Rapprocher la science et le développement

  • Les plantes antipaludiques 'en danger d'extinction'

Shares

[NAIROBI] D'après des scientifiques africains, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour prévenir l'extinction des arbres et des arbustes ayant des vertus antipaludiques, qui pourraient orienter la découverte d'une nouvelle génération de médicaments antipaludiques et salvateurs.

Selon les résultats d'une recherche publiés aujourd'hui (21 avril) dans un ouvrage, à Nairobi, au Kenya, plusieurs plantes utilisées dans la médecine traditionnelle pour prévenir ou pour soigner le paludisme, sont menacées par la déforestation et la surexploitation pour usage médicinal.

Cet ouvrage, intitulé Common Antimalarial Trees and Shrubs of East Africa, écrit par des chercheurs du Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF) et du Kenya Medical Research Institute (KEMRI), résume les recherches réalisées par les laboratoires africains ainsi que les données ayant été récoltées sur le terrain auprès de guérisseurs traditionnels et de patients affectés par le paludisme dans plus de 30 communautés rurales d'Afrique de l'Est.

Les auteurs ont indiqué que plus d'un millier d'espèces de plantes sont utilisées par les guérisseurs traditionnels pour soigner les symptômes du paludisme. Ils se sont concentrés sur 22 d'entre elles pour lesquelles les vertus médicinales ont également été prouvées scientifiquement, justifiant que des recherches supplémentaires soient réalisées.

Certaines des espèces ayant été identifiées comme étant menacées incluent les arbres crocodile, les Zanthoxylum chalybeum, et les oliviers sauvages africains, les Olea europaea Africana.

L'ICRAF cherche déjà à préserver certaines espèces menacées : il conserve près de 200 espèces africaines, parmi lesquelles une trentaine est connue pour avoir des vertus antipaludiques, dans sa banque de gènes et dans les pépinières à Nairobi.

L'un des auteurs de l'ouvrage, Geoffrey Rukunga, Directeur du Centre for Traditional Medicine and Drug Research du KEMRI, a déclaré que les agriculteurs pourraient aider à conserver ces plantations si les gouvernements les encourageaient à l'aide de mesures d'incitation financière. "Concrètement, il s'agira de déplacer [les espèces menacées] qui sont à l'état sauvage, dans les exploitations".

Il a ajouté qu'une forte diffusion des informations sur l'importance de ces espèces est fondamentale si le danger d'extinction devait être contenu.

La quinine et l'artéminisine, qui permettent actuellement de soigner le paludisme, sont également fondés sur des ingrédients issus de plantes, mais le parasite du paludisme a commencé à développer une résistance à ces traitements. D'après les chercheurs, des recherches supplémentaires sur ces plantes, qui sont utilisées par les guérisseurs traditionnels d'Afrique de l'Est, pourraient aboutir à la "nouvelle artémisinine".

Ils ont également préconisé que des recherches supplémentaires soient menées pour comprendre comment les guérisseurs traditionnels associent les différentes plantes pour optimiser leur efficacité, afin que les entreprises pharmaceutiques puissent concevoir de nouveaux traitements basés sur ces savoirs.

G. Rukunga a indiqué que les recherches réalisées sur ces plantes devraient également s'intéresser à la possibilité qu'elles soignent d'autres maladies telles que la tuberculose.

Elizabeth Juma, Directrice du Département de contrôle du paludisme au ministère de la Santé du Kenya, a déclaré : "La plupart des composants utilisés pour soigner le [paludisme] venaient des plantes ou étaient à base de plantes ; étant donné que notre répertoire diminue, il est encore plus important de découvrir de nouveaux composants. Il est fort probable qu'ils seront issus des plantes".

Tony Simons, Directeur-Général adjoint de l'ICRAF, a déclaré que 80 pour cent de la population africaine a recours à la médecine traditionnelle qui associe différentes plantes.

"L'intérêt que nous portons [à ces espèces et aux médicaments qui en découlent] concerne la préservation, la recherche, la sécurité, l'efficacité, la production ainsi que l'utilisation et le faible coût", a-t-il déclaré.

Lien vers l'ouvrage (en anglais)

Lien vers la page spéciale de SciDev.Net 'Intégrer médecine moderne et traditionnelle' (en anglais)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.