Rapprocher la science et le développement

Le lait maternel stimule l'intelligence et la croissance
  • Le lait maternel stimule l'intelligence et la croissance

Crédit image: Giacomo Pirozzi / Panos

Lecture rapide

  • Le lait maternel, mieux que ses substituts, fait augmenter l’intelligence

  • Son adoption pourrait générer 302 milliards de dollars par an

  • Améliorer les taux d'allaitement au sein contribuerait à l’atteinte de divers OMD

Shares
D’après une étude, l'allaitement des enfants au sein plutôt que l'utilisation de substituts du lait ajouterait plus de 300 milliards de dollars (environ 180 000 milliards de FCFA) par an à l'économie mondiale, permettant ainsi de dégager de l'argent pour faire face à des problèmes tels que la faim, l'éducation et l'environnement.
 
Ses effets sur la santé et la cognition à long terme des enfants sont si importants que les auteurs de l'étude, publiée dans The Lancet le mois dernier (30 janvier), déclarent que l'amélioration des taux d'allaitement maternel contribuerait à l’atteinte d’un certain nombre d'objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations unies.

 

Les avantages à court terme de l'allaitement maternel sont bien connus, grâce à une autre nouvelle étude de The Lancet  affirmant qu'il pourrait sauver la vie de 823 000 enfants de moins de cinq ans à travers le monde chaque année, étant donné qu’il protège les bébés contre les infections, entre autres avantages.

 
Mais ces impacts sont "éclipsés" par des améliorations cognitives tout au long de la vie, déclare Nigel Rollins, un chercheur du département Santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l'adolescent à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et auteur principal de la première étude.

“Il est tout à fait à la portée même des pays les plus pauvres d'investir dans [la promotion de] l'allaitement maternel”

Nigel Rollins
OMS

Nigel Rollins et son équipe se sont inspirés des recherches antérieures montrant qu’une plus longue durée d'allaitement maternel était associée à une augmentation de 2,6 points du quotient intellectuel, qui à son tour est lié à des gains plus élevés.
 
Ils ont constaté que les pratiques d'alimentation actuelles au cours de la petite enfance font perdre 0,49 % de la valeur à l'économie mondiale, soit 302 milliards de dollars (environ 181 200 milliards de FCFA) en 2012, comparativement à l’allaitement maternel de tous les enfants pendant au moins six mois.
 
"Il est tout à fait à la portée même des pays les plus pauvres d'investir dans [la promotion de] l'allaitement maternel", dit Nigel Rollins. "Vous ne pouvez pas contester ce que cela représente en termes de retombées économiques majeures".
 
Certaines régions en développement figurent parmi les plus durement affectées, avec l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient qui perdent 0,97 % de leurs revenus nationaux bruts.
 
Mais les pays en développement, qui connaissent une baisse de 0,39 %, sont moins affectés dans l'ensemble que les pays développés, avec une baisse de 0,53 %, en grande partie parce que les pays plus pauvres ont des taux d'allaitement maternel plus élevés et des salaires plus bas.
 
Dans les études de cas venant du Bangladesh, du Brésil et du Nigéria, le document de Nigel Rollins souligne plusieurs activités visant à promouvoir l'allaitement maternel, telles que la formation des travailleurs de la santé, l’utilisation de la publicité des médias et le renforcement des politiques de congés de maternité.
 
Toutes ces actions favorisent l’augmentation du nombre de mères qui allaitent, disent les auteurs.
 
Ces interventions sont possibles même dans les pays les plus pauvres, mais des donateurs étrangers peuvent être nécessaires pour aider à couvrir les coûts, laisse entendre Alison McFadden, une chercheur en santé maternelle et infantile à l'université de Dundee, au Royaume-Uni.
 
Celle-ci a collecté les informations pour les études de cas sur l’allaitement maternel dans plusieurs pays en développement.
 
Toutefois, la reconnaissance mondiale de l'importance de l'allaitement au sein reste assez faible, dit Alison McFadden, ajoutant qu’un leadership politique fort aiderait à ancrer son importance dans l’agenda du développement mondial.

Références

[1] Nigel Rollins and others Why invest, and what it will take to improve breastfeeding practices? (The Lancet, 30 January 2016)
[2] Cesar G. Victora and others Breastfeeding in the 21st century: epidemiology, mechanisms, and lifelong effect (The Lancet, 30 January 2016)
[3] Zulfiqar A. Bhutta and others Evidence-based interventions for improvement of maternal and child nutrition: what can be done and at what cost? (The Lancet, 3 August 2013)
[4] Radha Holla-Bhar and others Investing in breastfeeding — the world breastfeeding costing initiative (International Breastfeeding Journal, 23 February 2015)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.