Rapprocher la science et le développement

La poussière et le vent liés aux épidémies de méningite
  • La poussière et le vent liés aux épidémies de méningite

Crédit image: DustyWindyScene_IRI

Lecture rapide

  • Les conditions climatiques permettent de prédire une partie de la variabilité saisonnière des cas de méningite

  • Cette constatation peut offrir un moyen de prévoir les épidémies, contribuant ainsi aux efforts de vaccination

  • Les chercheurs veulent maintenant tester la faisabilité de ce modèle

Shares
Selon une étude, la poussière atmosphérique et certaines conditions liées au vent pourraient signaler l'imminence d'une épidémie de méningite dans la "ceinture méningitique", zone de l'Afrique sub-saharienne qui s'étend du Sénégal à l'Ethiopie.

Les chercheurs ont cartographié les épidémies saisonnières, sur la base des données recueillies de 1986 à 2006 dans trente-huit communes du Niger. Ils ont trouvé une corrélation claire entre les conditions climatiques et les épidémies.

Les résultats, affirment-ils, offrent une base pour prédire les épidémies, qui surviennent généralement entre février et mars, au cœur de la saison sèche.

L'étude, publiée dans l'édition du mois dernier de la revue Environmental Health Perspectives, a connu la participation de scientifiques de l'Espagne, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Carlos Pérez García- Pando, chercheur à l'Institut Goddard de la NASA pour les études spatiales, aux États-Unis et l'un des auteurs de l'étude, a déclaré dans un courriel à SciDev.Net: "Nous avons montré que les informations sur le vent et la poussière, et l'incidence du début de la saison sèche, permettent de prévoir une partie de la variabilité d'année en année de l'incidence saisonnière de la méningite au Niger, aux niveaux national et régional".

Selon l'OMS, la méningite tue une personne sur dix et de nombreux survivants s'en sortent handicapés. Les vaccins contre la méningite ne procurant généralement qu'une immunité de deux ou trois ans seulement, plusieurs pays touchés par la maladie n'utilisent des vaccins que dans des situations d'épidémie.

Mais selon García-Pando, ces vaccins sont d'une efficacité limitée. "Quand le nombre de cas dans une commune donnée atteint un seuil, les vaccins sont commandés pour cette commune", a-t-il déclaré. "Mais parfois, la réponse arrive trop tard et donc la stratégie gagnerait à utiliser des outils de prévision."

“Il est connu que des interactions existent entre la survenue des épidémies et certains paramètres climatiques, notamment les poussières”

Mano Aghali, ministre nigérien de la Santé










Au Niger, le ministre de la santé, Mano Aghali, s expliqué à SciDev.Net que les autorités sanitaires ont déjà observé le lien entre le climat et les épidémies de méningite.

"Il est connu que des interactions existent entre la survenue des épidémies et certains paramètres climatiques, notamment les poussières", affirme-t-il.
"Des analyses faites sur plusieurs années ont montré que les cas augmentent au début de la saison sèche, en janvier et baissent en début de saison pluvieuse, entre mai et juin."

Mano Aghali estime en outre que son pays, à l'instar de tous les autres pays dans la ceinture méningitique, utilise un système d'alerte.
 
Il s'agit d'agents du secteur de la santé, chargés d'évaluer les cas potentiels de méningite et de déclarer une épidémie au-delà d'un certain seuil.

Chaque pays de la région affectée dispose d'une stratégie nationale de lutte contre la méningite, qui est mise en œuvre lorsque le seuil de l'OMS pour une épidémie - de 15 cas pour 100.000 habitants par semaine en moyenne sur deux semaines consécutives - est atteint.

García-Pando a déclaré à SciDev.Net : "Nous devons maintenant tester ce genre de modèles de prévision pour une utilisation opérationnelle dans la ceinture, en collaboration avec l'OMS et les ministères de la santé dans la région."

Mais les chercheurs laissent entendre que d'autres études sont nécessaires pour déterminer si la poussière et le vent affectent directement les bactéries qui causent la méningite ou si elles rendent la population plus vulnérable à l'infection.

Lien vers l'étude complète dans la revue "Environmental Health Perspectives"

Voir ci-dessous une vidéo produite par l'Institut international de recherche sur le climat et la Société pour la prévision du climat et de la méningite - en anglais:

La poussière et le vent: Le climat et la méningite au Niger - une vidéo de l'IRI sur Vimeo.

Cet article est une production de la rédaction Afrique sub-saharienne de SciDev.Net.

Références

Environmental Health Perspectives doi: 10.1289/ehp.1306640 (2014)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.