Rapprocher la science et le développement

Drépanocytose : une application pour le suivi médical systématique des patients
  • Drépanocytose : une application pour le suivi médical systématique des patients

Crédit image: SciDev.Net/Rivonala Razafison

Lecture rapide

  • Quatre pays d'Afrique sub-saharienne, dont Madagascar, vont utiliser l’application DrepanoRMS, pour le suivi médical systématique des patients

  • Le défi majeur est d’opérer à moindre coût pour un maximum de service

  • Des mises à jour sont encore nécessaires pour les médecins malgaches ayant reçu des formations quant à la manipulation du système

Shares
[ANTANANARIVO] Le Congo Kinshasa, le Congo Brazzaville, le Cameroun et Madagascar sont les premiers pays en Afrique sub-saharienne où l’application DrepanoMRS sera utilisée pour le suivi médical systématique des personnes atteintes de la drépanocytose.

La drépanocytose est une maladie du sang, plus précisément des globules rouges qui ont le rôle important de fournir en oxygène toutes les cellules de l’organisme par l’intermédiaire de l’hémoglobine qu’ils contiennent.

La drépanocytose est définie par la présence d’une hémoglobine anormale, l’hémoglobine S, qui entraîne la falciformation des globules rouges. 

Celle-ci est à l’origine d’une anémie par la destruction des globules rouges, une occlusion des vaisseaux avec dommage tissulaire très diversifié et souvent multiple et une susceptibilité aux infections.

Selon Aimée Olivat Rakoto Alson, hématologue et enseignante à la faculté de médecine d'Antananarivo, la prévalence du portage de l’hémoglobine S (porteurs sains) est évaluée à 10 % sur l’île, tandis que la prévalence du statut SS - les personnes drépanocytaires malades ayant hérité de deux gènes hémoglobine S des deux parents respectifs - est de 1,2%, contre plus de 2 % sur l'ensemble du continent.

La maladie touche tous les organes et se manifeste par des douleurs récurrentes, l’anémie et des complications chroniques, qui sont graves et invalidantes lorsque les malades ne sont pas dépistés dès leur plus jeune âge et correctement suivis.

Selon le coordinateur du réseau DrepanoMRS, Herizo Andriambololoniaina, la télémédecine joue un rôle important dans le système de prise en charge et de suivi des patients drépanocytaires.

Les défis de l’implémentation du réseau de soins médicaux électroniques, parmi les premiers opérationnels à Madagascar, ont été discutés lors du 5e Symposium international de drépanocytose en Afrique centrale à Kinshasa, du 29 au 31 mai 2014, suite à sa présentation au 9e Congrès sur la drépanocytose à Strasbourg France, du 6 au 8 mars. 

Développée par deux médecins malgaches, l’application DrepanoRMS est un réseau sécurisé de prise en charge et de suivi des patients.

Elle est également un outil permettant de créer une base de données clinique centralisée. 

Le système intègre des outils de téléconsultation, de télédiagnostic et d’analyse des données.

“Pour nous, le défi majeur est d’opérer à moindre coût pour un maximum de service.”

Herizo Andriambololoniaina, coordinateur du réseau DrepanoMRS


Il constitue un outil de communication avec les patients pour les rappels automatiques de leurs rendez-vous de consultation de suivi systématique grâce à l’intégration de la technologie web2sms.

Il est basé sur le protocole de prise en charge de la drépanocytose établi dans le guide régulièrement mis à jour par une équipe scientifique et validé par le ministère de la Santé publique.

Le système oriente les médecins à chaque consultation sur les nouvelles recommandations de prise en charge indiquées dans chaque fiche d’observation électronique. L’objectif est d’éviter les erreurs de diagnostic et thérapeutiques.

"Il est destiné à gérer les dossiers des patients drépanocytaires et les bases de données y afférentes et à tracer tous les itinéraires cliniques des patients, ce qui est très important pour un suivi optimal. Il aide aussi les médecins à demander un second avis médical (télé-expertise) en cas de difficulté", déclare Dr Rado Randriamboavonjy, assistant-coordinateur du réseau DrepanoMRS et responsable des études épidémio-cliniques.

L’application dispose d’un outil de téléconsultation en cas de dossier clinique difficile.

A cet effet, le médecin traitant peut faire appel à ses collègues du réseau en cas de complications ou de traitements sans succès, par exemple.

En matière de santé publique, elle a une rubrique d’analyse des données enregistrées , en l’occurrence, les paramètres cliniques et les éléments de dépistages en vue d’établir une cartographie nationale des prédominances symptomatiques ou de la répartition géographique des patients ou bien d’autres études épidémio-cliniques sur la drépanocytose.

"Durant la consultation, le médecin remplit la fiche d’observation clinique et un agenda en ligne déterminant la date de la prochaine consultation programmée pour un mois après apparaît à la fin. Un SMS est automatiquement envoyé au patient 24 heures avant la date indiquée car beaucoup de malades ne se rappellent pas le rendez-vous", a déclaré Herizo Andriambololoniaina à SciDev.Net.

Une solution m-santé – fonctionnelle sur les téléphones mobiles – est rajoutée à la DrepanoMRS dans sa version actuelle pour éviter le problème d’oubli car les mails restent inaccessibles pour nombre de patients, surtout ceux qui vivent en milieu rural.

D’après ses promoteurs, l’implémentation du réseau est en bonne voie après l’accomplissement du test de notification. 

Une alternative permettant l’envoi gratuit des messages via un système de serveur satellitaire a également été mise au point.

"Pour nous, le défi majeur est d’opérer à moindre coût pour un maximum de service", souligne le coordinateur du réseau. 

Pour ce qui est de son usage en Afrique, la validation du cahier des charges pour le Congo Kinshasa, entre autres, a été achevée par Rado Randriamboavonjy.


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.