Rapprocher la science et le développement

Des sondes de température pour la salubrité des aliments et des médicaments
  • Des sondes de température pour la salubrité des aliments et des médicaments

Crédit image: Flickr/Beamie Young/NIST

Lecture rapide

  • La technologie utilise de minces étiquettes électroniques qui pourraient être apposées sur les emballages

  • D’après son créateur, la technologie à base de silicone est applicable à de nombreux secteurs

  • Toutefois, un expert affirme que sa stabilité et sa reproductibilité pourraient être sources de préoccupation

Shares
[JOHANNESBURG] Des scientifiques sud-africains ont mis au point un système de captage de température imprimé qui pourrait permettre de contrôler les vaccins, les médicaments et produits alimentaires lors de leur transport, afin d’améliorer leur salubrité et de réduire les déchets.
 
PST Sensors, une ramification du Centre d’innovations en nanosciences de l’Université du Cap (UCT), a dévoilé en octobre dernier un partenariat avec Thinfilm, une société norvégienne spécialisée dans la technologie, pour commercialiser d'ici a fin 2014 des étiquettes dotées de capteurs intelligents, technologie permettant de suivre les changements de température des denrées périssables. 
 
Les étiquettes sont autoalimentées et sont destinées aux entreprises transportant des produits pharmaceutiques et des biens de consommation.
 
"50 pour cent des vaccins sont jetés parce qu’on ne sait pas s’ils ont subi un changement de température et s’ils vont être sûrs," souligne David Britton, professeur à l’UCT et co-fondateur de PST Sensors avec Margit Härting, également professeur auprès de la même université.

Britton explique à SciDev.Net que 30 pour cent des aliments transportés dans le monde sont jetés car périmés, notamment en l’absence d’information quant à leur sûreté.

“La technologie et les matériaux sont produits en Afrique du Sud, avec de nombreuses applications pour l'amélioration de la vie des Africains, mais tout aussi valable pour les médicaments, les tests diagnostics au chevet des malades, et pour la sécurité alimentaire, partout dans le monde.”

David Britton, PST Sensors


 
 
Les étiquettes électroniques sont des dispositifs légers, semblables à des cartes de crédit imprimées sur du plastique souple, apposées directement sur les emballages de transport.

Disposant de leurs propres pile, mémoire, transistor et capteur, elles sont capables de stocker des données pour une durée pouvant aller jusqu’à 10 ans.
 
Mais c'est le capteur de température qui est le ’noyau dur’ de l'étiquette. Imprimé au moyen d’une encre contenant des nanoparticules de silicium, le cœur du dispositif est une thermistance à coefficient de température négatif (CTN) dont la résistance chute lorsque les températures augmentent, indiquant des fluctuations supérieures à 15 degrés ou inférieures à 45 degrés Celsius.
 
L'électronique imprimée contribue à faire baisser les coûts de fabrication et à promouvoir une utilisation plus répandue de la nanotechnologie, du moment qu’elle est bien comprise, remarque Mark Hersam, directeur du Centre de recherche sur les matériaux à la Northwestern University, aux États-Unis. 
 
Pour lui, "le faible coût permettra une plus large utilisation des produits de la nanotechnologie, permettant un plus grand accès à ses avantages pour la santé et la sécurité alimentaire. Cependant, il faut toujours se poser des questions quant à la stabilité, la reproductibilité et la durée de vie de toute nouvelle technologie".
 
La technologie des capteurs développée par PST Sensors est le résultat de près de 10 années d'étude des propriétés uniques du silicium, selon Britton. 
 
Il ajoute que cette technologie est en train d’être adaptée à une gamme d'applications, dont le tapis Kushushu - qui pourrait déterminer la température d'une personne allongée dessus - et le réchauffeur de Kushushu éco-énergique à basse tension.

Ces deux applications, produites en partenariat avec deux concepteurs sud-africains, emploient la même technologie que l'étiquette de captage intelligente, mais pour une utilisation sur le lieu des soins et à domicile.
 
Les deux produits feront leurs débuts lors du World Design Capital 2014 au Cap, en Afrique du Sud, témoignage des progrès technologiques réalisés dans le pays.

Cela étant, les applications des PST Sensors s’étendent sur tout le continent africain, et dans le monde.
 
"La technologie et les matériaux sont produits en Afrique du Sud, avec de nombreuses applications pour l'amélioration de la vie des africains, mais tout aussi valable pour les médicaments, les tests diagnostics au chevet des malades , et pour la sécurité alimentaire, partout dans le monde."


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.