Rapprocher la science et le développement

  • Pretoria risque de ne pas atteindre l'objectif de 1% du PIB pour la science

Shares

[LE CAP] La proportion des dépenses de recherche et développement (R&D) de l'Afrique du Sud relatif au PIB a baissé en 2007-08 pour la première fois depuis plus d'une décennie. Cette évolution  jette un doute sur la capacité du pays d'atteindre son objectif d'allouer un pour cent de son PIB à la science d'ici 2008-09.

Des données publiées cette année dans le cadre de l'enquête nationale sur la R&D en Afrique du Sud - un document préparé chaque année pour suivre les tendances dans le domaine des dépenses - révèlent pourtant que les dépenses conjointes de R&D du gouvernement et des entreprises ont augmenté de 2,1 milliards de rands (environ US$ 280 millions) entre 2006-07 et 2007-08.

Mais cette augmentation n'a pas suivi la croissance économique du pays - avec pour conséquence une chute proportionnelle des dépenses de R&D, passant de 0,95 pour cent du PIB en 2006-07 à 0,93 pour cent en 2007-08.

Rendue publique cette semaine (07 décembre), cette baisse est la première depuis 1997, date à laquelle les dépenses de R&D ne représentaient que 0,7 pour cent du PIB. Les dépenses de R&D de l'Afrique du Sud ont fortement baissé dans les jours qui ont suivi la première élection démocratique en 1994, mais n'ont cessé d'augmenter progressivement ces dernières années.    

Naledi Pandor, ministre de la science, a déclaré que son département ministériel analysera les chiffres pour voir si une nouvelle tendance se dégage. Il n'est pourtant plus possible d'intervenir pour influer sur les chiffres de 2008-09, qui seront publiées à la même période l'an prochain.

Pour Michael Kahn, un professeur sud-africain qui, jusqu'à l'an dernier, a dirigé l'équipe responsable des enquêtes au Conseil de Recherches en Sciences humaines du pays, l'objectif fixé de un pour cent est encore atteignable.

"La croissance du PIB en 2008-09 a été inférieure à celle de l'année précédente. Si les dépenses réelles de R&D ont augmenté plus vite qu'en 2007-08, l'objectif d'un pour cent pourrait bien être atteint".

Taurai Imbayarwo, directeur et fondateur de l'African Science Trackers, une entreprise basée en Afrique du Sud suivant et cataloguant la production scientifique africaine, redoute que l'échec de l'Afrique du Sud pourrait encourager les pays africains visant le même objectif en 2010 à se laisser aller.

" L'économie sud-africaine est la plus solide du continent. Si même ce pays peine à atteindre l'objectif en question, la plupart des pays s'empresseraient de demander , comment peut-on s'attendre à ce que d'autres Etats aux économies fragiles réussissent cette performance ?".

Mais Kahn juge qu'il est inutile d'extrapolersur la base de changements somme toute assez marginaux d'une année à l'autre. Pour lui, l'enquête comporte d'autres informations bien plus significatives.

Ainsi, le gouvernement a augmenté son financement de la R&D universitaire de 53 pour cent entre 2006-07 et 2007-08. C'est une évolution très positive, a-t-il ajouté.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.