Rapprocher la science et le développement

Manger moins de viande pour réduire la résistance aux antibiotiques
  • Manger moins de viande pour réduire la résistance aux antibiotiques

Crédit image: NDTV

Lecture rapide

  • Réduire la consommation de viande d'élevage pourrait réduire la résistance aux AB

  • Les scientifiques recommandent également des plafonds d'utilisation d'antibiotiques

  • Ces stratégies permettront une réduction de 80% de leur utilisation dans les fermes

Shares
[JAKARTA] Réduire la consommation de viande est l'une des trois stratégies qu'une équipe internationale de scientifiques recommande pour s'attaquer au problème croissant de la résistance aux antibiotiques découlant, entre autres, de leur utilisation abondante dans l'élevage.
 
Dans une étude publiée en septembre dans la revue Science, les chercheurs recommandent également des plafonds d'utilisation d'antibiotiques et la perception de frais d'utilisation auprès des acheteurs d'antibiotiques de ferme, ce qui augmenterait le coût et découragerait une utilisation excessive.

“Même si certains pays s'efforcent déjà de réduire l'utilisation d'antibiotiques dans les élevages, les résultats restent à évaluer.”

Ramanan Laxminarayan


Environ 80% de tous les antibiotiques sont consommés par les animaux de ferme.
 
Les agriculteurs ont recours à des antibiotiques, généralement administrés par des aliments pour animaux ou des injections à faible dose, pour améliorer la nutrition et l'hygiène de leur bétail. Cependant, selon l'étude, les médicaments transforment les animaux d'élevage en des sources majeures de résistance aux antibiotiques.
 
En septembre 2016, l'Assemblée générale des Nations Unies a souligné l'urgence de limiter l'utilisation d'antibiotiques dans les élevages d'animaux, principale cause de pharmacorésistance.
 
La consommation mondiale d'antibiotiques par les animaux destinés à l'alimentation, estimée à 131.109 tonnes en 2013, devrait atteindre 200.235 tonnes d'ici à 2030.
 
Selon Ramanan Laxminarayan, auteur de l'étude et directeur du Center for Disease Dynamics, Economics and Policy, à Washington, même si certains pays s'efforcent déjà de réduire l'utilisation des antibiotiques dans les élevages, les résultats restent à évaluer.
 
La Chine, première consommatrice d'antibiotiques dans les élevages, a conseillé à ses citoyens de réduire la consommation de viande de 40 à 70 grammes par personne et par jour, soit environ la moitié de la consommation actuelle.
 
À titre de comparaison, les États-Unis consomment 260 grammes de viande par personne et par jour.
 
L'Europe a mis en œuvre des règlements portant plafonnement et la Banque mondiale a proposé de fixer des "frais d'utilisation" pour ceux qui achètent des antibiotiques pour les animaux de ferme.
 
Selon l'étude, limiter la consommation de viande par habitant à 40 grammes par personne et par jour pourrait réduire de 66% l'utilisation d'antibiotiques dans les élevages d'animaux, tandis que l'application de plafonds d'utilisation d'antibiotiques pourrait aboutir à une réduction de 64%.
 
La stratégie des frais d'utilisation pourrait également réduire l'utilisation d'antibiotiques de 30%.
 
"Nous constatons qu'une combinaison de ces trois stratégies pourrait réduire l'utilisation des antibiotiques dans les fermes d'élevage de 80 %", explique Ramanan Laxminarayan. "Je pense que l'inertie est notre plus grand défi - peut-être que les gens vont adopter ces stratégies quand les choses vont vraiment empirer."
 
Riana Arief, directrice du Centre d'études analytiques vétérinaires d'Indonésie, met l'accent sur le récent règlement du ministère indonésien de l'agriculture interdisant l'utilisation d'antibiotiques comme additifs alimentaires. "Le contrôle de l'utilisation des antibiotiques est possible grâce à la réglementation, à une application rigoureuse et à une surveillance efficace", estime-t-elle.
 
Cependant, elle pense que la limitation de la consommation de viande et les stratégies de tarification peuvent ne pas fonctionner dans les pays où la consommation de viande par habitant est très faible, comme l'Indonésie.
 
La consommation de viande dans le pays est encore loin des normes mondiales et la politique du gouvernement est de stimuler la production de viande.
 
De plus, les petits exploitants qui comptent sur des aliments importés coûteux seront touchés si des frais d'utilisation sont imposés, soutient-elle.

Cet article a été rédigé par le desk Asie/Pacifique de SciDev.Net.
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.