Rapprocher la science et le développement

  • L'Egypte recevra désormais les demandes de brevets en langue arabe

Shares

[LE CAIRE] L'Egypte sera bientôt le premier pays à recevoir les demandes de brevets en langue arabe, une évolution susceptible d'accélérer le processus d'obtention des brevets par les locuteurs de langue arabe dans le monde.

Le Bureau égyptien des brevets (EGPO) a été élevé au statut d'Administration chargée de la recherche internationale (ACRI) et d'Administration chargée de l'examen préliminaire international (ACEPI) au cours des dernières assemblées (du 22 septembre au 1er octobre) des Etats membres de l'Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle (OMPI).

L'EGPO devient ainsi le quinzième bureau international agréé par l'OMPI dans le cadre du Traité de Coopération en matière de Brevets, le premier pays africain ou arabe à être accrédité, et le troisième dans le monde en développement, après le Brésil et l'Inde.

Les centres ACRI et ACEPI reçoivent des demandes de brevets envoyés par les bureaux des brevets à travers le monde. Ces centres examinent ces demandes, effectuant les recherches nécessaires, et sur la base de leurs conclusions, recommandent ou non qu'un demandeur sollicite l'établissement d'un brevet national dans n'importe quel pays. La réglementation en matière de brevets diffèrent d'un pays à l'autre.

Mohamed Tarek Hussein, président de l'Académie égyptienne de la Recherche scientifique et technologique, a déclaré au Réseau Sciences et Développement (SciDev.Net) que la décision d'agréer le centre égyptien a été prise à l'unanimité des Etats membres de l'OMPI. L'EGPO recevra désormais toutes les demandes déposées en langue arabe auprès de n'importe quel bureau dans le monde, ainsi que toutes celles provenant des pays membres de la Ligue arabe.

Mohammed Abd El-Monem, un ingénieur mécanicien égyptien qui a une certaine expérience dans le dépôt des demandes d'enregistrement, se réjouit de la création d'un service en arabe. Jusqu'à présent, El Monem a été contraint de payer un expert pour la traduction de ses idées en anglais avant de pouvoir déposer une demande. Il est convaincu que ce nouveau système va améliorer et accélérer le processus d'acquisition d'un brevet.

Cependant, Adel Khalil, maître de conférences adjoint en pathologie clinique à l'Université du Caire, déclare qu'il va continuer à déposer ses demandes en langue anglaise, l'anglais étant la langue communément utilisée dans les facultés de médecine égyptiennes.

Pour Essmat Abd El-Latif, président par intérim de l'EGPO, cette accréditation est une victoire pour un pays en développement et son bureau a dû faire des efforts considérables pour s'arrimer aux normes de l'OMPI.

'Nous travaillons à la numérisation de notre bureau,' explique-t-il. 'Cela nous permettra de rendre des services plus rapides et plus sûrs, susceptibles d'être intégrés au réseau de l'OMPI et ceux des autres bureaux de la propriété intellectuelle dans le monde'.

L'EGPO recevra ses premières demandes dans quelques mois.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.