Rapprocher la science et le développement

Les normes de genre exposent les adolescents à des problèmes de santé
  • Les normes de genre exposent les adolescents à des problèmes de santé

Crédit image: Panos

Lecture rapide

  • Une étude a identifié des normes qui influencent la santé des adolescents

  • Les garçons sont sujets aux blessures, les filles perçues comme des victimes

  • Les experts appellent à relever les défis auxquels sont confrontés les jeunes

Shares
[MUTARE, ZIMBABWE] Selon une étude, les normes sexospécifiques imposées sur le plan culturel qui pourraient mener à des peines et des souffrances à vie chez les adolescents doivent être apprivoisées dès le début de l'adolescence.
 
L'étude menée par un consortium de quinze pays et publiée dans la revue Journal of Adolescent Health, le mois dernier (20 septembre), a permis d'interroger les jeunes adolescents et leurs parents ou soignants sur la manière dont les normes de genre se forment à l'adolescence aux risques sexuels et autres risques pour la santé.
 
L'objectif principal de l'étude était de comprendre les processus de transition vers l'adolescence, en mettant l'accent sur les problèmes, les opportunités et les contrastes entre les discours sociaux des jeunes à mesure qu'ils grandissent, explique Kristin Mmari, auteur principal de l'étude et professeur agrégé de santé reproductive au Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.

“Les normes et croyances de genre ont des implications significatives pour les adolescents. Les conséquences pour les adolescents, en particulier les filles dans les pays en développement, incluent les mariages précoces.”

Kristin Mmari, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health

 
L'étude a été menée dans dix pays, dont la République démocratique du Congo, l'Équateur, l'Égypte, le Kenya, le Nigéria et les États-Unis.
 
"Il y a eu beaucoup d'attention et de recherche sur les jeunes de 15 à 19 ans, ce qui a conduit à négliger les adolescents âgés de 10 à 14 ans", explique Kristin Mmari. "De telles approches sont problématiques car elles négligent les besoins des adolescents plus jeunes qui sont confrontés aux plus grands risques et complications liés à des comportements malsains comme la grossesse et les infections sexuellement transmissibles".
 
Les chercheurs ont interrogé 167 filles et 160 garçons âgés de 11 à 14 ans et 287 soignants ou parents.
 
"Les normes et croyances de genre ont des implications significatives pour les adolescents. Les conséquences pour les adolescents, en particulier les filles dans les pays en développement, incluent les mariages d'enfants, le décrochage scolaire, la grossesse, le risque de VIH et d'IST, l'exposition à la violence et la dépression", explique Kristin Mmari, qui précise qu'au fur et à mesure de leur croissance, les jeunes gens prennent conscience de leurs propres idées de ce que signifie être un garçon ou une fille et construisent leur personnalité sur la base de leur compréhension.
 
Selon l'étude, les garçons pubères sont considérés comme des prédateurs alors que les filles sont considérées comme étant plus vulnérables et des victimes potentielles.
 
De telles normes font que les garçons se livrent beaucoup plus à la violence physique que les filles, ce qui fait que les garçons subissent plus de blessures physiques non intentionnelles et sont plus vulnérables à la toxicomanie et au suicide.
 
Beatrice Maina, co-auteur de l'étude et responsable de recherche au Centre de recherche en santé et population africaine, au Kenya, ajoute : "La responsabilité de l'action incombe aux parties prenantes nationales et internationales dans le domaine de la santé des adolescents.
 
"Ils ont tous besoin de travailler ensemble pour permettre une focalisation multidimensionnelle afin d'améliorer l'égalité des sexes, une éducation de qualité et une bonne santé dans le monde en développement".
 
Gertrude Shumba, directrice exécutive de Family AIDS Caring Trust au Zimbabwe, déclare à SciDev.Net que les résultats de l'étude doivent être un signal d'alarme pour les pays africains qui ont vu une transformation massive des structures et des relations familiales.
 
"Les résultats sont un indicateur de ce qui devrait être fait pour relever les défis auxquels les jeunes sont confrontés dans le monde en développement, lorsqu'ils vivent et interagissent entre eux, ainsi qu'avec avec les adultes et les influences des institutions sociales telles que les médias et l'école", explique Gertrude Shumba.
 
"Les gouvernements africains doivent mettre en place des politiques harmonisées en matière de genre qui favorisent la croissance des adolescents et garantissent que les valeurs et normes culturelles contribuent à façonner le développement des enfants et à les protéger de l'exploitation."

Références

Kristin Mmari et autres - Exploration of gender norms and socialization among early adolescents: The use of qualitative methods for the global early adolescent study (Revue de la santé de l'adolescent - Octobre 2017)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.