Rapprocher la science et le développement

  • Un projet de recherche international pour démystifier El Niño

Shares

[Londres] Une équipe de recherche internationale va étudier le système climatique du Sud-est de l'Océan Pacifique à compter du mois prochain (janvier).

Ce programme, appelé VOCALS, vise à mieux connaître El Niño – ce phénomène climatique qui touche l'Amérique latine et d'autres continents de l'hémisphère Sud – et évaluer sa capacité à être affecté ou non par le changement climatique.

Le phénomène de l'alternance périodique des courants dans l'Océan Pacifique, nommé El- Niño-Oscillation australe (ENSO), est caractérisé par des variations de température en surface des eaux du Pacifique Est, entraînant des épisodes d'inondation et de sécheresse dans la partie occidentale de l'Amérique latine.

L'équipe de ce projet de recherche, prévu pour durer de 3 à 5 ans, compte 150 scientifiques provenant de neuf pays, pour la plupart d'universités chiliennes, équatoriennes, françaises, péruviennes, britanniques et américaines.

Roberto Mechoso, professeur au département des sciences océaniques et atmosphériques de l'Université de Californie, Los Angeles, et responsable de ce projet, déclare que la collecte de nouvelles données  est indispensable pour permettre de corriger les erreurs des modèles climatiques actuels.

" El Niño va t-il se renforcer ou s'affaiblir en cas de réchauffement climatique? Notre confiance dans les prévisions de ce projet fondé sur ces modèles  se renforcera  s'il s'avère qu'elles  présentent une description plus réaliste du climat actuel," déclare Mechoso.

Les chercheurs en provenance d'Amérique latine apportent une contribution particulière au projet par leur connaissance de la météorologie et de l'océanographie locales, selon Mechoso.

"D'autres groupes contribuent par leur expertise et leurs équipements, ainsi que leur capacité à développer une problématique dans un contexte global.  Tous les groupes profitent de l'échange des connaissances scientifiques," a t-il déclaré au Réseau Sciences et Développement (SciDev.Net).

René Garreaud, professeur au département de géophysique de l'Université du Chili et membre de l'équipe du programme  VOCALS, a déclaré au Réseau Sciences et Développement que les effets d'ENSO sur les amplitudes annuelles des températures et des précipitations sont très variées dans les différentes régions d'Amérique latine.

Ce projet de recherche va également  étudier la dynamique de la formation des nuages  et les effets des aérosols, et utiliser ces données pour améliorer les modèles de prévision climatique.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.