Rapprocher la science et le développement

  • Grands Lacs: les ministres de l'agriculture ravivent un centre de recherche

Shares

[KINSHASA] Les ministres de l'Agriculture des pays de la région des Grands Lacs, et notamment le Burundi, la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, ont convenu de relancer l'Institut de recherche agricole et zootechnique (Institute of Agricultural and Zootechnical Research , IRAZ) pour mieux lutter contre diverses maladies touchant les plantes et les animaux.

Cet institut basé à Lubumbashi, en RDC, a été créé en 1979. Selon le ministre congolais de l'agriculture, Norbert Basengezi Katintima, les Etats n'ont cependant pas tenu leurs promesses de financement ces dernières années, invoquant les difficultés économiques.

En conséquence, aucun programme spécifique de recherche n'a été mené dans cet institut depuis 2009.

Les ministres ont convenu de renflouer ses caisses pour permettre à l'institution de conduire des travaux de recherche sur les maladies touchant les plantes et les animaux dans la région, notamment la mosaïque du manioc, le flétrissement bactérien de la banane et la maladie de Newcastle, une maladie virale qui touche la volaille.

La maladie de la mosaïque du manioc est endémique dans la région des Grands Lacs. Elle cause de lourdes pertes à la principale source d'aliments et à la plus importante culture de rente de la région. La maladie du flétrissement bactérien de la banane constitue elle aussi un grand fléau.

En 2010, pour la seule RDC, plus de 6000 hectares de bananiers ont été détruits par la maladie du flétrissement bactérien, et près de 220.000 tonnes de banane perdues, selon Fabienne Pompey, porte-parole du Programme alimentaire mondial.

Marcel Kapambwe, conseiller au ministère de l'Agriculture de la RDC, a indiqué qu'à compter d'avril, chaque pays donnerait 1,2 millions de dollars environ tous les trois ans à l'institution.

Cette décision a été prise lors d'une réunion des ministres de l'Agriculture des Etats membres de la Communauté économique des pays des Grands Lacs, qui s'est tenue à Goma au mois de janvier.

Les ministres ont aussi mis sur pied un comité directeur composé d'experts issus des trois pays pour mettre sur pied un mécanisme de financement à long terme de l'Institut. Les recommandations de ce comité seront présentées, sous peu, au bureau permanent du secrétaire de la Communauté économique des pays des Grands Lacs.

Dans un entretien accordé à SciDev.Net, Kantintima a indiqué que « s'il n'y avait pas la recherche agricole et zootechnique [technologie de l'élevage], l'agriculture et la pêche seraient touchées et il y aurait nettement moins d'élevage bovin".

Lors de la séance de clôture de la réunion du mois de janvier, Odette Kayitesi, ministre burundaise de l'Agriculture, a lancé un appel à davantage de solidarité entre les trois Etats, qu'elle a exhortés à débloquer à temps leurs contributions initiales pour la relance de l'IRAZ.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.