Rapprocher la science et le développement

  • Du besoin de créativité dans la quête de financements pour la recherche

Shares

Selon Linda Nordling, les universitaires africains doivent élargir leur réseau de financement de la recherche, ou courir le risque d'une réduction de leurs capacités financières et d'une perte de contrôle sur leurs programmes.

Ce mois-ci, les exportateurs africains ont compris à quel point il était peu rentable de mettre tous leurs œufs dans le même panier. Lorsque les nuages de cendre du volcan islandais ont cloué au sol les vols vers l'Europe, les ananas au Ghana et les roses au Kenya ont du rester dans les entrepôts, où ils se sont abimés, et les ouvriers mis au chomage technique.

Cette leçon vaut aussi pour les universitaires africains. En effet, au cours d'une conférence en Afrique du Sud au début de ce mois, les administrateurs d'universités ont appris que leurs sources traditionnelles de financement - les subventions gouvernementales et les frais de scolarité - étaient menaces par la conjoncture économique actuelle.

Les intervenants de la troisième conférence de l'International Network of Research Management Societies (INORMS), qui s'est déroulée au Cap du 11 au 15 avril, ont déclaré que les réductions des capacités financières  à venir devaient obliger les universitaires africains a apprendre exploiter d'autres sources de financement.

Inversement, une base de financement plus diversifiée accroîtrait  la pression sur les institutions et les obligerait a améliorer leurs systèmes de gestion interne - sans quoi des intervenants exterieurs pourraient finir par prendre la direction de leurs programmes de recherche.

La question qui se pose est de savoir comment récolter des fonds pour leurs propres priorités de recherche - la conférence de l'INORMS a beaucoup donné à réfléchir dans ce sens.

Recherche de financements à l'étranger

La conférence a révélé que les programmes de financement internationaux offraient d'importantes possibilités de financement de la recherche en Afrique, qui étaient sous-utilisés par les universitaires locaux. Entre autres exemples peuvent être cités le programme de subvention de 33 millions d'euros (environ US$ 44 millions) de l'UE ciblant les pays à faible revenu d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) (voir l'UE va aider les scientifiques du Sud à obtenir d'autres financements) et les subventions offertes par les National Institutes of Health Santé (NIH) des Etats-Unis.

"Un certain nombre de nos instruments de financement ne sont pas acceptés. Peut-être à cause de leur capacité limitée, peut-être parce que les possibilités sont mal commercialisées", a déclare Mmboneni Muofhe, le directeur en chef des ressources internationales au ministère sud-africain de la Sciences et de la Technologies, à la conférence de l'INORMS.

De nombreux universitaires africains n'ont pas les ressources et le savoir-faire pour surmonter les obstacles administratifs  incontournables pour obtenir les subventions internationales compétitives, a-t-il poursuivi. Mais la plupart des bailleurs de fonds sont prets a aider dans le processus de candidature à ceux qui en feraient la demande, a-t-il ajouté.

L'industrie locale et les conseils

L'industrie locale - pas uniquement les grands conglomérats (bien que ceux-ci puissent offrir les contrats les plus lucratifs), mais aussi les petites entreprises communautaires - est une autre source de financement non exploitée.

La croyance selon laquelle tous les agriculteurs africains sont pauvres et ne sont pas en mesure de payer pour  acquérir les connaissances est fausse, a déclaré Bassirou Bonfoh, le directeur général du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire.

Son institut  perçoit 6.000 dollars d'une femme installée dans le nord du pays, qui récolte les graines de karité pour fabriquer du beurre de karité, un ingrédient présent dans les chocolats et les crèmes de beauté. Cette femme, qui a récemment reçu une commande importante d'une entreprise européenne, veut que l'Institut l'aide à améliorer la qualité de ses produits.

"Nous n'avons pas le réflexe de nous adresser a la communauté t - mais si nous nous adressons à elle, nous pouvons obtenir des financements", a déclaré Bonfoh.

Les services-conseils offrent un troisième flux de revenu, selon Jose Ariyappillil Mathai, le directeur des études de troisième cycle à l'Université nationale du Rwanda. Son université a ouvert un bureau en 2007 pour gérer les travaux de consultation de son personnel, et elle perçoit 20 pour cent des frais de ces consultations, le reste revenant aux universitaires. Ce mécanisme a permis d'augmenter les salaires des chercheurs de 30 pour cent.

Allégement du fardeau administratif

Mais chaque nouvelle source de financement signifie moins de temps  à consacrer aux activités de recherche. Lorsque le financement international est dominant, la nécessité pour les chercheurs de rendre des comptes aux bailleurs et de travailler en liaison avec les donateurs oblitère le temps passé à travailler pour sa propre institution.

De même,  trop de contrats de consultation peut priver une institution de ses contacts avec la recherche fondamentale, motivée par la curiosité.

En effet, de nombreuses institutions de recherche en Afrique se battent pour conduire leurs propres recherches. L'Université nationale du Rwanda était l'une de celles-là, affirme Mathai, mais les choses ont changé en 2006 quand un nouveau recteur a décidé de reprendre les choses en main. Maintenant, les bailleurs de fonds se réunissent avec la direction de cette université chaque année pour discuter de l'orientation des programmes de financement.

La bonne nouvelle est que les donateurs internationaux reconnaissent de plus en plus qu'outre le financement des projets de recherche, ils doivent également renforcer les capacités administratives et directoriales des instituts de recherche africains (voir Les bailleurs de fonds doivent contribuer à la mise en place d'un cadre viable pour la recherche).

Hannah Akuffo, la chef du secrétariat de la recherche à l'Agence suédoise de développement international (SIDA), affirme que son agence  perçoit dorénavant de l'argent pour le renforcement des capacités dans tous les aspects de son financement de la recherche. D'autres -- dont le Wellcome Trust, le NIH et même l'Union européenne - sont également en train d'en faire une priorité.

Avec le temps, un tel appui permettrait de mettre un terme à la pratique courante qui consiste à demander aux institutions de recherche africaines de se joindre sur le tard à des projets internationaux, en tant que partenaires  dont les interventions ne seraient pas prioritaires.

Mais pour que les choses changent réellement, les institutions africaines doivent également prendre plus activement le contrôle de leurs agendas de recherche, dit Akuffo. "C'est à eux de dire 'non' aux projets pour lesquels  ils sont sollicités, souvent dans la seule intention  de remplir les conditions d'obtention des subventions".

La journaliste Linda Nordling, spécialiste de la politique africaine pour la science, l'éducation et le développement travaille au Cap, en Afrique du Sud. Rédactrice en chef de Research Africa, elle collabore au Réseau Sciences et Développement (SciDev.Net) et collabore à des journaux comme The Guardian, Nature, etc.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.