Rapprocher la science et le développement

Une vue de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
  • Universités : Pourquoi l’Afrique francophone est mal classée

Une vue de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
Crédit image: Flickr / Isabelle et jean

Lecture rapide

  • Le classement tient uniquement compte des publications effectuées en anglais

  • Les universités africaines ne fondent pas leur politique sur le classement de Shanghai

  • L’Afrique doit consacrer 2 à 3 % de son produit intérieur brut (PIB) à la recherche

Shares
Comme c’est le cas tous les ans, le ShanghaiRanking Consultancy Ltd a publié au mois d’août dernier son édition 2017 de l’Academic Ranking of World Universities (ARWU), le classement académique des universités mondiales.
 
Comme à l’accoutumée, les premières places du classement reviennent à des institutions américaines et, dans une moindre mesure, britanniques. Ainsi le podium 2017 est occupé par les universités de Harvard et de Stanford aux Etats-Unis et par celle de Cambridge au Royaume-Uni.
 
Sur les 800 établissements classés cette année, les Etats-Unis viennent largement en tête avec 135 institutions, suivis de la Chine (57), et du Royaume-Uni (38).
 
En revanche seules six universités africaines figurent dans ce classement, en l’occurrence cinq (5) d’Afrique du Sud et une (1) d’Egypte), avec la première place du continent pour l'université de Witwatersrand en Afrique du Sud. 

C’est dire si l’Afrique francophone continue d’être absente de ce palmarès qui est actuellement l’un des plus célèbres du monde en la matière.
  

“Les universités d’Afrique francophone ne sont presque pas concernées par 4 des critères de ce palmarès”

Jemaiel Ben Brahim
Directeur régional, AUF - Afrique de l’ouest

 
Pour comprendre cette faible représentation de l’Afrique, SciDev.Net a pris attache avec Xuejun (Snow) Wang, le directeur du classement chez ShanghaiRanking Consultancy Ltd. Il explique :
 
"La performance des universités dans nos classements est évaluée en examinant les indicateurs objectifs que nous utilisons. Parmi eux, il y a le nombre d'anciens élèves et le personnel qui ont remporté les prix Nobel et les médailles Fields, le nombre de chercheurs hautement cités choisis par Clarivate Analytics, le nombre d'articles publiés dans les revues Nature et Science, le nombre d'articles indexés dans Science Citation Index, et la performance par habitant d'une université."
 
"La concurrence est intense. Les universités africaines qui ne sont pas encore arrivées au top 800 ne sont pas encore assez performantes dans les six indicateurs qui permettent d’établir ce classement", ajoute-t-il.
 
Au passage, il indique que "il existe de nombreuses stratégies bien reconnues que les universités utilisent pour améliorer leur production de recherche. Un exemple peut être de renforcer la collaboration internationale".
 
Avant de conclure en disant que "à mesure que les capacités de recherche d’une université augmentent, sa performance le reflètera dans le classement".
 
Mais, du point de vue des universitaires francophones, d'autres facteurs, en plus de ces explications des organisateurs du classement, rentrent en ligne de compte et ne jouent pas nécessairement en faveur des universités d'Afrique francophone.

Dans cet entretien, Jemaiel Ben Brahim, directeur régional de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) en Afrique de l’ouest, livre une analyse plus complète qui permet de mieux comprendre et de relativiser l’absence persistante de l’Afrique francophone dans ce palmarès annuel.

Jemaiel Ben Brahim (New)
Jemaiel Ben Brahim
Quel regard portez-vous sur le classement de Shanghai des meilleures universités dans le monde ?

Laissez-moi vous rappeler que le classement de Shanghai cherche à répondre à la question suivante : "Quelle est la meilleure université au monde ?". Pour ce faire, il établit un score général calculé à partir de critères pondérés à 10 ou 20 % du score final. Ces critères, au nombre de six, extraits des bases de données TSI (Thomson Science Index) sur une durée de 100, 20, 5 ou 1 an (s) selon le critère choisi, peuvent être regroupés en 4 domaines :
- La qualité de l’enseignement mesurée par le nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les anciens élèves durant les cent dernières années ;
- La qualité de l’institution, mesurée à la fois par le nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les chercheurs pendant les 100 dernières années et par le nombre de chercheurs les plus cités dans leurs disciplines durant les vingt dernières années ;
- Les publications, mesurées par les articles publiés durant les cinq dernières années dans les revues américaines Nature et Science et par les articles indexés dans deux grandes bases : Science Citation Index et Arts & Humanities Citation Index durant l’année précédant la publication du palmarès ;
- Enfin la performance académique au regard de la taille de l’institution et qui consiste en une pondération des précédents résultats par le nombre de chercheurs à temps plein de l’établissement.
 
Ces éléments suffisent-ils à expliquer, à votre avis, l’absence continue des universités d’Afrique francophone parmi les 800 meilleures du monde ?
 
Comme on peut le constater, la qualité de l’enseignement n’est analysée qu’à la marge. Le classement de Shanghai accorde une importance particulière aux activités de recherche. Il privilégie les vieilles institutions : Harvard créée en 1636 compte 44 prix Nobel, 46 prix Pulitzer, 8 Alumini présidents des Etats-Unis. Ses budgets donnent le vertige ! Plus généralement, les établissements anglo-saxons sont avantagés : les Etats-Unis et le Royaume-Uni trustent les meilleures places. Deux facteurs expliquent ce phénomène : la comptabilisation des publications de recherche s’effectue dans les revues de premier rang "Core Journals", catégorie de laquelle sont exclues les revues qui ne sont pas publiées en anglais.
Nous pouvons donc affirmer sans risque majeur de nous tromper que les universités d’Afrique francophone ne sont presque pas concernées par quatre (4) des critères de ce palmarès. De plus, l’enseignement supérieur en Afrique francophone est bâti sur un autre modèle, le modèle de l’enseignement supérieur français qui consacre par exemple la séparation entre universités et organismes de recherche, ce qui n’est d’ailleurs pas de nature à favoriser un bon positionnement dans le palmarès de Shanghai.
 
Que peuvent néanmoins faire les universités d’Afrique francophone pour améliorer leurs rangs dans les classements à venir ?
 
Les universités d’Afrique francophone sont jeunes et consacrent la plupart de leurs efforts à la mission de formation. Elles ne fondent pas non plus leur politique sur ce classement. Cependant, ce palmarès doit nous interpeller sur nos insuffisances : faiblesse des systèmes nationaux de recherche et d’innovation, absence d’une politique de la recherche, faiblesse de la gouvernance verticale pour mieux assurer les fonctions d’orientation et horizontale pour assurer efficacement la coordination, mécanismes de financement inefficaces, insuffisants et parfois peu transparents, absence d’évaluation et d’une culture de la performance. C’est pour cette raison qu’à l’Agence universitaire de la francophonie, nous privilégions la coopération entre universités plutôt que la compétition. Nous misons sur la solidarité active entre les membres du réseau mondial AUF et nous souhaitons aider les systèmes nationaux de recherche-innovation à se consolider et à mieux s’établir. Il n’y a pas de mal non plus aux niveaux des Etats à faire émerger des champions nationaux, à éviter l’émiettement en leur rattachant des organismes de recherche, à avoir une politique de publication scientifique avec une signature unique, etc.
 
Quelle autre analyse vous suscite ce classement ?
 
Ce classement est annuel et il est souvent attendu par les médias et par les politiques. Il fait la part belle aux activités de recherche et en une année ou même plus, un pays ou une université ne figurant pas dans le palmarès ne peut raisonnablement pas remonter la pente.  Pour que l’Afrique devienne compétitive à l’échelle mondiale et comble le déficit de développement avec le reste du monde, il faudra qu’elle investisse à un horizon de temps raisonnable de 2 à 3 % de son produit intérieur brut (PIB) dans la recherche, contribution du secteur privé comprise. Les universités doivent avoir leur politique de recherche en conformité avec les plans de développement nationaux ainsi que les moyens de cette politique.


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.