Rapprocher la science et le développement

Energie: Lexique des termes-clés

Crédit image: Flickr/Señor Hans

Shares
Plusieurs termes reviennent abondamment dans les écrits relatifs à l’énergie et forcément dans notre dossier.

Nous vous proposons ici quelques-uns des plus populaires, du pétrole brut au pétrole lampant, en passant par le charbon de bois, la houille et l’essence, entre autres.
 
Une liste exhaustive des termes se trouve dans l’annuaire des statistiques de l’énergie des Nations unies [1].

 
Bagasse

Le résidu cellulosique de l'extraction du sucre de la canne à sucre. La bagasse est souvent utilisée comme combustible dans l'industrie sucrière.

 
Biocarburants et déchets 

Les biocarburants et déchets comprennent les biocarburants solides, les biocarburants liquides, le biogaz, les déchets industriels et les déchets municipaux. Pour les produits de la biomasse, seuls les montants spécifiquement utilisés à des fins énergétiques (une petite partie du total) sont inclus dans les statistiques de l'énergie. Par conséquent, l'utilisation non énergétique de la biomasse n'est pas prise en considération et les quantités sont nulles, par définition. 

 
Biocarburants liquides

Les biocarburants liquides comprennent la bioessence, le biodiesel et les autres biocarburants liquides. Ils ne comprennent pas le volume total d'essence ou de diesel dans laquelle les biocarburants sont mélangés.
La bioessence comprend le bioéthanol (éthanol produit à partir de biomasse et / ou de la fraction biodégradable des déchets), le biométhanol (méthanol produit à partir de biomasse et / ou de la fraction biodégradable des déchets), le bio-ETBE (éthyl-tertio-butyl-éther produit à partir de bioéthanol; le pourcentage en volume de bio-ETBE qui est calculé comme biocarburant est de 47%) et le bio-MTBE (méthyl-tertio-butyl-éther produit à partir de biométhanol: le pourcentage en volume de MTBE qui est calculé comme biocarburant est de 36%). 

 
Biodiesel

Le biodiesel fait référence aux huiles dérivées de sources biologiques et modifiées chimiquement pour être utilisées comme carburant pour les moteurs ou comme chauffage. Comme sources biologiques de biodiesel on peut citer: les huiles végétales provenant du canola (colza), du soja, du maïs, du palmier, de la pistache, du tournesol. Chimiquement, le biodiesel est un ester alkyle linéaire obtenu à travers la transestérification d’huile végétale ou animale mélangée avec le méthanol. La transestérification distingue le biodiesel des huiles végétales brutes et des huiles déchets.

Les huiles végétales à l’état brut peuvent être utilisées comme carburants seulement avec modification du moteur, pour cette raison il n’est pas recommandé de les considérer comme biodiesel. Le biodiesel a un point d’éclair aux environs de 150°
C et une densité de 0.86 kg/litre. Les dégagements (sulfure, monoxyde de carbone et hydrocarbonés aromatiques) obtenus du biodiesel chauffé sont inférieurs à ceux dérivés du carburant diesel, alors que d’autres (oxydes de nitrogène, suie) sont supérieurs. Le biodiesel est biodégradable et n’est pas toxique. Son taux de cétane est plus élevé que le pétrodiesel avec lequel il est souvent mélangé. Par exemple, le B20 est un carburant diesel contenant 20% de biodiesel et 80% de gazole ; B100 fait référence au biodiesel vierge.

 
Biogaz

Les biogaz sont des gaz résultant de la fermentation en anaérobie de la biomasse et de la gazéification de la biomasse solide (y compris la biomasse de déchets). Les biogaz provenant de la fermentation en anaérobie sont composés essentiellement de méthane et de dioxyde de carbone et comprennent le gaz de décharge, le gaz des boues d'épuration et d'autres biogaz provenant de la fermentation en anaérobie. Les biogaz peuvent également être produits à partir de procédés thermiques (par gazéification ou de la pyrolyse) de la biomasse et sont des mélanges contenant de l'hydrogène et du monoxyde de carbone (généralement connu sous le nom de gaz de synthèse) avec d'autres composants. Ces gaz peuvent être traités ultérieurement pour modifier leur composition et peuvent être traitées ultérieurement pour produire du gaz naturel de substitution.

 
Charbon de bois

Résidu solide essentiellement constitué de carbone, obtenu par la pyrogénation du bois en l'absence d'air.

 
Bois de chauffage

Tous les types de bois à l'état brut non dégrossis utilisés comme combustibles. Les données de production englobent les quantités utilisées pour la production de charbon de bois, utilisant un facteur de 6 pour convertir en volume le poids de charbon de bois (tonnes en mètres cubes).

 
Déchets animaux

Les excréments des bovins, chevaux, porcs, volailles, etc., ainsi que, en principe, les excréments humains, utilisés comme combustible.

 
Déchets urbains

Correspondent aux produits brûlés directement pour produire de la chaleur et/ou de l’énergie électrique, dont notamment les déchets des secteurs résidentiel et commercial ainsi que du secteur des services publics, qui sont recueillis par les autorités municipales pour leur élimination dans des installations centralisées. Les déchets hospitaliers entrent dans cette catégorie.

 
Déchets végétaux

Comprennent essentiellement des résidus des récoltes (pailles de blé, de paddy, de maïs, etc.) et des déchets du traitement de produits alimentaires (balle du riz, coques des noix de coco et des arachides, etc.), qui sont utilisés comme combustible. La bagasse n'est pas comprise sous cette rubrique.

 
Essence auto

Hydrocarbure léger utilisé dans les moteurs à combustion interne, tels que ceux des véhicules à moteur, à l’exception des aéronefs. Sa température de distillation se situe entre 35oC et 200oC et il est traité de façon à atteindre un indice d'octane suffisamment élevé, généralement entre 80 et 100 IOR. Le traitement peut consister en reformage, mélange avec une fraction aromatique, ou adjonction de benzol ou d'autres additifs (tels que du plomb tétraéthyle).

 
Carburéacteurs

Comprennent les carburéacteurs du type essence et les carburéacteurs du type kérosène.

 
Essence d’aviation

Carburant fabriqué spécialement pour les moteurs d'avion à pistons, avec un indice d'octane variant de 80 à 145 IOR et dont le point de congélation est de -60oC.

 
Gaz naturel

Est constitué de gaz, méthane essentiellement, extraits de gisements naturels souterrains. Il peut s’agir aussi bien de gaz non associé (provenant de gisements qui produisent uniquement des hydrocarbures gazeux) que de gaz associé (provenant de gisements qui produisent à la fois des hydrocarbures liquides et gazeux) ou de méthane récupéré dans les mines de charbon. La production de gaz naturel se rapporte à la production de gaz commercialisable sec, mesurée après purification et extraction des condensats de gaz naturel et du soufre. Les quantités réinjectées, brûlées à la torchère ou éventées et les pertes d’extraction sont exclus des données sur la production.

 
Gaz d'usine à gaz

Gaz produit par des entreprises publiques ou privées ayant pour principale activité la production, le transport et la distribution de gaz manufacturé. Il comprend le gaz produit par carbonisation, par gazéification totale avec ou sans enrichissement au moyen de produits pétroliers, par craquage de gaz naturel et par reformage ou mélange de différents gaz.

 
Gazole/carburant diesel (mazout distillé)

Huiles lourdes dont la température de distillation se situe entre 200oC et 380oC, mais qui donnent moins de 65% en volume de distillat à 250oC (y compris les pertes) et 85% ou davantage à 350oC. Leur point d'éclair est toujours supérieur à 50oC et leur densité supérieure à 0,82. Les huiles lourdes obtenues par mélange sont classées dans la même catégorie que les gazoles à condition que leur viscosité cinématique ne dépasse pas 27,5 cSt à 38oC. Sont compris dans cette rubrique les distillats moyens destinés à l'industrie pétrochimique. Les gazoles servent de carburant pour la combustion interne dans les moteurs diesel, de combustible dans les installations de chauffage telles que les chaudières, et d'additifs destinés à augmenter la luminosité de la flamme du gaz à l'eau. Ce produit est aussi connu sous les appellations de gazole ou gasoil et carburant ou combustible diesel.

 
Houille

Charbon à haut degré de houillification et de pouvoir calorifique brut supérieur à 23 865 kJ/kg (5 700 kcal/kg), valeur mesurée pour un combustible exempt de cendres, mais humide et ayant un indice moyen de réflectance de la vitrinite au moins égal à 0,6. Les schlamms, les mixtes et autres produits du charbon de faible qualité qui ne peuvent être classés en fonction du type de charbon dont ils sont dérivés sont inclus dans cette rubrique. Il y a deux sous-catégories de houille: (i) charbon à coke et (ii) autres charbons bitumineux et anthracite (également dénommé charbon vapeur). Le charbon à coke est une houille d’une qualité permettant la production d’un coke susceptible d’être utilisé dans les hauts fourneaux. Le charbon vapeur est utilisé pour la production de vapeur et pour le chauffage des locaux, et comprend tous les charbons anthraciteux et bitumineux autres que ceux classifiés comme charbons à coke.

 
Pétrole brut

Huile minérale constituée d'un mélange d'hydrocarbures d'origine naturelle, de couleur variant du jaune au noir, d'une densité et d'une viscosité variables. Figurent également sous cette rubrique les condensats directement récupérés sur les sites d'exploitation des hydrocarbures gazeux (dans les installations prévues pour la séparation des phases liquide et gazeuse), le pétrole brut synthétique, les huiles minérales brutes extraites des roches bitumineuses telles que schistes et sables asphaltiques et les huiles issues de la liquéfaction du charbon.

 
Pétrole lampant

Huile moyennement visqueuse dont la température de distillation se situe entre 150oC et 300oC, et qui donne au moins 65% en volume de distillat à 250oC. Sa densité se situe aux alentours de 0,80 et son point d’éclair est supérieur à 38oC. Il sert à l’éclairage et aussi de carburant dans certains moteurs à allumage par étincelle, tels que ceux utilisés dans les tracteurs agricoles et les installations stationnaires. Les données concernent les produits couramment appelés kérosène, pétrole carburant ou “power kerosene”, et huile d’éclairage.

 
Produits pétroliers

Comprennent les combustibles liquides, les huiles lubrifiantes et les produits solides et semi-solides obtenus par distillation et craquage du pétrole brut, de l'huile de schiste ou de dérivés du pétrole semi-raffinés ou non raffinés. Autant que possible, les séries comprennent les combustibles consumés lors du raffinage mais ne comprennent pas les produits oléiques obtenus à partir du gaz naturel, du charbon, du lignite et de leurs dérivés.

Cet article appartient au Dossier spécial sur le déficit énergétique en Afrique.

Références

[1] Energy Statistics Yearbook United Nations / 2011- http://unstats.un.org/unsd/syb/syb50.pdf
Sources: ONU/AIE
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.