Rapprocher la science et le développement

La médecine naturelle peut-elle vaincre le cancer ?
  • La médecine naturelle peut-elle vaincre le cancer ?

Crédit image: Flickr/US Army Africa

Lecture rapide

  • Au Kenya, le cancer occupe le troisième rang parmi les maladies humaines

  • Un projet veut recueillir des données sur l'usage du pois Bambara contre le cancer

  • Un expert dit qu’une collaboration efficace pourrait aider à la réussite du projet

Shares
[KAMPALA] Des chercheurs kenyans tentent de vérifier les allégations des praticiens traditionnels de la santé (PTS) selon lesquelles le pois Bambara serait efficace dans le traitement du cancer.

Selon le Kenya Cancer Network (Réseau du cancer du Kenya, NDLR), le cancer est la troisième cause de morbidité après les maladies infectieuses et cardiovasculaires, conduisant à sept pour cent des décès au Kenya.

Les chercheurs espèrent créer un médicament anticancéreux fabriqué localement et moins cher par rapport aux options de traitement actuelles.

Le pois Bambara, connu sous le nom de Vigna subterranean, et communément appelé njugumawe au Kenya, est une plante légumineuse dont la valeur nutritive est déjà prouvée.
 

“Le pois Bambara a montré un potentiel pour les traitements anti-cancéreux parce qu'il contient des tanins qui sont des antioxydants capables d'éliminer les toxines cancérigènes.”

Jennifer Orwa, Centre for Traditional Medicines and Drug Research de l’Institut de recherche médicale du Kenya (KEMRI)

Les scientifiques du Centre for Traditional Medicines and Drug Research de l’Institut de recherche médicale du Kenya (KEMRI) travaillent à déterminer la valeur médicinale de cette plante dans le traitement du cancer et à recueillir des données sur elle.
 
Les conclusions de l'étude, qui a porté sur l'utilisation de la plante par les PTS pour le traitement du cancer, ont été présentées lors de la 5ème Conférence annuelle est-africaine sur la santé et la science qui s’est tenue en Ouganda du 25 au 27 mars 2015.
 
Pour Jennifer Orwa, principale responsable des recherches dans le cadre du projet, "le pois Bambara a montré un potentiel pour les traitements anti-cancéreux, parce qu'il contient des tanins qui sont des antioxydants capables d'éliminer les toxines cancérigènes. La présence de tanins est une des façons de prouver que quelque chose peut être efficace contre le cancer".
 
Cette étude préliminaire a été menée en novembre de l'année dernière pour recueillir, partager et stocker les connaissances autochtones sur l'utilisation du pois Bambara pour le traitement du cancer, avec la participation de 18 praticiens traditionnels et 12 praticiennes dans les comtés de Bungoma, Kakamega et Busia, à l'Ouest du Kenya.
 
L'enquête a montré que 80 % des 30 PTS utilisaient le pois Bambara pour le traitement des cancers de la gorge, du côlon, du sein et de la prostate.

La plupart d’entre eux utilisaient cette plante depuis une durée comprise entre 6 et 20 ans.
 
La graine ou noix est la partie la plus largement utilisée de la plante, mais une minorité de praticiens ont indiqué qu'ils utilisaient ses feuilles, ses racines ou les deux parties.

Les résultats de l'étude n’ont pas encore été publiés dans une revue, a ajouté Jennifer Orwa, notant que cette étude n'a pas permis de savoir si les patients atteints du cancer étaient guéris de la maladie après avoir été traités avec Vigna subterranean.

Le KEMRI a travaillé en partenariat avec le Kenya Agricultural and Livestock Research Organization pour isoler cinq variétés de pois Bambara en vue d’une utilisation dans l'étude en laboratoire.

Les cellules cancéreuses ont déjà été achetées pour tester ces extraits.

Réfléchissant sur les difficultés actuelles en matière de traitement du cancer en Afrique de l'Est, Mohammed Dahoma, Directeur des services de prévention à Zanzibar, une île tanzanienne, déclare qu’un remède local, s’il est disponible, sera extrêmement utile.

Il voudrait savoir quel type de cancer le pois Bambara pourrait traiter, à quel stade de la maladie, et quel est son degré d'efficacité.

Jennifer Orwa a en outre encouragé les agriculteurs kenyans à cultiver le pois Bambara en raison de sa valeur nutritive. Elle a ajouté toutefois qu'on ne sait toujours pas si, en tant qu’aliment, il a des propriétés préventives contre le cancer.
 
Cet article est une production de la rédaction Sub-saharan Africa de SciDev.Net.


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.