Rapprocher la science et le développement

Le blé fortifié renforce la santé des femmes tanzaniennes
  • Le blé fortifié renforce la santé des femmes tanzaniennes

Crédit image: Panos

Lecture rapide

  • Environ 31% des femmes tanzaniennes n'ont pas consommé de l'acide folique lors de leur dernier accouchement

  • La farine de blé fortifiée a permis de réduire de 22% par an l'insuffisance en acide folique

  • Selon un chercheur, les gouvernements devraient adopter la fortification alimentaire à grande échelle

Shares
[DAR es SALAAM] Selon une étude, la fortification alimentaire à grande échelle a permis de réduire les carences en acide folique chez les femmes urbaines en âge de procréer en Tanzanie.
 
L'OMS recommande que les femmes enceintes prennent quotidiennement un supplément oral de 400 microgrammes d'acide folique, pour prévenir l'anémie, les cas de bébés de faible poids à la naissance et les anomalies congénitales du cerveau, de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière.
 
Mais une étude menée par le ministère de la Santé et de la Sécurité sociale de la Tanzanie en 2014 a révélé que 31% des femmes âgées de 15 à 49 ans avec des enfants de moins de cinq ans ne prenaient pas de suppléments de fer et d'acide folique pendant la grossesse lors de leur dernier accouchement.

“[Ceci fournit] aux gouvernements une preuve que la fortification alimentaire à grande échelle fonctionne.”

Ramadhani Noor
Harvard T.H. Chan School of Public Health

 
Selon une nouvelle étude publiée le mois dernier (10 août) dans PLOS One, la Tanzanie a lancé en 2013 un programme à grande échelle de fortification du blé, du maïs et des huiles comestibles ayant fit l'objet d'une transformation industrielle.
 
Les chercheurs tanzaniens ajoutent qu'ils ont entrepris l'étude pour examiner l'effet de l'enrichissement en acide folique à grande échelle avec de la farine de blé sur des mesures telles que le taux de folate chez les femmes.
 
En 2013, les chercheurs ont sélectionné au hasard 600 femmes non enceintes âgées de 18 à 49 ans sur dix sites situés dans deux quartiers de Dar es-Salaam, en Tanzanie.
 
Ils ont recueilli des échantillons de leur sang et évalué au début  du processus leur consommation de farine de blé fortifiée, puis six mois à 12 mois plus tard.
 
"La prévalence de la carence en folate était de 27% au départ et de 5% douze mois plus tard", affirment les auteurs.
 
Ramadhani Noor, auteur principal de l'étude et chercheur associé à la Harvard T. H. Chan School of Public Health, explique à SciDev.Net que la carence en acide folique est associée à une augmentation des maladies liées au cœur et provoque des dégâts majeurs au cours des 1000 premiers jours de la vie, entraînant des changements irréversibles dans la santé des nourrissons.
 
"Par conséquent, en se concentrant sur les femmes en âge de procréer, il est possible de réduire la mortalité maternelle et de renforcer les chances de survie de l'enfant", explique-t-il.
 
"[Ceci fournit] aux gouvernements une preuve que la fortification alimentaire à grande échelle fonctionne et surtout dans des contextes à ressources limitées où le fardeau des multiples déficiences en micronutriments est élevé", a déclaré Ramadhani Noor.
 
À l'échelle mondiale, 87 pays disposent d'une législation qui oblige à fortifier au moins une variété de céréales à grains industriellement moulue, affirme l'Initiative pour la fortification alimentaire, un partenariat international basé aux États-Unis.
 
Renick Kihongo, médecin à l'hôpital Miracololo de Dar es-Salaam, a pour sa part déclaré à SciDev.Net que ce genre de fortification alimentaire permettrait aux femmes d'avoir la quantité d'acide folique requise parce qu'elles ne peuvent pas sauter les repas.
 
"Parfois, les femmes enceintes ignorent les doses de suppléments d'acide folique lorsqu'elles sont prescrites sous la forme de comprimés", ajoute Renick Kihongo.
 
Mais elle estime que "l'étude aurait dû spécifier la quantité de farine de blé fortifiée à consommer par femme. Cela aiderait les décideurs à connaître la quantité d'acide folique à consommer".
 
Cet article a été rédigé par le desk Afrique anglophone de SciDev.Net.

Références

Ramadhani A. Noor et autres : Large –scale wheat flour folic acid fortification program increases plasma folate levels among women of reproductive age in urban Tanzania (PLOS One, 10 August 2017).
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.