Rapprocher la science et le développement

  • Les Emirats préparent le lancement d’un premier satellite

Les Emirats arabes unis (EAU) lanceront au cours du mois (juillet) leur premier satellite d’observation terrestre, dans le but de soutenir les objectifs de plusieurs projets de développement.

L’Institution des Emirats pour la science et technologie avancées (EIAST), maître d’œuvre du projet, a fixé au 26 juillet la date de lancement de DubaiSat-1, un petit satellite de 200 kilogrammes.

DubaiSat-1, conçu et fabriqué en Corée du Sud, a été envoyé au Kazakhstan, d’où il sera placé en orbite à partir d’une fusée russe, après une dernière phase de vérification réalisée par des scientifiques et ingénieurs émiratis et coréens.

Le satellite devrait rester en orbite pendant au moins cinq ans.

Ce projet d’une valeur de US$ 50 millions est le premier du genre initié par le gouvernement, Des satellites de télécommunications ont été lancés précédemment par des entreprises. Le suivi de ce satellite sera assuré par la station terrestre de Dubaï, tandis que l’EIAST sera chargé de la réception et du traitement des images.

L’EIAST compte utiliser ce satellite pour stimuler la recherche dans quatre domaines : la prévision du brouillard, des vents de sable, le suivi des eaux du Golfe et l’amélioration de la clarté de la réception des images satellitaires. L’Institut espère également que DubaiSat-1 aidera à la détection et au suivi de la pollution comme les déversements pétroliers.

Ce satellite pourrait contribuer par ailleurs à la gestion des catastrophes naturelles et stimuler la recherche et le développement aux EAU dans le domaine des sciences spatiales et dans d’autres disciplines scientifiques.

Pour Mohamed Nasser Al Ghanim, Président du Conseil d’administration de l’EIAST s’exprimant lors d’une conférence de presse, DubaiSat-1 permettra aux EAU de participer dans la recherche spatiale internationale.

La réalisation de ce projet ouvre la voie pour d’autres projets spatiaux, notamment la construction dans deux ans de Dubai-Sat-2, un successeur beaucoup plus perfectionné, a-t-il ajouté.

Khalil Konsul, ingénieur, ancien président de l’Union arabe pour l’Astronomie et des Sciences de l’Espace et président de la Société jordanienne de d’Astronomie, a déclaré au Réseau Sciences et Développement (SciDev.Net) : ‘[DubaiSat-1] est vital pour notre région parce que nous avons besoin de techniques de télédétection et de systèmes d’observation de la Terre pour résoudre de nombreux problèmes environnementaux’.

Il a précisé que ce projet est l’un des plus importants de la région et jouera un rôle vital dans le renforcement de la collaboration entre les scientifiques et les centres de recherche au Moyen-Orient.