Rapprocher la science et le développement

  • La sécurité de l'eau dans un monde incertain

Pour le climatologue Mark New, les décideurs doivent trouver des plans souples pour assurer la sécurité de l'eau en dépit des incertitudes des changements climatiques.

La majeure partie du monde en développement est tributaire des précipitations, de la neige ou de la glace pour ses approvisionnements en eau naturelle. Les chercheurs et les décideurs politiques sont donc préoccupés par la façon dont les changements climatiques affecteront la sécurité de l'eau.

La disponibilité à long terme de l'eau est largement déterminée par les conditions moyennes dans un bassin fluvial, mais ce sont souvent des événements extrêmes qui causent l'insécurité de l'eau. Fait important, la sécurité de l'eau ne se limite pas à sa rareté -- l'excès d'eau pouvant aussi être dévastateur, comme l’ont démontré les récentes inondations au Pakistan.

Par conséquent, l'évaluation de la façon dont les changements climatiques affectent la sécurité de l'eau nécessite des informations sur les modifications à la fois de la moyenne et de la variabilité du climat, notamment les précipitations, sur une série de périodes allant de quelques heures à des dizaines d’années.

Incertitude en matière de prévisions

Les incertitudes dans les projections issues des modèles climatiques mondiaux rentrent dans trois catégories. L'incertitude des conditions initiales’ se rapporte à la nature chaotique du temps et du climat, quand un manque d'informations sur le climat actuel signifie que nous ne pouvons pas -- même avec un modèle parfait - prédire avec précision le climat. La réalisation de plusieurs simulations, identiques excepté dans leurs conditions initiales, peut aider à évaluer avec précision cette incertitude.

‘Les incertitudes des modèles’ résultent des imperfections dans les modèles climatiques, qui sont, après tout, des simplifications informatiques du système climatique réel. Nous pouvons obtenir une certaine indication de ces incertitudes en observant la progression des résultats des différents modèles, ou en passant le même modèle à plusieurs reprises avec des configurations différentes pour des processus clés tels que les précipitations.

‘Forcer l'incertitude’ se rapporte à des doutes sur le niveau des émissions futures et sur la quantité qui finira sur terre, dans les puits océaniques ou dans l'atmosphère. L'absence d'une politique concrète par rapport aux émissions globales signifie que cette incertitude subsiste.

Tous les modèles climatiques mondiaux prévoient une augmentation moyenne mondiale des précipitations avec le réchauffement du climat. La plupart des modèles s’accordent sur l’hypothèse que les précipitations augmenteront sous les latitudes moyennes et les tropiques humides, et diminueront sous les tropiques arides et dans les zones sub-tropicales.

Mais les projections à l'échelle régionale sont plus variées. Même lorsque les modèles convergent sur la direction de la modification des précipitations, des différences considérables sur l'ampleur persistent.

Les modèles climatiques ont tendance à être moins fiables dans la représentation et la prévision des phénomènes climatiques extrêmes. Par exemple, certains modèles ne réussissent pas à représenter convenablement la dynamique de l'oscillation australe de El Niño, qui est essentielle en matière de prévision de la sécheresse, ou les processus qui peuvent aboutir à des inondations graves, tels que les tempêtes tropicales et les fortes pluies en période de mousson.

Aux échelles spatiales plus fines requises pour les évaluations sur place, l'interprétation des résultats des modèles de circulation globale est particulièrement délicate. Leur faible pouvoir de résolution signifie qu'ils ratent souvent des processus tels que le forçage topographique et les rétroactions de la surface terrestre qui sont importants pour le climat local.

Une grande industrie d'’étude des phénomènes de sous-échelle' a vu le jour pour remédier à cette faiblesse, mais les résultats des différentes approches sont extrêmement variables.

Les améliorations des modèles dans les années à venir peuvent permettre de surmonter certaines de ces limites. Mais la plupart des climatologues s’attendent à ce que l'incertitude gagne du terrain avant de commencer à reculer.

Ainsi, dans un avenir prévisible, les utilisateurs des projections de modèles climatiques auront à faire face à de grandes incertitudes.

Assurer la sécurité de l'eau

On peut s'attendre à ce que les zones qui sont actuellement arides ou semi-arides deviennent plus sèches, et l'intensité moyenne des précipitations est susceptible d'augmenter à peu près partout. Mais en examinant des cas spécifiques, avec une certaine incertitude inévitable dans le climat du futur, les responsables politiques qui se proposent d’assurer la sécurité de l'eau doivent utiliser des stratégies qui tiennent compte de cette incertitude.

Une première étape relativement facile est ‘l’examen du climat’ – en évaluant si la situation locale de la sécurité de l'eau est sensible au climat. Il se pourrait que les changements climatiques ne soient pas un problème, par exemple, lorsque la pénurie d'eau est due à des facteurs politiques ou socio-économiques tels que les conflits, le mauvais état des infrastructures ou la pollution, ou lorsqu'un problème provient des vulnérabilités actuelles du climat.

Quand le climat devient un facteur, les données issues des modèles climatiques peuvent être utilisées pour évaluer ‘l'enveloppe d'incertitude’ -- la gamme de climats futurs possibles prévus par les modèles climatiques.

Si, après cet examen, les changements climatiques s'avèrent potentiellement importants, des analyses plus poussées peuvent être nécessaires. Elles comprennent des techniques basées sur la théorie de la décision et l'analyse des risques qui identifient les options les plus solides pour les incertitudes.

Fondamentalement, les résultats issus des modèles climatiques doivent être interprétés avec prudence, car certains modèles peuvent être moins fiables que d'autres dans des domaines géographiques spécifiques. Cela exige des climatologues une implication dans le processus d'analyse et de planification, plutôt que de fournir simplement des données aux utilisateurs finaux.

Dans de nombreux cas, les décideurs peuvent aider les collectivités à faire face aux pénuries d'eau d’aujourd'hui en développant une résistance aux vulnérabilités climatiques actuelles.

Pour les projets à plus long terme, tels que les traités transfrontaliers ou les aménagements d'infrastructures, y compris les barrages, le secret est d'éviter de se trouver pris dans des situations qui peuvent être aggravées par les changements climatiques.

Cela signifie choisir d’abord des options faciles, ‘irréprochables’, et s’assurer que la flexibilité est intégrée dans tous les plans ou accords stratégiques.

Les décideurs politiques ne doivent pas utiliser l'incertitude par rapport aux changements climatiques comme prétexte à l'inaction. Les gouvernements, les entreprises et les particuliers prennent des décisions fondées sur des données incertaines tout le temps, et il ne devrait pas en être autrement des changements climatiques.

Mark New est maître de conférences en sciences du climat à l'Université d'Oxford et au Tyndall Centre for Climate Change Research, au Royaume-Uni.