Rapprocher la science et le développement

  • De l'énergie solaire pour le peuple!

Shares

Les obstacles à l'utilisation efficace de l'énergie solaire disparaissent, mais les défis d'ordres économique et politique freinent son adoption à grande échelle par les pauvres.

« Le soleil est au centre, comme il se doit, puisqu'il est littéralement la source de toute énergie » déclarait le Premier ministre indien Manmohan Singh lors de la présentation du plan d'action dans le cadre de la stratégie nationale de l'Inde sur les changements climatiques en juin 2008.

Il avait alors promis que l'Inde rassemblerait « les compétences scientifiques, techniques et managériales ainsi que les ressources financières pour développer l'énergie solaire, une source d'énergie abondante, pour faire tourner notre économie, transformer les vies de nos populations et changer la face de l'Inde ».

En principe, l'énergie solaire est la solution quasi parfaite aux problèmes énergétiques des pays en développement. Elle est disponible universellement et gratuitement, surtout au voisinage de l'équateur, où sont concentrés un certain nombre de pays en développement.

L'énergie solaire est la source d'énergie renouvelable par excellence, du moins à l'échelle de la durée de vie de l'être humain. Son utilisation n'épuise pas les réserves naturelles et émet peu de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, ce qui en fait la réponse idéale au défi posé par le changement climatique.

Inégalité des armes

Jusqu'à une date récente, le principal obstacle à l'utilisation de l'énergie solaire résidait dans la faible efficacité et le coût relativement élevé de sa conversion dans sa version consommable. Mais les progrès scientifiques ont rapidement fait disparaître ces obstacles. Les technologies photovoltaïques, qui transforment la lumière du soleil en électricité au moyen de réactions chimiques, progressent rapidement, et des batteries permettent de stocker l'énergie électrique dans la perspective de nos besoins.

A mesure que les coûts de transformation et de stockage baissent, le potentiel de l'énergie solaire pour  les communautés démunies croit inévitablement. En Inde, les coûts à long terme de l'utilisation d'ampoules alimentées par l'énergie solaire sont déjà considérablement inférieurs à ceux de l'éclairage traditionnel de la lampe à pétrole.

Si l'économie offrait des conditions égales à tous, l'équation besoins élevés/forte demande et baisse des coûts permettrait d'imposer rapidement l'utilisation de l'énergie solaire dans le monde  en développement.

Malheureusement, l'égalité des chances n'est pas garantie pour tous. Les coûts des équipements solaires restent élevés, surtout pour les plus démunis. Et les subventions de l'Etat à l'énergie produite à partir de sources non renouvelables, destinées manifestement à garder les prix à un niveau abordable, créent trop souvent des distorsions du marché au profit des fournisseurs des énergies conventionnelles.

En conséquence, l'utilisation  de l'énergie solaire, particulièrement par les communautés rurales qui devraient le plus en bénéficier, est  freinée plus que de raison.

L'énergie solaire sous le feu des projecteurs

Cette semaine, le Réseau Sciences et Développement informe sur les opportunités technologiques et les défis sociaux et politiques que posent la fourniture de l'énergie solaire aux pauvres, à travers une série d'articles d'opinion et d'articles de fond.

Un article introductif plante le décor, en résumant les options technologiques et scientifiques de mise en valeur de l'énergie solaire, ainsi que leurs nombreuses applications, notamment les clôtures électriques solaires et le wifi solaire (Voir L'énergie solaire pour les pauvres: faits et chiffres).

Trois articles d'opinion parlent des perspectives régionales en matière de fourniture d'énergie solaire aux pauvres. Banji Oyelaran-Oyeyinka, de l'ONU-HABITAT au Kenya, appelle les gouvernements africains à renforcer les capacités du continent à développer et produire sa propre énergie en investissant dans l'innovation, la production et la demande d'énergie solaire (voir Afrique : Il est temps de passer au solaire).  

Vishaka Hidellage de Practical Action Asie du Sud, fait écho à cet appel en faveur de l'appui des Etats, en mettant l'accent sur la nécessité de subventions et d'infrastructures pour apporter l'énergie solaire aux pauvres dans sa région (voir La fourniture de l'énergie solaire aux pauvres nécessite l'appui de l'Etat).

Huang Ming, président de Himin Group en Chine et Gong Yidong, coordonnateur du Réseau Sciences et Développement pour la Chine, démontrent que chez eux, l'appui financier seul ne suffit pas, et expliquent qu'il faudrait réfléchir a une réorientation de la production d'énergie photovoltaïque destinée aux marchés d'exportation vers le développement de l'énergie thermosolaire afin de répondre aux besoins en énergie (voir MING OP TITLE TO BE CONFIRMED).

Certes, les subventions peuvent contribuer à rendre l'énergie solaire plus abordable. Mais il existe d'autres mécanismes financiers efficaces. Pinaki Roy et Katherine Nightingale montrent comment diverses options de financement, principalement la microfinance, aident les Sud asiatiques à accéder aux technologies solaires et a se l'approprier (voir Le financement de l'énergie solaire pour les pauvres).

La politique énergétique

L'une des retombées les plus méconnues de la conférence de Copenhague de décembre dernier est l'accord pour la mise en place d'un Fonds vert pour le climat. Ce fonds est destiné à recueillir et distribuer environ US$ 30 milliards par an pendant les trois prochaines années afin d'aider les pays en développement à accroître leur utilisation des énergies renouvelables et les intégrer dans les programmes de développement (voir Climate accord offers some grounds for hope, say analysts).

La mise en place de ce fonds prouve que les sources d'énergie renouvelables, notamment l'énergie solaire, sont de plus en plus perçues comme essentielles pour l'environnement mais aussi comme une arme qui permettra aux pauvres de sortir de leur condition.

Mais l'incapacité des gouvernements à respecter l'engagement pris par la communauté internationale de réduire les émissions de carbone souligne à quel point la politique énergétique est, et a toujours été, une question hautement politique. De puissants intérêts (pouvant inclure ceux des consommateurs du monde développé) influent sur cette politique autant que les progrès technologiques.

Pour que l'énergie solaire contribue efficacement au développement durable, elle doit faire partie intégrante des stratégies d'innovation communautaires. Et ces stratégies doivent à la fois promouvoir les besoins locaux et combattre les forces extérieures contradictoires. Nous espérons que notre sélection vous éclairera sur certaines des stratégies susceptibles de permettre d'y parvenir.

David Dickson
Directeur du Réseau Sciences et Développement

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.