheur en entomologie et pathologie des insectes à l’Université de Lomé, la majeure partie des pertes post-récoltes au Togo sont imputables aux ravageurs, mais surtout aux champignons qui se développent souvent dans les milieux humides.
 
"Quand l’humidité est élevée, les produits développent des champignons, surtout l’aflatoxine [4], très dangereuse et cancérigène", précise-t-il. 
 
"L’utilisation de ce dispositif dans les greniers permettra aux agriculteurs de prendre des mesures dès qu’il y aura une éventuelle menace d’humidité et réduire ainsi les pertes agricoles", poursuit-il. 
 
Pour lui, le dispositif pourrait être une alternative aux produits chimiques, dont l’usage pour la conservation des récoltes présente des dangers.
 
Mais selon Ezeckiel Moudoh, producteur de maïs dans le Sud du Togo, même si le dispositif peut être utile dans la réduction des pertes agricoles, la mise en place des unités de transformation agricole reste la meilleure manière de lutter contre les pertes post-récoltes.
 
Au-delà de l’humidité, le producteur évoque les attaques des ravageurs qui constituent aussi, selon lui, une cause majeure des pertes agricoles.  
 
"Quelle que soit la méthode de conservation que nous utiliserons, il n’est pas exclu qu’une partie de nos récoltes soit perdue", assure-t-il.
 
"La véritable lutte contre les pertes agricoles réside donc dans la transformation de la partie de nos récoltes qui ne sera pas destinée à la consommation immédiate", conclut-il. 

Références

[1] Quantifying postharvest losses in Sub-Saharan Africa with a focus on cereals and pulses - FAO.
[2] Technologie de connexion sans fil à courte portée, permettant de relier des appareils numériques (équipements informatiques, téléphoniques, audiovisuels, etc.).
[3] LCD : Liquid Crystal Display - Ecran à cristaux liquides lumineux.
[4] L'aflatoxine est une mycotoxine produite par des champignons proliférant sur des graines conservées en atmosphère chaude et humide. Elle est nuisible aussi bien chez l'homme que chez l'animal, et possède un pouvoir cancérigène élevé.