Rapprocher la science et le développement

  • Le Sénégal rejoint un ambitieux réseau de mathématiques

Shares

[DAKAR]Selon le coordinnateur du projet, les plans de création d'un Institut africain des sciences mathématiques (AIMS) au Sénégal seront bientôt concrétisés.

Le Pr Mamadou Sangharé, du département de Mathématiques et Informatique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) affirme que le futur institut AIMS-Sénégal a de fortes chances de s’installer à Mbour, une ville d’environ 180 000 habitants située à 80 kilomètres au sud de la capitale.

Il précise que les plans avancent “parfaitement” grâce notamment à l’appui des dirigeants politiques du pays, et en particulier du Président sénégalais Abdoulaye Wade. Ce dernier a d'ailleurs promis d'offrir le site.

AIMS-Sénégal est un projet de l’Initiative Next Einstein (AIMS-NEI) dont l’objectif est de créer 15 instituts sur le continent africain au cours de la prochaine décennie.

Marie-Pierre Barre, la directrice de projet de AIMS-NEI a déclaré à Scidev.Net que AIMS-Sénégal n'est pas le seul projet en cours, la création de deux autres instituts africains des sciences mathématiques étant programmée au Ghana et en Ethiopie. Ce sont donc trois nouveaux instituts qui verront le jour dans les prochaines années.

Le premier institut AIMS a ete créé en 2003 en Afrique du Sud. La demande est forte pour développer ce modèle. Un accord de coopération a depuis été signé avec l’Université africaine de science et de technologie (AUST) au Nigeria.

En formant des promotions d'étudiants africains au meilleur niveau de la science, les instituts AIMS favorisent l’émergence de nouvelles compétences et relient les jeunes scientifiques Africains à la communauté scientifique internationale, affirme Mme Barre.  

Les travaux de construction doivent débuter à Mbour l’an prochain. Si les délais sont respectés, AIMS-Sénégal ouvrira ses portes en 2011. 50 étudiants seront admis en première année. L'institut leur offrira une formation en sciences à spectre large. Les lauréats pourront ensuite s’inscrire en Master ou en Doctorat.

AIMS-Sénégal sera financé conjointement par l’Initiative Next Einstein et par l’Association pour la promotion scientifique de l’Afrique (APSA), créée par le professeur de Physique mathématique français, Vincent Rivasseau, co-fondateur du projet avec le professeur Sangharé. "Nous espérons que d’autres, y compris le gouvernement sénégalais, prendront par la suite le relais du financement", précise Mme Barre.

“L’une des forces du modèle d’enseignement de AIMS est le caractère panafricain de son recrutement”, déclare le Pr Sangharé. Comme pour le premier institut AIMS d'Afrique du Sud, les étudiants seront recrutés dans tous les pays du continent et bien sûr beaucoup viendront des pays voisins – à savoir la Gambie, le Mali, la Guinée-Bissau et la Guinée.

L'objectif de AIMS est non seulement de former des africains aux sciences mathématiques mais de les aider à rester sur place et à contribuer au développement du continent, soutient le Pr Sangharé.

Cet article a été mis à jour le 16 novembre 2009

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.