Rapprocher la science et le développement

  • Des moustiquaires pour des opérations de la hernie peu onéreuses

Shares

Le coût des opérations de la hernie, des interventions chirurgicales qui transforment la vie des patients, pourrait être réduit avec l'utilisation des mailles de moustiquaire en lieu et place des produits médicaux onéreux, selon les conclusions d'une étude récente.

Les hernies surviennent quand un organe, généralement l'intestin, sort de la cavité qui le contient. Cette affection touche une personne sur 1000 dans le monde et cause non seulement une gêne extrême, mais dans de nombreux cas, limite les mouvements et empêche les personnes qui en souffrent de travailler.

Des chirurgiens travaillant pour Operation Hernia -- une organisation qui pratique des opérations chirurgicales à faible coût dans les pays en développement -- a découvert qu'une moustiquaire, achetée à environ US$ 15, pourrait être divisée en mailles suffisantes pour 3000 opérations.

Chaque opération réalisée au moyen de cette technique ne coûte que US$ 13 pour chaque année de vie corrigée du facteur invalidité évitée (une mesure communément appelée 'disability-adjusted life years, ou DALY en anglais, et utilisée par l'OMS et la Banque mondiale pour évaluer la rentabilité d'une intervention) -- même lorsque les frais relatifs à la stérilisation et à la chirurgie sont comptabilisés.

C'est une somme environ trois fois moins chère que le traitement conventionnel, ce qui rend cette intervention idéale pour les pays à faible revenu dans le monde en développement.

"Pratiquer une opération qui peut vraiment transformer la vie [d'un patient], c'est déjà quelquechose de formidable -- mais à ce prix, c'est fantastique" -- a déclaré Andrew Kingsnorth, un chirurgien à l'hôpital de Plymouth, Royaume-Uni, directeur de Operation Hernia et l'un des auteurs de l'étude, publiée dans le British Medical Journal (15 décembre).

Les mailles de moustiquaire ont servi pendant de nombreuses années dans les opérations de la hernie, mais des préoccupations légitimes de sûreté, concernant notamment leur propreté si leur utilisation devait se généraliser, nécessitaient une réponse, a-t-il déclaré à SciDev.Net.

"Il est très important de produire des données qui prouvent que [cette technique] est sûre. Associée aux études antérieures, [cette nouvelle étude] le fait".

Son équipe a découvert que des techniques de stérilisation simples et réalisables dans pratiquement toutes les cliniques les plus élémentaires en milieu rural - à la vapeur ou par stérilisation chimique –produisaient une maille de moustiquaire dont l'utilisation était aussi sans risque que les produits de qualité médicale onéreux. Sur les 2000 personnes traitées avec de la maille de moustiquaire par Kingsnorth et son équipe, seulement deux ont souffert de complications causées par ce produit.

Toutefois, seules des moustiquaires particulières, importées d'Inde et non traitées avec des insecticides, se sont avérées sûres et efficaces.

L'impact potentiel de cette technique dans le monde en développement pourrait être énorme, explique Kingsnorth. Il estime que la fréquence des hernies en Afrique pourrait être dix fois plus élevée que dans les pays développés, parce qu'elles ne sont pas traitées. De nouveaux procédés d'opérations de la hernie bon marché pourraient donc considérablement améliorer la vie des malades -- dont beaucoup ne peuvent pas travailler.

Pour Oluyombo Awojobi, un chirurgien en milieu rural au Nigeria, cette dernière étude est une preuve supplémentaire que l'utilisation de mailles de moustiquaire pour traiter une hernie est "de loin meilleure" que les fournitures médicales traditionnelles. Il espère que cette nouvelle étude encourage davantage de chirurgiens à recourrir aux mailles, peu onéreuses.

Il note néanmoins que "le plus gros problème permanent dans ce domaine dans les régions rurales est la formation. Nous avons besoin de plus de gens qui soient capables de mettre en œuvre cette procédure".

Operation Hernia a pour objectif de combler cette lacune. Kingsnorth a aidé à former des chirurgiens à l'utilisation de cette technique dans les 18 localités de pays en développement que cette organisation visite régulièrement.

Lien vers l'article complet dans le British Medical Journal

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.