Rapprocher la science et le développement

  • Public et privé s'engagent contre les maladies négligées

Shares

[LONDON] Un important partenariat public-privé, dont l’objectif est de contrôler ou d’éliminer au moins dix maladies tropicales négligées (MTNs) à l’horizon 2020, a été dévoilé hier (le 30 janvier) à Londres, accompagné d’une feuille de route de l’OMS sur la stratégie d’action.

 

Des organisations non gouvernementales, des bailleurs de fonds ainsi que 13 entreprises pharmaceutiques internationales se sont regroupés dans le cadre du plus grand effort de coordination consacré aux MTNs, pour soutenir la "déclaration de Londres sur les maladies tropicales négligées".

Environ 800 millions de dollars de promesses de dons ont été émises et de nouveaux projets de recherche ont été lancés, dans le cadre de cette opération décrite par Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, comme étant "l’initiative la plus coordonnée" qu’elle ait rencontrée en 30 ans de santé publique.

Dans cette déclaration, les entreprises s’engagent à "soutenir, accroître et étendre" l’approvisionnement en médicaments afin d’éradiquer le ver de Guinée, d’éliminer la filariose lymphatique, la lèpre, la maladie du sommeil, le trachome, et de lutter contre la schistosomiase, les helminthes transmis par le sol, la maladie de Chagas, la leishmaniose viscérale et la cécité des rivières (onchocercose).

Ces dix maladies font partie des dix-sept MTNs qui touchent plus d’un milliard de personnes dans le monde.

Dans la feuille de route intitulée 'Accélérer les travaux pour surmonter l’impact mondial des maladies tropicales négligées', l’OMS estime qu' "en dépit de la complexité des maladies tropicales négligées, ces objectifs sont réalisables".

Cette feuille de route prévoit un mécanisme de suivi des progrès vers les objectifs de 2020 ainsi qu’un système d’évaluation qui rendra compte du respect de leurs engagements par les partenaires.

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, les sociétés pharmaceutiques fourniront "cinq à dix fois autant" que par le passé, annonce Bill Gates, co-président de la fondation Bill & Melinda Gates, qui a promis les plus gros montants de financement. Gates, qui a contribué à négocier l’accord avec les sociétés pharmaceutiques, a ajouté que les coûts de traitement des MTNs "ne sont pas suffisamment réduits". 

Alexandre Lourenço Jaime Manguele, ministre de la Santé du Mozambique, et dont le gouvernement s’est fixé comme objectif de traiter 27 millions de personnes d’ici 2015, a affirmé que  "le soutien des bailleurs de fonds et le don de plusieurs médicaments indispensables peuvent avoir un grand impact dans un pays comme le Mozambique."

"La solution passera par l’accroissement des dons de médicaments par l’industrie pharmaceutique", affirme Daniel Berman, directeur adjoint de la campagne d’accès aux médicaments essentiels lancée par l’organisation humanitaire médicale internationale Médecins sans frontières (MSF).

"Il est cependant impossible d’éliminer ou d’éradiquer les pathologies comme la maladie de Chagas, le kala azar ou la maladie du sommeil sans renforcer l’appui aux programmes de dépistage et de traitement et sans augmenter l’investissement dans la mise au point de meilleurs tests diagnostics et de meilleurs médicaments".

Bernard Pécoul, directeur général de l’initiative Médicaments contre les maladies négligées (DNDi) basée à Genève, est l’un des soutiens de la nouvelle initiative. Il reconnaît que pour ce qui est des MTNs les plus mortelles, l’éradication ou l’élimination passe par un engagement renforcé en faveur de la R&D.

"Nous avons un besoin urgent de nouveaux médicaments et de nouveaux diagnostics pour améliorer la prise en charge des malades, répondre au défi posé par la résistance aux médicaments et accroître les chances d’éliminer la maladie", affirme-t-il.

Les donateurs et les philanthropes ont promis 785 millions de dollars de contributions pendant la rencontre. Les plus grandes promesses sont celles de la fondation Gates, avec 363 millions de dollars sur les cinq prochaines années, et dont une partie sera affectée à l’innovation et au développement des médicaments, et les 195 millions de livres (environ 300 millions de dollars ou 230 millions d’euros) promis par le ministère britannique de l’Aide au développement international (Department for International Development, DFID) d’ici 2015.

En marge de la conférence, le DNDi et la société pharmaceutique Abbott ont signé un accord de recherche en partenariat et de licences non-exclusives d’une durée de quatre ans pour la recherche sur les MTNs, notamment la maladie de Chagas, les helminthiases, la leishmaniose et la maladie du sommeil.

Ils vont mettre l’accent sur la découverte et le développement de nouveaux agents antimicrobiens.

Cet accord donne au DNDi un meilleur accès aux données de recherche d’Abbott, et aux composés des tests de dépistage des MTNs.

Le DNDi a également annoncé au cours de la conférence une collaboration avec Johnson & Johnson, Abott et Pfizer pour les travaux de recherche-développement sur un médicament contre les filarioses.

Les gouvernements du Bangladesh, du Brésil, du Burkina Faso, du Mozambique et de la Tanzanie, pays où les MTNs sont endémiques, ont annoncé leur intention d’élaborer des plans de lutte contre les MTNs.

Lien vers la feuille de route de l’OMS pour 'Accélérer les travaux afin de surmonter l’impact mondial des maladies tropicales négligées'

Lien vers la 'déclaration de Londres sur les maladies tropicales négligées'

Voir ci-après une vidéo de la fondation Gates sur cette nouvelle initiative :

[vid]

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.