Rapprocher la science et le développement

  • Appel pour la création d'une base de données sur les maladies négligées

[ABUJA] Les chercheurs à l'origine d'une première 'validation de principe' d'une base de données mondiale sur les maladies tropicales négligées (MTN) jugent le projet "réalisable" et préconisent qu'il soit "étendu sans tarder".

Si les efforts visant à éliminer les MTN se sont améliorés au cours des dernières années, une base de données géo-référencée, mondiale, et à accès libre serait essentielle pour stimuler ce travail, ont-ils déclaré dans un article publié le mois dernier (13 décembre) dans la revue PLoS Neglected Tropical Diseases.

"Les estimations empiriques concernant la répartition du risque d'infection et le fardeau des MTN à l'échelle nationale, du district ou du sous-district manquent pour la plupart des régions du monde en développement", ont-ils écrit.

Or ces informations sont essentielles pour la planification et la mise en œuvre d'interventions de contrôle qui soient rentables et durables, pour les zones où les connaissances sur la distribution de la maladie sont limitées.

Pour étudier la faisabilité d'une base de données, les auteurs se sont concentrés sur la schistosomiase - une maladie chronique qui affecte plus de 700 millions de personnes dans le monde, selon l'OMS. Au départ, les chercheurs ont procédé à une revue de la littérature et sont entrés en contact avec des ministères de la santé et des institutions de recherche dans des pays endémiques en Afrique, dans le but d'obtenir des données d'enquête strictement localisées sur la prévalence de cette maladie. Ces données sont maintenant accessibles gratuitement sur Internet, et peuvent être téléchargées sous des formats ordinaires et également présentées sous forme de carte.

Au début de 2011, la base de données contenait plus de 12 000 lieux d'enquêtes dans 35 pays africains. Elle s'est depuis lors élargie aux pays non africains et à d'autres MTN comme la leishmaniose. Les auteurs espèrent que la base de données continuera à se développer.

Pour Uwem Ekpo, parasitologue en santé publique à l'Université d'agriculture d'Abeokuta, au Nigeria, et un des auteurs de l'article, "notre base de données est la première à fournir des données nécessaires, par exemple sur la schistosomiase au Nigeria  qui pourront être ensuite analysées et utilisées pour planifier les activités de contrôle aux niveaux national, des Etats et des collectivités locales".

"Pour bon nombre de MTN, savoir où elles ont été signalées constitue la première étape de la planification d'un programme de lutte. Notre base de données fournit cette information aux parties intéressées".

Néanmoins, un obstacle majeur au succès de la lutte contre les MTN dans les pays en développement est l'absence de volonté politique de la part des gouvernements pour financer les activités relatives aux MTN, ajoute Ekpo. Au Nigeria, ainsi, ce sont les financements internationaux qui ont conduit à la plupart des succès obtenus dans lutte contre les MTN.

"Tant que des pays comme le Nigeria n'acceptent pas la nécessité de dédier des financements spéciaux à la lutte contre les MTN, ils se laisseront distancer," a-t-il poursuivi.

Ekpo demande aux chercheurs sur les MTN de fournir régulièrement des mises à jour et d'autres informations en vue de développer la base de données.

Lien vers l'article complet dans PLoS Neglected Tropical Diseases

Lien vers le prototype de la base de données mondiale sur les maladies tropicales négligées

Références

PLoS Neglected Tropical Diseases doi:10.1371/journal.pntd.0001404 (2011)