Rapprocher la science et le développement

  • Simulies vectrices de l'onchocercose, un repas délicieux pour les moucherons

Shares

[ACCRA] Des scientifiques  du Cameroun et du Ghana ont identifié le premier agent biologique potentiel qui pourrait être utilisé contre les parasites responsables de la cécité des rivières (onchocercose).

Des chercheurs affirment que le moucheronCardiocladius oliffi  mangerait les pucerons non mâtures – ceux-là même qui à l'âge adulte transmettent les vers parasites à l'origine de la maladie -- et réduiraient suffisamment le nombre d'insectes adultes pour faire reculer la transmission de la maladie.

Le système actuel de lutte contre le vecteur repose sur des insecticides chimiques mais leur application coûte cher et ils sont potentiellement nocifs pour l'environnement.

L'auteur principal de l'étude Daniel Boakye, du Noguchi Memorial Institute for,Medical Research de l'Université du Ghana, affirme que le moucheron a bien réagi en tant qu'agent biologique.

Des chercheurs ont collecté les larves de pucerons et de C. oliffi sur les chutes de Boti et du fleuve PawnPawn, au Ghana, avant de les conserver en laboratoire.

Ils ont découvert que les moucherons  pouvaient  manger les pucerons non matures, ou pupes, en raison de l'incapacité de ces derniers à se mouvoir..

Même  avec un moucheron pour cinq larves de puceron,  l'élimination du nombre de pucerons adultes est  ''très prometteuse'', affirme le coauteur de l'étude Eric Bertrand Fokam, chercheur à l'Université de Buea, au Cameroun,.

D'après les propos qu'il a tenus  à Scidev;Net  en presque trois décennies d'application du Programme de lutte contre l'onchocercose en Afrique de l'ouest – le plus  important programme de lutte  contre  ce vecteur– plus de 25 millions d'hectares de terre dans 14 pays ont été  débarrassés de cette maladie. " Toutefois, ajoute-t-il, les gens continueront à quitter ces zones... car les pucerons les recolonisent".

Un agent biologique efficace contre la maladie – qui, d'après l'OMS, affecte 20 millions de personnes – devrait être utilisé conjointement avec d'autres instruments disponibles, affirme Fokam. Une utilisation massive de l'ivermectine permet de traiter les cas mais pas de stopper  la transmission de la maladie. 

''C'est la première fois qu'on assiste à l'utilisation de cette méthode de lutte biologique [dans le cas des simulies] en dehors de l'Australie et  dans les zones africaines affectées par la cécité des rivières'', assure Fokam.

Des études sur le terrain seront nécessaires pour tester davantage le potentiel du moucheron, en particulier sa capacité à se reproduire et à chasser les simulies dans l'environnement naturel, écrivent les auteurs.

Le résultat de la recherche a été publié dans Parasites et Vecteurs le mois dernier (avril).

Lien vers l'article complet dans Parasites et Vecteurs [199kB]

Références

Parasites et Vecteurs, 2:20 doi:10.1186/1756-3305-2-20 (2009)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.