Rapprocher la science et le développement

L’entrée en vigueur des ODD suscite des craintes en Afrique
  • L’entrée en vigueur des ODD suscite des craintes en Afrique

Crédit image: Flickr / Tranayee

Lecture rapide

  • Les ODD élargissent le cercle des priorités aux maladies non transmissibles

  • Cette mutation nécessite des informations sur de nouvelles couches de la population

  • Il est à craindre aussi l’arrêt de certains programmes existants

Shares
[MARSEILLE] "Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge" : c'est, depuis le 1er janvier 2016, le programme en matière de santé de l'ensemble des pays de la planète, sous l'égide de l'ONU.
 
Les Objectifs de développement durable (ODD), remplacent en effet, depuis cette date, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ciblés sur quelques pathologies et certaines populations considérées comme fragiles.
 
Comment mettre en œuvre un objectif aussi ambitieux ? La question a été discutée lors de l'Ecole d'été sur les ODD, organisée du 8 au 13 juillet dernier à Marseille (France) par l'Institut de recherche pour le développement et Aix-Marseille Université. 
 

“Face aux quelques cibles bien identifiées des OMD, la communauté internationale avait mis en place des outils spécifiques tels que ONUSIDA ou Rollback Malaria. L'élargissement apporté par les ODD va compliquer la mobilisation des ressources.”

Khoudia Sow
Université Cheikh Anta Diop - Dakar, Sénégal

 











Pour les chercheurs africains, lutter contre ces maladies va nécessiter d'acquérir des connaissances dont on ne dispose pas aujourd'hui dans la plupart des pays.
 
"Un apport de la recherche à cette nouvelle politique de santé publique serait de mettre en place une surveillance épidémiologique à l'échelle nationale et sur la longue durée", explique Georgia Damien, médecin et chercheur au Bénin.
 
"Par exemple, ajoute-t-il, nous avons des indicateurs liés aux enfants de 0 à 5 ans, ou aux femmes enceintes. Mais très peu d'informations sur les hommes de 40 ans !"
 
L'autre changement impératif pour la réussite des ODD en matière de santé concerne le financement.
 
"Face aux quelques cibles bien identifiées des OMD, la communauté internationale avait mis en place des outils spécifiques tels que ONUSIDA ou Rollback Malaria. L'élargissement apporté par les ODD va compliquer la mobilisation des ressources", explique Khoudia Sow, de l'université Cheikh Anta Diop et du ministère de la Santé à Dakar (Sénégal).
 
"Le risque existe que certains programmes s'arrêtent, avec les conséquences que l'on imagine pour les populations", poursuit cette dernière.
 
Ainsi, il faudra en particulier collecter un grand nombre de nouvelles informations sur l'état de santé des populations ; et inventer de nouveaux mécanismes de mobilisation des ressources financières.
 
Priorité
 
De 2000 à 2015, l'action de l'ONU pour le développement était guidée par 8 OMD. Trois d'entre eux concernaient la santé ; ils étaient très ciblés.
 
Pour les maladies, priorité était donnée au VIH/Sida et au paludisme. Et côté populations fragiles, les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans recevaient le maximum d'attention.
 
Avec les ODD, la perspective s'élargit. Certes, un seul de ces 17 objectifs est explicitement consacré à la santé. Mais il est détaillé en 13 cibles. Celles-ci reprennent le contenu des OMD, et ajoutent d'autres secteurs de la santé.
 
Font ainsi leur entrée dans les priorités : les maladies non transmissibles (telles les maladies cardio-vasculaires et le diabète), la santé mentale, les méfaits des stupéfiants, de l'alcool, et du tabac, et même les conséquences sanitaires des accidents de la route et de la pollution.
 
Cette liste marque la reconnaissance que de nombreuses pathologies autrefois cantonnées aux pays industrialisés touchent aujourd'hui tous les pays du monde.
 
Par exemple, la moitié de la population sénégalaise de plus de 40 ans aurait un taux de cholestérol trop élevé…

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.