Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

[BLANTYRE, MALAWI] D’après une récente étude, planter des arbres à fleurs comme l'acacia, les arbustes, la vigne et le faidherbia - une plante à croissance rapide fixant l'azote - pourrait augmenter jusqu'à 53% les rendements de maïs.
 
A en croire les auteurs de ces travaux, cela fait partie des stratégies agricoles qui, si elles sont adoptées, en particulier dans les zones rurales, pourraient stimuler le développement rural dans le contexte du changement climatique.
 
Les arbres à fleurs servent de cultures de couverture ; c’est-à-dire qu’ils sont plantés pour couvrir le sol afin d'améliorer sa qualité et sa fertilité.
 
Les cultures de couverture ne sont pas la seule approche qui augmente les rendements, en particulier au milieu des chocs climatiques, et les chercheurs de l'étude publiée dans l'édition d'avril de Food Policy disent que « la construction de fossés le long des flancs vallonnés pour contrôler le ruissellement de l'eau, la création de crêtes qui pourront retenir l'eau dans le champ et les blocs de pierre [barrières] qui filtreront, ralentiront l'eau et réduiront l'érosion du sol sont bénéfiques dans les scénarios les plus humides et les plus secs des changements climatiques ».
 
Ces interventions agricoles améliorent la rétention de l'eau dans le sol, élèvent et stockent les nutriments pour l'absorption des plantes ; ce qui conduit à une amélioration des rendements des cultures, en l'occurrence le maïs, selon l'étude. 

“Les résultats démontrent que les politiques et les flux de financements soutenant le CSA dans des région à faible revenu et à de terres arides comme le sud du Malawi peuvent avoir des impacts importants sur la sécurité alimentaire”

Festus Amadu, université de l'Illinois à Urbana-Champaign

L'étude a évalué l'efficacité d'un projet de 86 millions de dollars mis en œuvre dans cinq districts du sud du Malawi de 2009 à 2014 et a révélé que des investissements ciblés dans des pratiques agricoles peuvent réduire les difficultés et donner un coup de pouce à leur adoption par les petits exploitants agricoles.
 
Ces pratiques agricoles, également appelées Climate Smart Agriculture[1] (CSA), « peuvent améliorer la résilience des communautés rurales pauvres sujettes aux chocs environnementaux tels que la sécheresse et les inondations fréquentes », explique Festus Amadu, auteur principal de l'étude et associé de recherche postdoctorale à l'université de l'Illinois basée à Urbana-Champaign aux États-Unis.
 
Les chercheurs ont interrogé 808 ménages de juin à septembre 2016 dans des communautés sélectionnées qui ont reçu une formation sur l'approche CSA dans le cadre du projet.
 
Selon l'étude, les petits agriculteurs qui ont participé aux programmes de formation ont reçu des visites de suivi d'agents de vulgarisation locaux et ont mis en œuvre les techniques intelligentes face au climat qu'ils ont apprises, comme la plantation de vignes et d'arbustes autour de leurs exploitations pour améliorer la fertilité des sols.
 
Les agriculteurs ont également participé à des pratiques qui permettent de contrôler le ruissellement de l'eau pour réduire l'érosion du sol, de gérer l'excès d'eau de pluie et de conserver les nutriments du sol dans leurs parcelles.
 
« Nous avons constaté une augmentation de 53% du rendement du maïs parmi ceux qui ont adopté le CSA au cours de l'année 2016 qui a été marquée par une grande sécheresse », déclare Festus Amadu à SciDev.Net. « Les résultats démontrent que les politiques et les flux de financements soutenant le CSA dans des région à faible revenu et à de terres arides comme le sud du Malawi peuvent avoir des impacts importants sur la sécurité alimentaire.»
 
« D'autres pays d'Afrique subsaharienne peuvent tirer des leçons des enseignements du Malawi et accroître l'adoption de ces [techniques] », explique Festus Amadu, ajoutant que les gouvernements devraient utiliser une partie de leur financement pour soutenir le CSA.
 
Paul McNamara, co-auteur de l'étude et professeur de développement, de ressources naturelles et d'économie de l'environnement à l'université de l'Illinois, ajoute que l'étude montre que les gouvernements et les partenaires au développement devraient mettre en priorité les facteurs qui influencent positivement l'adoption de cette approche, tels que les services intensifs de vulgarisation aux agriculteurs ruraux.
 
Il dit que donner la priorité au financement environnemental dans les principaux programmes d'aide au développement peut grandement contribuer à favoriser cette adoption, la durabilité environnementale, la sécurité alimentaire et d'autres objectifs de développement durable tels que le changement climatique et les conditions météorologiques extrêmes affectant l'Afrique subsaharienne.
 
Mais les chercheurs affirment que malgré le potentiel de ces approches agricoles pour accroître la sécurité alimentaire, leur adoption par les petits exploitants pose des défis, notamment en termes de travail, de capital, de terre et de connaissances.
 
Patson Cleopus Nalivata, chimiste du sol et chef du département des cultures et des sciences du sol à l'université d'agriculture et des ressources naturelles de Lilongwe au Malawi, déclare que la clé de l'adoption de cette approche est le recrutement de services de vulgarisation pour prodiguer des conseils.
 
Ce dernier confie à SciDev.Net que la théorie du changement que les chercheurs ont examinée pour faire progresser la sécurité alimentaire à travers l'adoption [de pratiques de gestion des sols et de l'eau] par les agriculteurs de la zone du projet est cruciale.
 
Mais il ajoute que différentes pratiques ont des avantages et des inconvénients en fonction des conditions du sol et des régimes pluviométriques de l’année considérée.
 
« Par exemple, vous constaterez peut-être que les tranchées d'absorption d'eau seraient favorables pendant une année sèche comme 2016, mais pas pendant une année très humide, car elles conserveront un excès d'eau qui n’est pas nécessaire pour la production du maïs », explique-t-il.
 
Amos Ngwira, principal chercheur en agriculture au département des services de recherche agricole du Malawi, partage le même avis.
 
« Nous avons effectué des recherches comparant le CSA et le travail du sol classique. Les avantages du CSA par rapport aux pratiques conventionnelles en termes de rendement varient entre 15 et 30% », indique-t-il.
 
« Pendant les saisons sèches, le CSA présente des avantages plus élevés tandis que pendant les années humides, le rendement entre le CSA et les pratiques conventionnelles est presque similaire.»

Références

[1] Agriculture climato-intelligente
[2] Festus O.Amadu and others Yield effects of climate-smart agriculture aid investment in southern Malawi (Food Policy, April 2020)
[3] Faidherbia Albida Keystone of Evergreen Agriculture in Africa (World Agroforestry Center)