Rapprocher la science et le développement

Vacciner 70% des chiens pour éradiquer la rage
  • Vacciner 70% des chiens pour éradiquer la rage

Crédit image: OIE

Lecture rapide

  • 40% des victimes de la rage sont des enfants âgés de moins de 15 ans

  • La prévention coûte beaucoup moins cher que le traitement de la maladie

  • Des programmes pilotes de vaccination sont menés avec succès dans certains pays

Shares
Ce 28 septembre se célèbre la journée mondiale de lutte contre la rage, une maladie transmise à l’homme essentiellement par les morsures de chiens infectés.

A cette occasion, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), en association avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) " et l’Alliance globale contre la rage (GARC)  exhortent tous les pays à mettre en œuvre les stratégies d’investissement adéquates pour éliminer la rage humaine".
 
Dans un document produit à cette occasion, ces institutions appellent "les pays à investir dans des programmes de contrôle à la fois rentables et durables, notamment en ce qui concerne la vaccination à grande échelle des chiens", indique un communiqué de l’OIE.
 
"On peut prévenir la rage à la source en vaccinant les chiens", note Bernadette Abela-Ridder de l’unité des zoonoses négligées du département de lutte contre les maladies tropicales négligées de l'OMS.
 
"Le déclin du nombre de morts humaines causées par la rage reflète assez fidèlement celui des chiens morts de la rage, et nous avons besoin d’investissements pour mettre en œuvre des programmes d’éradication dans les communautés et pays touchés", ajoute-t-elle.
 
"Il suffirait de vacciner 70 % de la population canine des zones touchées par la rage pour éradiquer la rage canine au niveau mondial, et cette solution coûterait beaucoup moins cher que les traitements post-exposition", confirme Bernard Vallat, directeur général de l’OIE.
 
Les expériences ayant conduit à ces conclusions se sont déroulées récemment aux Philippines, en Afrique du Sud, en Tanzanie et au Bangladesh.
 
L’organisation insiste beaucoup plus sur la prévention parce que le traitement après la morsure se révèle plus couteux.

“Il suffirait de vacciner 70 % de la population canine des zones touchées par la rage pour éradiquer la rage canine au niveau mondial, et cette solution coûterait beaucoup moins cher que les traitements post-exposition”

Bernard Vallat
Directeur général de l’OIE

 
"La prophylaxie post-exposition peut être efficace pour prévenir les morts humaines causées par la rage. C’est néanmoins une approche coûteuse et qui ne peut être efficace que sur des individus ayant un accès immédiat à des installations disposant du traitement en question", peut-on lire.
 
A titre d’exemple, indique l’OMS, le coût global des traitements est de l’ordre de 1,7 milliard de dollars par an, en plus des frais de transport des victimes et d’autres manques à gagner qui se chiffrent, eux, à 1,4 milliard.
 
Selon le communiqué de presse de cette organisation, la rage qui touche beaucoup plus les populations pauvres des zones rurales continue de provoquer la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque année.
 
La même source précise que près de 40% des victimes exposées aux morsures de chiens sont des enfants de moins de 15 ans.
 
L’OIE et ses partenaires invitent en conséquence les Etats à investir pour éliminer la rage transmise par les chiens.
 
"Surtout que les banques régionales de vaccins de l’OIE sont dorénavant également utilisées par l’OMS pour fournir des vaccins antirabiques de haute qualité pour la vaccination des chiens dans le sud de l’Afrique et aux Philippines", indique le communiqué.


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.