Rapprocher la science et le développement

Fabriquer des briques à partir de matériaux de récupération, plutôt qu'avec de l'argile ou du schiste argileux, permet de conserver les ressources et de préserver la qualité des sols.
  • Des briques fabriquées à partir de déchets et du sable du désert

Fabriquer des briques à partir de matériaux de récupération, plutôt qu'avec de l'argile ou du schiste argileux, permet de conserver les ressources et de préserver la qualité des sols.
Crédit image: Flickr/UNAMID Photo

Lecture rapide

  • Des chercheurs algériens et malaisiens ont mis au point de nouvelles briques, peu onéreuses et écologiques

  • Les équipes ont utilisé du sable et des matériaux locaux de récupération pour fabriquer ces briques

  • Si ces matériaux s'avèrent conformes aux codes nationaux de construction, ils pourraient faciliter la résolution des problèmes de logement

Shares

[LE CAIRE] Des chercheurs algériens et malaisiens ont mis au point des briques écologiques et bon marché pouvant être fabriquées à partir de matériaux de récupération.

La croissance démographique dans de nombreux centres urbains des pays en développement étant supérieure à l'offre en logement, l'intérêt de fabriquer des briques à partir des matériaux locaux durables et peu onéreux est évident. On estime à cinquante six pour cent le pourcentage de la population africaine qui vivra dans les centres urbains d'ici à 2030 (contre 18 pour cent en 1950).

Des chercheurs malaisiens de l'Université nationale Tenaga ont fabriqué des prototypes de briques à base de déchets issus des industries minière, du charbon et de l'acier. Ils ont mélangé ces matériaux, notamment de la poussière issue des carrière, de l'oxyde de fer qui se forme pendant la production de l'acier et de la cendre issue des fourneaux — à du ciment et de l'eau.

Publiant leurs conclusions dans l'édition du mois d'avril du journal Construction and Building Materials, les chercheurs énumèrent les nombreuses propriétés prometteuses des nouvelles briques, notamment la résistance à la corrosion et à la compression.La fabrication traditionnelle utilise la forte pression ou à la cuisson au four pour donner à la brique sa forme. Mais les chercheurs affirment avoir formé les briques dans des moules sans y appliquer de pression, réduisant ainsi les coûts et simplifiant le processus de fabrication.

Ils ajoutent que l'utilisation de matériaux de récupération plutôt que de l'argile ou du schiste argileux permet de conserver les ressources naturelles et de préserver la qualité des sols nécessaire pour le développement d'une agriculture durable. 

Mohamed Heikal, professeur de chimie inorganique et des matériaux de construction à l'Universitéde Benha en Egypte, explique que les nouvelles briques peuvent être utilisées pour remplacerles briques classiques, d'autant plus qu'elles sont plus durables et plus résistantes au gel et au dégel. Leur niveau d'absorptiond'eau est également faible.

Pour Elisa Adorni, chercheuse au département de génie civil,de génie environnemental et d'architecture à l'Universitéde Parme en Italie, "l'utilisation des matériaux de récupération pour la fabrication des briques et du béton est une méthode optimale permettant de résoudre le problème du stockage des déchets et de réduireles coûts de fabrication des matériaux de construction".

Il faut néanmoins tenir compte des réactions chimiques susceptibles de se produire lorsque les briques gonflent au contact de la moisissure, rappelle Adorni.

Dans un autre projet, des chercheurs algériens de l'université de Kasdi Merbah et de l'Ecole polytechnique d'Alger ont également conçu et fabriqué des prototypes de briques. Celles-ci sont faites à partir du sable du désert. Elles sont solides, assurent un bon transfert de la chaleur et une bonne isolation thermique et sonore.

Selon l'étude publiée en décembre 2012 dans le journalArabian Journal for Science and Engineering, les briques peuvent être fabriquées à moindre coût dans le Sud de l'Algérie, où le sable du Sahara est abondant et disponible à un prix très faible. Les chercheurs ont réalisé 750 tests de laboratoire en vue de parfaire la brique.


Ali Zaidi,chercheur au département de génie civil à l'Université Laghouaten Algérieassure que "si la compression et la résistance thermique [de la brique] sont approuvées par les organismes algériensrégissant les normes en matière construction, cette brique pourraitrésoudre le problème des crises des matériaux de construction auxquels les entrepreneurs algériens font face."

Il explique qu'en Algérie, les briques sont souvent soumises à une tension due aux fortes chaleurs d'été et aux hivers froids, en plus de subir les tempêtes de sable.

Lien vers le résumé de l'article dans Construction and Building Materials

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.