Rapprocher la science et le développement

  • Bill Gates met les chercheurs au défi de réinventer les toilettes

Shares

[KIGALI] Selon la Fondation Bill & Melinda Gates, le temps est venu de réinventer les toilettes dans le monde en développement, où d'autres initiatives d'amélioration de l'assainissement ont échoué.

Pour Sylvia Mathews Burwell, présidente du Programme de développement international de la Fondation, malgré les milliards de dollars investis dans les infrastructures d'assainissement dans le monde en développement, la croissance démographique fait qu'il n'y a jamais eu en Afrique sub-saharienne autant de personnes sans accès à un assainissement amélioré.

'L'utilisation de précieuses ressources en eaux pour chasser et transporter les déchets humains est non seulement peu ingénieuse, mais elle s'avère pour le moins trop coûteuse pour une bonne partie du monde', a-t-elle déclaré la semaine dernière (le 19 juillet dernier) lors d'AfricaSan, la troisième conférence africaine sur l'hygiène et l'assainissement.

La Fondation Bill et Melinda Gates subventionne à hauteur d'un montant total de US$ 42 millions la création d'un nouveau concept de toilettes ; en réponse plus de 20 universités dans le monde ont proposé des idées. Ainsi, l'Université du Kwazulu Natal, travaille en collaboration avec la municipalité locale pour la conception de toilettes communautaires capables de transformer les déchets en eau potable et en énergie propre.

'Nous leur avons demandé de concevoir un appareil autonome qui n'utilise pas l'eau courante, n'est pas connecté au réseau d'assainissement, et n'utilise pas une source d'électricité extérieure… et pour un coût total de seulement quelques sous par jour et par personne, y compris l'achat, le fonctionnement et l'entretien', précise Burwell.

Parmi les idées proposées figurent celles de toilettes qui transforment les déchets humains en cendre et en eau potable à travers un processus de déshydratation et de combustion rapides ; des toilettes qui convertissent les déchets humains en biochar pour enrichir les sols et qui seront bientôt testées dans les bidonvilles de Nairobi ; ainsi qu'une méthode de traitement des déchets humains par micro ondes pour produire du gaz.

Les principaux défis à relever consistent à assurer que ces nouvelles toilettes sont acceptées par les populations et couvrent toute la population rurale, si de bonnes idées sont développées.

'L'objectif principal est de soutenir les innovations locales en matière d'assainissement et d'hygiène,' précise Burwell. 'Ce projet qui proposera de nouvelles toilettes moins chères et sans eau, se consacrera aussi à la formation des communautés locales en les aidant à utiliser au mieux cette technologie.'

Mais le simple fait de se débarrasser des défécations non hygiéniques pourrait ne pas suffire pour éradiquer les maladies dues au déficit d'hygiène.

Selon Ananias Nsengiyumva, médecin basé à Kigali, même s'il est vrai que le développement de nouveaux appareils d'assainissement peut contribuer à la prévention des maladies hydriques au sein des communautés défavorisées, il faudrait également développer des systèmes de stockage et distribution de l'eau.

Pour lui, 'l'insuffisance des capacités pour assurer un stockage et un filtrage adéquats de l'eau a des effets sur les communautés rurales qui risquent de contracter des maladies telles que le choléra, la dysenterie et la typhoïde bacillaires'.

Pour Samuel Nkomo, ministre zimbabwéen du développement et de gestion des ressources en eaux, plusieurs pays africains accusent en retard quant aux progrès accomplis en vue des Objectifs de Développement du Millénaire de l'ONU en matière d'assainissement.

Pendant cette conférence, plusieurs pays africains, notamment le Ghana, le Malawi et le Rwanda, ont annoncé plusieurs projets d'assainissement dont l'objectif est la création de nouveaux prototypes de toilettes pour accroître l'offre en eau et des services d'assainissement en zones rurales.

Voir ci-dessous une vidéo de la Fondation Bill et Melinda Gates sur ce projet :

 

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.