Rapprocher la science et le développement

Faut-il interdire la dépigmentation de la peau en Afrique?
  • Faut-il interdire la dépigmentation de la peau en Afrique?

Crédit image: SciDev.Net

Shares
Le constat est évident : la dépigmentation de la peau est tellement répandue qu’elle est devenue une grande source de préoccupation en Afrique noire. On l’appelle "khessal" au Sénégal, "bojou" au Bénin, "tchatcho" au Mali, "akonti" au Togo, "dorot" au Niger, "décapage" ou "maquillage" au Cameroun, "kobwakana" dans les deux Congo ou encore "kopakola" au Gabon. Vu ses conséquences sur la santé, le gouvernement ivoirien a décidé d’interdire, en mai 2015, la vente sur son territoire de produits cosmétiques éclaircissants; c'est-à-dire contenant des doses non autorisées d'hydroquinone, de mercure, de corticoïdes, etc.
-          Cette mesure mérite-t-elle d’être généralisée en Afrique subsaharienne ?
-          Quelle est la situation dans votre pays ?
-          De quelle autre manière peut-on mener la lutte contre ce fléau ?
Participez au débat en laissant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.