Rapprocher la science et le développement

Soutenir le développement d’applications mobiles pour améliorer la santé mentale
  • Soutenir le développement d’applications mobiles pour améliorer la santé mentale

Crédit image: Flickr/IICD

Lecture rapide

  • Grands Défis Canada a octroyé 22 subventions pour la promotion de la santé mentale dans le monde

  • Des institutions basées aux Comores, en Ethiopie, au Ghana, au Nigeria et en Ouganda font partie des bénéficiaires

  • Les projets aux Comores et en Ouganda utiliseront la téléphonie mobile pour améliorer la santé mentale

Shares
[NAIROBI] Deux projets de recherche cherchant à utiliser les technologies de téléphonie mobile pour venir en aide aux personnes souffrant de troubles mentaux en Afrique sub-saharienne figurent parmi les 22 bénéficiaires de subventions octroyées par Grands Défis Canada le 10 janvier dernier.

"La santé mentale est l'un des domaines les plus négligés de la santé dans le monde", observe Karlee Silver, vice-présidente des défis ciblés auprès de Grands Défis Canada. "Les individus [affectés] sont souvent stigmatisés et exclus des activités économiques par la peur infondée, que leur état ne se transmette à d'autres".

Les 22 projets ont été financés pour un coût total de 7,7 millions de dollars canadiens (US$ 7,2 millions). 13 d’entre eux sont fondées sur des technologies de téléphonie mobile.

“Grand Défis Canada a pour objectif de réduire les coûts, tout en accroissant la disponibilité des médicaments couramment utilisés pour traiter la santé mentale, en soutenant la création de pharmacies gérées par des personnes ayant recours à des services d'applications de téléphonie mobile.”

 

Karlee Silver, Grand Défis Canada


Ces projets ont été retenus parmi 125 candidatures, selon un communiqué publié par Grands Défis Canada.

Selon le communiqué, les cinq pays africains abritant les institutions recevant une subvention sont les Comores, l'Ethiopie, le Ghana, le Nigeria et l'Ouganda. Les projets aux Comores et en Ouganda auront recours aux téléphones portables pour s’adresser aux troubles de santé mentale.

Le projet aux Comores équipera des centres de soins de santé primaire et des hôpitaux de référence dans le district de Bambao Itsandra -- où l’on recense une population de 60 000 habitants – d’un système de télémédecine de base qui dispose d'outils dont un ordinateur, un scanner, une connexion Internet et une caméra Web. Le personnel sera formé à l’utilisation de ces outils de télémédecine.

Des téléphones portables seront également utilisés pour conseiller les patients souffrant de troubles mentaux et pour les envoyer chez des dispensateurs de soins médicaux pour une assistance complémentaire.

Le projet ougandais, mis en œuvre par l'Université de Makerere, formera des agents de santé communautaire dans le district de Soroti au nord-est de l'Ouganda dans l’utilisation d’un test de dépistage des troubles mentaux chez des personnes traumatisées par les conflits, explique Seggane Musisi, professeur de psychiatrie de l'université, et l’un des chefs de file du projet, dans une vidéo de candidature.

Les travailleurs de la santé utiliseront ensuite des téléphones portables pour communiquer avec les personnes dont le diagnostic s'avère positif pour les troubles mentaux pour assurer un traitement de suivi.

Dans un entretien accordé à SciDev.Net, Ellen Morgan, administratrice adjointe de programme de Grands Défis Canada, souligne que les applications de téléphonie mobile viseront à réduire le nombre de patients hospitalisés à la suite de maladies mentales.

Elle affirme qu’environ 17 000 patients tireront profit des projets financés.

"La majeure partie des troubles mentaux dont souffrent les gens peuvent être gérés s’ils sont détectés précocement," rappelle Mme Silver.

"Grand Défis Canada a pour objectif de réduire les coûts, tout en accroissant la disponibilité des médicaments couramment utilisés pour traiter la santé mentale, en soutenant la création de pharmacies gérées par des personnes ayant recours à des services d'applications de téléphonie mobile," explique-t-elle.

Erick Guda, psychiatre à l'hôpital de district de Kapsabet, au Kenya, reconnaît le bénéfice potentiel de la technologie de téléphonie mobile pour le grand public, en ce qu’il peut aider les médecins à diagnostiquer les problèmes mentaux dès leurs premiers signes.

"Même si cette technologie n’est pas encore adoptée au Kenya, son avenir est prometteur pour ce qui est de l'amélioration de la santé mentale", se félicite-t-il.

Cet article est une production de la rédaction Afrique sub-saharienne de SciDev.Net


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.