Rapprocher la science et le développement

Un kit pour diagnostiquer plus facilement le paludisme
  • Un kit pour diagnostiquer plus facilement le paludisme

Crédit image: Giacomo Pirozzi/Panos

Lecture rapide

  • Les tests actuels nécessitent un personnel qualifié ou un équipement coûteux

  • Le nouveau kit est rapide, simple et peut détecter des infections de faible niveau

  • Il est en train d’être testé sur des échantillons de sang réel en laboratoire

Shares
Un kit en papier et plastique qui fonctionne comme un test de grossesse, mais en utilisant du sang au lieu de l'urine pourrait offrir un moyen rapide et simple pour diagnostiquer le paludisme.
 
Le procédé consiste à multiplier tout ADN (acide désoxyribonucléique) de parasite qui pourrait se trouver dans un échantillon de sang et à afficher les résultats sur une bande ; même si un patient n’a qu'un petit nombre de parasites.
 
" Pour déterminer le résultat, l'utilisateur regarde simplement la bande à travers le plastique transparent du dispositif pour voir le nombre de lignes qu’il compte ", déclare Mike Cordray, chercheur à l'Université Rice aux Etats-Unis.
 
Ce dernier a fait ce travail dans le cadre de sa thèse de doctorat. Si l'ADN du parasite est présent, il y a deux lignes, tandis qu’une ligne signifie qu'il n'y a pas d'ADN.
 
L'étude du Malaria Journal, publiée le 26 novembre, était un travail de validation de principe ; les chercheurs voulant déterminer si le kit pouvait détecter le parasite dans des échantillons synthétiques.

“C’est un dispositif intéressant qui semble relativement facile à utiliser et nécessite un équipement très limité, de faible niveau technologique, et très peu d'expertise”

Christiaan van Ooij, Francis Crick Institute, Royaume-Uni

 
Mais ils sont convaincus qu'il va marcher sur le terrain, affirme l'auteur Rebecca Richards-Kortum, bioingénieur à l'Université Rice.
 
"Nous le testons actuellement avec des échantillons cliniques dans le laboratoire", dit-elle.
 
 Il y a eu 214 millions de cas de paludisme cette année. On diagnostique actuellement cette maladie soit en utilisant un microscope pour contrôler visuellement un échantillon de sang afin de voir s’il contient des parasites, soit en détectant la présence de molécules de parasites dans l'échantillon au moyen d’un procédé connu sous le nom de test de diagnostic rapide
 
Seulement, la microscopie nécessite un personnel hautement qualifié et n’est pas toujours disponible dans les régions où le paludisme est endémique.
 
Et bien que les tests de diagnostic rapide soient plus rapides, pour Mike Cordray, "les tests basés sur l'ADN sont plus efficaces quand il s'agit de détecter de manière fiable les infections de faible niveau".
 
Mais la méthode conventionnelle d’analyse de l'ADN, appelée réaction en chaîne par polymérase (PCR) hautement sensible, nécessite un équipement coûteux et peut prendre des heures.
 
Le nouveau test, qui utilise une technique appelée amplification de la recombinase-polymérase, est plus rapide que la PCR et ne nécessite pas d’équipement coûteux. Le kit contient tout le nécessaire pour détecter le parasite, dit Mike Cordray.
 
"C’est un dispositif intéressant qui semble relativement facile à utiliser et nécessite un équipement très limité, de faible niveau technologique, et très peu d'expertise", constate Christiaan van Ooij, un chercheur sur le paludisme du Laboratoire Mill Hill de l'Institut Francis Crick, au Royaume-Uni.  
 
Mais, il déclare que les auteurs doivent prouver que leur test peut détecter l'ADN du paludisme à partir d'échantillons de sang avec la même sensibilité que celle affichée en utilisant des échantillons synthétiques.
 
Le kit "nécessite également un procédé non encore mis au point qui puisse être utilisé sur le terrain pour la préparation de l'échantillon à utiliser dans le dispositif", ajoute-t-il.
 
Mike Cordray et Rebecca Richards-Kortum estiment que leur prototype coûte environ huit dollars par test, en grande partie parce qu'ils ont utilisé des pièces disponibles sur le marché.
 
Christiaanvan Ooij note que le coût reste encore relativement élevé, mais Mike Cordray estime qu'il pourrait baisser si la production était accrue.

Références

Michael S. Cordray and Rebecca R. Richards-Kortum A paper and plastic device for the combined isothermal amplification and lateral flow detection of Plasmodium DNA (Malaria Journal, 26 November 2015)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.