Rapprocher la science et le développement

  • En perspective : l'USAID est sur la bonne voie

Lagence amricaine pour le dveloppement international semble prte tirer parti des efforts quelle a dploys en matire de science au service du dveloppement au cours du second mandat de Barack Obama, avance David Dickson.

Il y a quatre ans, llection de Barack Obama comme prsident des Etats-Unis a suscit lespoir dun important changement dattitude des Amricains dans le soutien quils apportent la science et la technologie (ST) comme facteurs cls de promotion du dveloppement international.

En effet, pendant huit ans, ladministration rpublicaine avait montr peu dintrt au fait de permettre lAgence amricaine pour le dveloppement international (US Agency for International Development ou USAID) de suivre dans cette direction la voie dautres organismes daide.

Les partisans dObama nont pas t dus. Durant son premier mandat, la ST sest trouve place au centre du programme daide amricain par un certain nombre dinitiatives comme la cration dun bureau de la ST au sein de lUSAID et la nomination dambassadeurs de la science. Elle a ainsi retrouv la place quelle y occupait jusquau dbut des annes quatre-vingt et, dans une moindre mesure, jusquau milieu des annes quatre-vingt dix.

Il convenait donc que, quelques jours seulement aprs rlection dObama, lUSAID annonce lun de ses projets les plus ambitieux ce jour: un rseau quinquennal de laboratoires de dveloppement dot dun budget de 130 millions de dollars aux Etats-Unis et dans des universits de pays en dveloppement.

Pour que le Rseau des solutions pour lenseignement suprieur (Higher Education Solutions Network ou HESN) rencontre un certain succs, le Congrs amricain, o les rpublicains restent majoritaires, doit mener terme lintgralit du financement quinquennal. En plus de cela, les universits concernes doivent trouver de leur ct, auprs des fondations et autres sources prives, un financement reprsentant au moins 60 % du financement fdral.

Le rseau doit galement trouver des projets aidant vritablement rsoudre les problmes auxquels sont confronts les pays en dveloppement plutt que des solutions techniques bricoles dans des laboratoires loigns et peu au fait de la faon dont ces solutions peuvent tre mises en uvre grande chelle.

Les chercheurs amricains manifestent, cest certain, de lenthousiasme propos de lessor de la science au service du dveloppement., Au dbut de cette anne, lUSAID a lanc un appel propositions pour le HESN. Plus de 500 rponses lui ont t envoyes par des universits des Etats-Unis et du monde en dveloppement.

Parmi elles, six universits amricaines travaillant chacune avec des partenaires du monde en dveloppement ont t slectionnes pour un financement pluriannuel. LUniversit de Makerere, en Ouganda, dirigera en plus de cela le laboratoire Resilient Africa, un partenariat international qui emploiera la ST protger les communauts des sources de stress naturelles et politiques.

Le HESN est une excellente occasion pour les universits concernes de placer sur la carte universitaire des Etats-Unis la science au service du dveloppement. Il en est de mme pour laccord destin donner, au sein de lUSAID, un meilleur statut au bureau de la ST.

Ces deux initiatives refltent les efforts continus des Etats-Unis pour placer la ST au cur des efforts de dveloppement. A cet gard, il est significatif que Hillary Clinton, secrtaire dEtat amricaine et candidate potentielle la prsidentielle de 2016, ait choisi de lancer personnellement le HESN en dpit dun programme post-lectoral charg.

Lobjectif, selon le conseiller en ST de lUSAID, Alex Dehgan, est damliorer la capacit de lagence utiliser de nouveaux outils et des approches novatrices pour rsoudre les problmes de dveloppement. Il sagit aussi de leur faire prendre de lessor en prouvant lesprit dentreprise.

Jusquici, tout va bien. Mais il y a aussi des raisons dtre prudents.

Etals sur cinq ans, les fonds sont drisoires si on les compare aux 40 milliards de dollars que reoivent chaque anne les universits et les facults amricaines au titre de laide fdrale (ou par rapport aux dpenses annuelles du gouvernement en matire de recherche-dveloppement militaire, qui reprsentent le double de ce montant).

Lconomie amricaine reste confronte de profonds problmes. Les rpublicains ne se dparent pas de leur farouche opposition toute augmentation des dpenses, en particulier de laide ltranger dconnecte de la scurit et de la dfense. Il est donc peu probable que la science au service du dveloppement bnficie de financements accrus pendant le mandat de quatre ans de la nouvelle administration. Les fonds promis pour ce projet pourraient mme tre rduits.

Se pose galement la question du transfert de toute nouvelle technologie dveloppe dans le HESN vers lendroit o elle est attendue. Le projet ne comprend aucun volet de recherche sur les systmes dinnovation ncessaires ce transfert.

Dans les entrevues quil a accordes aux mdias, Dehgan a compar cette initiative la trs efficace Agence de recherche sur les projets en dfense avance (Defense Advanced Research Projects Agency ou DARPA), qui fait plancher la matire grise des universits sur le dveloppement de technologies pour larme.

Une diffrence importante noter: il y a longtemps que la DARPA a pouss le Pentagone mettre ses ides en pratique. Insuffler une demande pour de nouveaux produits dans des pays en dveloppement est un dfi trs diffrent.

La tche consistant promouvoir linnovation socialement inclusive requiert une participation active des pays en dveloppement eux-mmes. Renforcer leurs capacits pour ce faire doit rester une priorit.

Dans ce contexte, les chercheurs amricains doivent comprendre les intrts des pays en dveloppement et tre prts collaborer avec leurs homologues trangers comme de vritables partenaires. Ils doivent viter la tentation de faire passer lavancement de leur carrire avant ce qui savrera souvent une relation ingale en termes dexprience en matire de recherche.

Il faut saluer le nouveau rseau de lUSAID. Son impact sur la rduction de la pauvret dans le monde pourrait se rvler relativement modeste compte tenu de lampleur du problme. Mais en concentrant lattention des chercheurs amricains sur cet objectif et en aidant les chercheurs des pays en dveloppement faire de mme, il reprsente certainement un pas supplmentaire accompli par ladministration Obama dans la bonne direction.

David Dickson est journaliste scientifique. Il a collabor Nature, Science et New Scientist. Il est spcialiste des rapports sur la politique scientifique. Il a t directeur fondateur de SciDev.Net de 2001 2011.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.