Rapprocher la science et le développement

Ebola: Des résultats positifs pour un candidat vaccin
  • Ebola: Des résultats positifs pour un candidat vaccin

Crédit image: Flickr/UNMEER

Lecture rapide

  • Le vaccin a été testé sur 158 volontaires avec des résultats prometteurs

  • L’évaluation en Guinée permettra d’éclaircir les dernières zones d’ombre

  • Des dispositions sont déjà prises pour une large distribution

Shares
Les hôpitaux universitaires de Genève (HUG) en Suisse ont rendu publics les résultats des tests en cours depuis novembre 2014 pour mesurer l’efficacité du vaccin expérimental VSV-Zebov.
 
Ces essais ont été réalisés sous la direction de Claire-Anne Siegrist, investigatrice principale et responsable du centre de vaccinologie des HUG.
 
Selon un communiqué de presse publié par l’institution, le 1er avril dernier, ces essais ont été effectués sur 158 volontaires, en Suisse, au Gabon, au Kenya et en Allemagne.
 
Les volontaires en question avaient un âge moyen de 42 ans et étaient constitués à 60% d’hommes.
 
Les résultats de ces essais, publiés le 1er avril dans "The New England Journal of Medicine", indiquent que "le candidat vaccin VSV-Zebov déclenche la production d'anticorps capables de neutraliser le virus Ebola”.
 
Selon le communiqué des HUG, les tests ont révélé que même de faibles doses de ce vaccin expérimental sont capables d’induire la production d'anticorps contre le virus Ebola et que le taux d’anticorps produit est proportionnel à la dose de vaccin.
 
Mais les volontaires auxquels ce candidat vaccin a été administré ont développé des effets secondaires.
 
Ainsi, pendant un ou deux jours, presque tous ont présenté de la fièvre et des courbatures jugées bénignes par les chercheurs.
 
En outre, chez 20% des volontaires, des inflammations articulaires avec des douleurs sont apparues sur quelques semaines.
 
"Pendant une dizaine de jours, parfois plus, cela a provoqué des douleurs dans les mains, les pieds, les genoux ou les coudes", précise le communiqué.
 
Chez quelques autres volontaires, le VSV-Zebov a aussi atteint la peau, faisant apparaître des rougeurs ou de petites vésicules sur les pieds ou les mains.
 
"Heureusement, peut-on lire, ces symptômes ont le plus souvent été modérés, diminuant et disparaissant spontanément sans traitement ou avec un traitement de quelques jours. Aucun volontaire n’a été mis en arrêt de travail ni hospitalisé".
 
"Réaliser des essais cliniques aussi complexes en aussi peu de temps a été possible uniquement grâce à la mobilisation extraordinaire des équipes de recherche, de tous ceux qui les ont soutenues et surtout de tous les volontaires qui leur ont fait confiance", affirme Claire-Anne Siegrist des HUG.
 

Campagne d’évaluation

 
Quoi qu’il en soit, il est encore prévu des essais pour vraiment déterminer si les réponses immunitaires déclenchées par le VSV-Zebov sont suffisantes à la protection contre Ebola et si la sécurité de ce vaccin permet son utilisation à grande échelle.
 
Une campagne d’évaluation est actuellement en cours en Guinée, à l’initiative du gouvernement, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de certaines institutions comme Médecins sans frontières (MSF).
 
Pendant cette champagne, qui a commencé le 25 mars 2015 et devrait s’étendre sur six à huit semaines, ce sont environ 10.000 personnes qui devraient être vaccinées suivant la stratégie dite de la "ceinture".
 
L’OMS explique que “la vaccination "en ceinture" consiste à identifier les patients récemment infectés et à vacciner leurs proches pour créer une "ceinture d’immunité" autour d’eux et ainsi stopper la propagation du virus.”
 
Selon les prévisions, les premiers résultats de ces essais pourront être disponibles à partir du mois de juillet 2015.
 
D’ores et déjà, plusieurs institutions parmi lesquelles l’OMS et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) travaillent à l’élaboration de stratégies pour une large diffusion du futur vaccin.
 
Par ailleurs, l’OMS indique que l'Alliance mondiale pour les vaccins (GAVI), est déjà prête à mettre à disposition une enveloppe de 390 millions de dollars (environ 195 milliards de FCFA) pour soutenir le déploiement de ce vaccin.
 
Bien entendu, il faudrait au préalable que les essais en cours en Guinée aient confirmé les résultats des tests des HUG de Genève et apporté des réponses convaincantes aux questions restées en suspens.
 
Apparue dès le mois de mars 2014, l’épidémie d’Ebola a fait, d’après les dernières estimations de MSF, plus de 10.400 morts principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, les trois pays qui ont été les plus affectés.
 
La maladie a depuis lors mobilisé toute la communauté des chercheurs ; et outre le VSV-Zebov, un autre vaccin dénommé ChAd3, est en évaluation dans les hôpitaux de Genève.
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.