Rapprocher la science et le développement

  • Twitter a permis de suivre l'épidémie de choléra en Haïti avec efficacité

[MONTEVIDEO]La source informelle dinformations, Twitter, a produit des donnes qui auraient facilit et acclr la dtection et le suivi de lpidmie meurtrire de cholra en Hati par rapport aux mthodes traditionnelles, selon une tude.

Cette tude a constat que mdias sociaux en ligne et les flux RSS ont t plus rapides que les documents officiels et gnralement aussi prcis que ces derniers pour dtecter le dbut et les premiers tapes de lpidmie qui a frapp Hati aprs le sisme de janvier 2010 et a tu plus de 6 500 personnes.

Les rsultats de ltude apparaissent aujourdhui dans une rubrique spciale de la revue American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, publie loccasion du deuxime anniversaire du sisme.

Ses auteurs ont utilis HealthMap, une plateforme de surveillance automatise, pour mesurer le volume des informations gnres au cours des 100 premiers jours de lpidmie, et ils ont examin les tweets se rfrant au cholra sur Twitter.

Ils ont constat qu mesure que le nombre officiel de cas augmentait et diminuait, le volume des discussions sur les mdias informels autour du cholra suivait la mme tendance.

Rumi Chunara, un chercheur universitaire HealthMap et Harvard Medical School, aux Etats-Unis, et auteur principal de ltude, souligne que ces informations informelles taient disponibles en ligne prs de deux semaines avant les rapports officiels du gouvernement, qui ont d passer par la structure traditionnelle de la chane de commandement de la sant publique.

Cela signifie quil tait possible de sy rfrer pour obtenir les toutes premires estimations dune flambe de la maladie avoir un premier aperu dune une pidmie en volution, dit-elle -- et ainsi pour planifier une rponse plus rapidement.

Chunara explique que lutilisation des mdias informels est rentable, rapide, et ils peuvent tre utiliss pour atteindre des populations qui, autrement, nauraient pas accs aux soins de sant traditionnels ou ne chercheraient pas en bnficier.

Au nombre dautres avantages figurent une meilleure rsolution spatiale et temporelle, et ltude affirme que les mdias informels pourraient contribuer ltude dautres dclarations de maladies dans le monde.

Pour James Wilson, directeur excutif du Systme consultatif sur lpidmie en Hati - un rseau de rapports de bio-surveillance cr pour appuyer lalerte rapide sur les points chauds de cholra en Hati - les sources comme Twitter ont t utiles connecter les intervenants sur le terrain entre eux. Il prvient pourtant quils peuvent ne pas fonctionner comme une source primaire dinformation sur les flambes pour ceux qui sont impliqus dans la dtection sur le terrain.

Les rapports des mdias sociaux contenaient souvent des inexactitudes en raison de la polarisation gographique des journalistes, car la plupart dentre eux taient bass dans la capitale, Port-au-Prince, insiste Wilson.

Chunara reconnat que les sources des donnes informelles pourraient tre biaises en faveur des zones urbaines ou dveloppes, et de certains groupes dge, et quelles peuvent contenir de fausses alertes, ce qui doit tre pris en compte.

Mais elle ajoute que les donnes informelles pourraient complter les donnes officielles en cas de flambe, dans le but dobtenir des estimations opportunes de la dynamique de la maladie.

Références

The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene doi:10.4269/ajtmh.2012.11-0597 (2011)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.