Rapprocher la science et le développement

  • Afrique-Europe: Pour une coopération scientifique plus nuancée

[DUBLIN] Les travaux d'une conférence ont conclu que la coopération scientifique européenne avec l'Afrique devait être redéfinie dans la mesure où elle ne parvenait pas à répondre à un grand nombre de besoins et de défis auxquels étaient confrontés les pays africains - et ignorait souvent les pays ayant le plus besoin de soutien.

S'exprimant la semaine dernière (14 juillet) lors de Euroscience Open Forum (ESOF), Ismail Serageldin, le directeur de la nouvelle Bibliothèque d'Alexandrie, en Egypte, a déclaré que l'Europe ne devait pas limiter sa coopération scientifique et technique (S&T) avec l'Afrique au simple financement.

Elle devait plutôt impliquer le continent dans les initiatives phares européennes en matière de recherche, mettre en œuvre des programmes de 'jumelage' qui "promeuvent l'action réelle sur le terrain en Afrique", et faciliter la recherche conjointe, a déclaré Serageldin.

"Il est nécessaire de traduire les discours en actes", a déclaré Serageldin, ajoutant qu'en dépit de nombreuses déclarations existantes en matière de coopération, "les mots n'ont pas la meme force que les actes".

La ministre sud-africaine de la science et de la technologie, Naledi Pandor, a souligné que la coopération ne devait pas être basée sur des projets fragmentés. "Nous devons esquisser une approche stratégique bien définie qui produise des résultats", a-t-elle dit.

Pandor a mis en garde contre une perception de l'Afrique comme entité homogène unique : « elle compte 54 pays avec des capacités et des défis très variés, que les stratégies de coopération devraient prendre en compte », a-t-elle laissé entendre.

Lidia Brito, la directrice de la politique scientifique et du renforcement des capacités à l'UNESCO (l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), a déclaré que les investissements européens en Afrique devaient être plus soutenus que les années précédentes, et que l'Union européenne devrait soutenir une croissance durable en Afrique et la formation de personnels qualifiés.

Lors d'une session séparée ayant pour thème : 'L'Afrique: une ruée pour les ressources naturelles ou des partenariats en économie du savoir', qui s'est tenue le jeudi (12 juillet), on a pu entendre à l'ESOF que le transfert de la capacité et des connaissances scientifiques de l'Europe vers l'Afrique s'était limité à une poignée de pays plus riches et plus avancés sur le plan scientifique.

Actuellement, des pays comme l'Egypte, le Kenya et l'Afrique du sud sont impliqués dans cette coopération, mais de nombreux pays riches en ressources naturelles et pourtant pauvres sur le plan économique tels que l'Angola, la République démocratique du Congo et l'Ouganda sont ignorés, a déclaré John Ouma Mugabe, professeur de politique scientifique et d'innovation à la Graduate School of Technology Management à l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud.

Pourtant, bon nombre de ces pays "à la périphérie" de la coopération scientifique ont le plus grand besoin de collaboration, a déclaré M. Mugabe.

L'Afrique figure parmi les premiers producteurs mondiaux de nombreux minéraux: d'après les estimations, la moitié de la production mondiale de cobalt et de diamants vient d'Afrique, et un grand pourcentage des gisements mondiaux de manganèse, de phosphate et d'or s'y trouve. En outre, jusqu'à six millions de personnes sur ce continent travaillent dans le secteur de l'exploitation minière informelle et à petite échelle, qui stimule les économies rurales.

Mais quand l'exploitation minière informelle n'est pas gérée correctement, elle peut mener à la contrebande et des guerres civiles, ainsi qu'à l'épuisement des réserves, la pollution de l'environnement, des risques pour la santé et la déforestation, a-t-on déclaré lors de cette session.

"Nous devons recadrer la coopération scientifique et technique entre l'Afrique et l'Europe dans le domaine de la gestion des ressources naturelles", a déclaré Mugabe, qui a ajouté que l'Afrique avait besoin de  formation technique et de  transfert de technologies, pour améliorer les méthodes d'exploitation et retracer les origines des minéraux dans le but de contribuer à la gestion et à la gouvernance des ressources minérales.