Republier

Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.

The full article is available here as HTML.

Press Ctrl-C to copy

Les producteurs agricoles peuvent augmenter considérablement leur production de légumes feuilles indigènes tout en utilisant une plus petite quantité d’engrais à un moment bien choisi.
 
Tel est l’aboutissement d’un programme de recherche mené par cinq universités du Bénin (1), du Nigeria (2) et du Canada (2) entre 2015 et 2018 sur des légumes feuilles.
 
Intitulé «Augmentation de la production par microdosage des engrais et de l'utilisation de légumes indigènes en Afrique de l'Ouest» (MicroVeg), ce programme a été réalisé avec le financement du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) basé à Ottawa (Canada). 

“Cet apport réduit, localisé et ciblé entraine un développement précoce et rapide des racines et permet une production accrue tout en faisant des économies énormes d’engrais et d’argent sans compromettre la santé écologique du sol”

Irénikatché Akponikpe, université de Parakou (Bénin)

Interrogé par SciDev.Net, Irénikatché Akponikpe, enseignant-chercheur à l’université de Parakou (Bénin) dresse le constat qui a conduit à la mise en œuvre de ce projet : « Alors que les petits producteurs n’ont pas assez d’argent pour acheter les engrais déjà peu disponibles et chers, nous avons fait un amer constat : l’engrais était mal géré, car appliqué à la volée à des doses largement élevées, dépassant les recommandations des services de vulgarisation ».
 
« Le ciblage spatial et temporel était mal fait, ce qui entraînait beaucoup de pertes d’engrais et d’argent ; car l’engrais n’était pas bien exploité par les racines pour une bonne production », ajoute l’intéressé qui a coordonné le projet dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.
 
Un constat que confirme Lokoto Soulé, producteur agricole du village de Kpassagambou dans la commune de Parakou. « Autrefois, nous utilisions beaucoup d’engrais, sans en contrôler la dose. Et avec les mauvais résultats, nous accusions souvent le sol alors que c’est notre méthode qui était le problème », dit-il.
 
Aussi la technique de microdosage combine-t-elle quatre principes : le choix du bon engrais adapté pour les légumes feuilles, l’application à la bonne date, l’application au bon endroit favorable pour les racines et le dosage de la quantité requise en rapport avec les besoins de la plante. C’est d’ailleurs ce dernier principe qui a donné son nom à la technique.
 
« Le microdosage sur les légumes feuilles traditionnels consiste à appliquer donc une faible dose d’engrais azoté, directement au pied de la plante, juste à la transplantation ou la reprise des jeunes plants », résume Irénikatché Akponikpe.
 

Combinaison

Sur le type d’engrais utilisé, Innocent Butare, spécialiste de programme principal pour l’agriculture et la sécurité alimentaire au CRDI apporte cependant des précisions : « Là où le producteur dispose d'engrais organique en quantités suffisantes, il n’y a pas lieu de recourir à l’engrais minéral », dit-il.
 
« Mais là où la disponibilité de l'engrais organique fait défaut, l'accent a été mis sur la recherche de la combinaison optimale de l'engrais chimique avec l'engrais organique qui minimise les résidus dans le sol », poursuit-il.
 
Tout compte fait, indique Irénikatché Akponikpe, « cet apport réduit, localisé et ciblé entraine un développement précoce et rapide des racines et permet une production accrue tout en faisant des économies énormes d’engrais et d’argent sans compromettre la santé écologique du sol ».
 
Illustration avec le producteur agricole Lokoto Soulé : « autour d’un pied, on met par exemple une quantité d’engrais équivalant au contenu de la capsule d’une bouteille de bière. Alors qu’avant, on ramassait une grande poignée d’engrais qu’on versait sans contrôler et sans respecter les écarts », dit-il.
 
Interrogé par SciDev.Net, ce dernier ne cache pas sa satisfaction face aux résultats obtenus : « Le rendement est beaucoup meilleur par rapport à ce que nous avions auparavant. En plus, nous avons appris à intégrer ces légumes feuilles traditionnels dans nos gâteaux et beignets afin que les substances de ces légumes puissent profiter à l’alimentation ».
 
Si Lokoto Soulé ne peut pas quantifier ces résultats faute d’instruments de mesure, le programme quant à lui a relevé que les rendements moyens pour le cas du Benin sont passés de 1,3 à 3,2 kg/m² pour atteindre 2,6 à 6,5 kg/m².
 

Faible fertilité des sols

Selon la documentation fournie par le CRDI, le programme MicroVeg trouve sa genèse dans le fait  que les petits exploitants agricoles des zones rurales du Nigéria et du Bénin, et en particulier les femmes, dépendent de la culture de légumes indigènes riches en vitamines et nutriments pour l’alimentation quotidienne de leur famille.
 
Parmi ces légumes, l’on a l’Amaranthus sp (Tete abalaye, Fotete en langues locales au Bénin), Solanum macrocarpum (Gboma, Igbagba) et Ocimum gratissimum (Tchiayo), etc.
 
« Or, peut-on lire, la faible fertilité des sols, combinée à la dégradation des terres et au manque d’eau, a engendré de mauvais rendements et des cultures de piètre qualité. Ceci s’est traduit par une menace sur la sécurité alimentaire. »
 
Car, relève Innocent Butare, ces légumes « constituent une source importante de minéraux, de vitamines, de fibres et d’antioxydants tels que les polyphénols reconnus pour leurs effets bénéfiques pour la santé. »
 
« Pourtant, regrette ce dernier, très peu de recherches scientifiques sont faites pour les promouvoir. On connait peu de chose de leur biologie et de leur écologie. Ce sont des plantes dites négligées par la recherche. Il fallait combler cette lacune ».
 
Dès lors, « trouver des méthodes permettant d’augmenter la production et la consommation de ces légumes pourrait donc améliorer sensiblement la nutrition et la sécurité financière de ces communautés », écrit le document du CRDI.
 

Conservation et transformation

Et Irénikatché Akponikpe d’ajouter que cette initiative visait deux objectifs principaux. D’une part l’augmentation de la production de légume indigène par microdosage de l’engrais et, d’autre part, l’addition de la valeur ajoutée par des techniques innovantes de conservation et de transformation du légume.
 
Au bilan, indique le CRDI, 337 931 agriculteurs dont 108 181 au Bénin ont bénéficié de ces nouvelles technologies et pratiques améliorées. Quant à la superficie des terres consacrées à la culture des légumes, elle a augmenté de 768 % au Nigéria et de 161% au Bénin où elle est passée de 985 à 2 575 hectares. Enfin, l’on apprend que « les revenus tirés de la commercialisation des légumes indigènes ont augmenté de 120 % au Nigéria et de 90 % au Bénin ».
 
En outre, fait remarquer Innocent Butare, « le projet au Bénin a contribué à intégrer les légumes feuilles traditionnels dans le Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2025) et son Plan national d'investissements agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Pniasan 2017–2021) ».
 
A en croire l’intéressé, les chercheurs impliqués dans le projet ont proposé à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) une stratégie pour influencer ses politiques agricoles.