Rapprocher la science et le développement

Débat: Défécation à ciel ouvert et hygiène en Afrique

Shares
 
Il n’est pas rare de voir, encore en 2017, sur les artères des grandes villes africaines, des enfants, voire des adultes, déféquer à l’air libre.
 
Outre que ces spectacles sont très peu ragoûtants et surtout enlèvent aux yeux des visiteurs – notamment les touristes – le charme et l’esthétique de notre environnement, cette pratique pose évidemment un problème majeur : l’hygiène.
 
Il ne s’agit pas d’un terme passe-partout, mais bien de nos vies, car l’absence d’hygiène est souvent synonyme de maladies, voire d’épidémies.
 
Selon un rapport du programme conjoint de surveillance de l’OMS et de l’Unicef, la défécation à l'air libre est encore un problème majeur à l'échelle mondiale, bien que certains pays et régions aient fait des progrès remarquables.
 
L'Éthiopie a enregistré la plus forte diminution de la proportion de la population pratiquant la défécation à l'air libre.
Le taux de défécation à l'air libre est passé de 92% (44 millions de personnes) en 1990 à 29% (28 millions de personnes) en 2015, soit une réduction moyenne de plus de 4% par an sur 25 ans.
 
En Asie du Sud, où le nombre de défécateurs à l'air libre est le plus élevé, le Bangladesh, le Népal et le Pakistan ont obtenu des réductions de plus de 30 points de pourcentage depuis 1990.
 
En Inde, il y a eu une réduction de 31 points de pourcentage, représentant 394 millions de personnes.
 
En revanche, le nombre de personnes pratiquant la défécation à l'air libre a augmenté en Afrique subsaharienne et la région représente maintenant une part plus importante du total mondial qu'en 1990.
 
Aux taux actuels de réduction, la défécation à l'air libre ne sera pas éliminée parmi les plus pauvres dans les zones rurales d'ici à 2030.
 
Cependant, certains pays font des efforts louables. Il en est ainsi du Kenya, qui vient de lancer un outil en ligne pour assurer le suivi dans les zones rurales.
 
Qu’en est-il dans votre pays ? Que font les autorités pour contenir le phénomène ? Existe-t-il des solutions peu coûteuses à ce problème ? Que convient-il de faire pour mettre fin à ce problème, tant en zone urbaine qu’en zone rurale ?
 
Faites-nous part de votre opinion, en publiant votre commentaire ci-dessous ou sur notre Page Facebook.
 
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.