Rapprocher la science et le développement

  • La princesse Sumaya parle de la science après le Printemps arabe

La princesse Sumaya bint El Hassan de Jordanie sentretient avec SciDev.Net des espoirs pour la science au Moyen-Orient, de la diplomatie scientifique et du rle des femmes.

Les membres des familles royales dans le monde dclarent souvent leur soutien pour la science, mais lintrt particulirement vif et actif de la Princesse bint El Hassan de Jordanie la distingue des autres.

Elle est fondatrice et prsidente de la Cit des Sciences El Hassan, prsidente de la Socit royale des Sciences de Jordanie et prsidente du conseil dadministration de luniversit de technologie Princesse Sumaya. Elle a aussi rcemment contribu la mise en place dun centre de collaboration scientifique et technologique pour le Moyen-Orient, en Jordanie.

Ce mois-ci concide avec lanniversaire de deux soulvements dans le monde arabe, en Tunisie et en Egypte. Nous avons demand la princesse Sumaya de nous parler de limpact du Printemps arabe sur la science dans la rgion, de nous dire son opinion sur la diplomatie scientifique ainsi que ses espoirs et ses craintes pour la science, lducation et linnovation.

En quoi le Printemps arabe a-t-il offert des opportunits la science et la technologie?

La plupart de ses acteurs commencent rflchir en termes de mritocratie. Un norme potentiel de talents vient dtre libr, un talent jusque-l frein par la corruption et le npotisme, ainsi que par le mpris pour le progrs fond sur le mrite.

Cest en cela que nous pouvons affirmer que le Printemps arabe devient un Et arabe: nous voyons des gens apprcis et reconnus pour la contribution quils peuvent apporter. Vous ne pouvez pas obtenir une coopration scientifique efficace sans mritocratie.

Cette grande libert a commenc sduire beaucoup dArabes de la diaspora - nous avons perdu tellement de nos talents!

Les pays arabes qui nont pas connu de manifestations peuvent-ils en tirer des leons ?

Je crois que oui et cela ne rsulte pas seulement du Printemps arabe. Petit petit, les gens se rendent compte que la voie vers le progrs passe par linvestissement dans les ressources humaines et non dans le ciment. Et mme si certains pays voisins ont investi lourdement dans la construction de cits des sciences, etc., au bout du compte, ce sont les partenariats efficaces que nous nouons entre les scientifiques qui feront toute la diffrence.

Lorsque lon rflchit la culture arabe et la contribution quelle a apporte la science et la technologie, lon se rend compte que cest une partie essentielle de notre hritage, et le moment est venu de reprendre le flambeau o nous lavons laiss.

Quels sont les principaux obstacles qui freinent prsent la science dans le monde arabe ?

Selon moi, le dfi consiste recrer ce sentiment dappropriation de linnovation pour le dveloppement communautaire. Dans le mme temps, il prvaut chez beaucoup dArabes ce sentiment dtre sous le poids de lhgmonie scientifique occidentale. Ce nest pas une excuse pour sinstaller dans la colre ou la lthargie, mais un appel laction pour une nouvelle gnration dote dune nouvelle ambition. Au Moyen-Orient, nous avons trop mis laccent sur limitation, et, au cours des dernires annes, sur linnovation. Nous devons vraiment, maintenant, commencer sensibiliser les gens sur les droits de proprit intellectuelle et la commercialisation de la technologie.

Que pouvons-nous apprendre des expriences occidentales ?

Nous avons beaucoup apprendre de lOccident. Lune des comparaisons que jutilise souvent est celle de lEurope divise au lendemain de la Deuxime guerre mondiale: on naurait jamais imagin que certains pays comme la France et lAllemagne recommencent un jour sadresser la parole, mais ce sont les lments de la science qui ont runi les pays dEurope et dbouch sur une deuxime rvolution industrielle.

Et je crois que dans le monde arabe, si nous commenons nous parler, et compte tenu des normes ressources financires dont disposent certains riches pays du Golfe et des ressources humaines de certains pays comme le mien [la Jordanie], lEgypte, le Liban et la Syrie, nous pourrons alors rendre possible notre deuxime Sicle des Lumires.

Quel est, le cas chant, le rle de la diplomatie scientifique?

La science spanouit toujours quand le talent jouit de la libert et du soutien ncessaires son application, mais je crois que les programmes de tutorat constituent la meilleure approche pour garantir la russite et la dure. Si vous pouvez collaborer en tant qutres humains, les moyens financiers finiront par venir vous. Nous devons nous assurer que la science soit oriente vers le relvement des dfis auxquels nous faisons face dans la rgion, et cest pour cela que nous devons recommencer nous parler.

Aujourdhui la Cit des Sciences El Hassan, nous collaborons troitement avec les professeurs arabo-amricains de lUniversit de Californie, Los Angeles, qui jouent le rle de tuteurs auprs de nos chercheurs en Jordanie. La Cit des Sciences constitue en elle-mme une stratgie pour attirer la diaspora arabe perdue, et, grce aux merveilles de la communication moderne, nous sommes capables de renforcer nos capacits sans que les gens soient ncessairement prsents physiquement.

Laccord pass entre la Cit des Sciences et le Sesame [Rayonnement synchrotron pour la science exprimentale et ses applications au Moyen-Orient, financ par plusieurs pays du Moyen-Orient et bas en Jordanie] prsente de gros avantages pour la collaboration avec diffrents pays. Certains peuvent ne pas vouloir sasseoir autour de la table politique, mais avec la science, nous pouvons surmonter cet obstacle.

Comment pouvons-nous assurer que tout le monde profite de la diplomatie scientifique?

En Jordanie, nous avons rcemment sign un accord pour la mise en place du premier Centre des technologies pour la recherche et la collaboration scientifique du CESAO [Commission conomique et sociale des Nations Unies pour lAsie occidentale. Cest la premire fois que le CESAO ouvre un bureau hors de son sige et quatorze pays arabes y participent. Lide est non seulement daccrotre le contenu en langue arabe sur Internet mais aussi de crer une opportunit pour la recherche et les alliances. Plus nous laborerons des stratgies conjointes et identifierons les priorits nationales, tout en permettant tout le monde dy trouver son compte, mieux ce sera.

La culture scientifique doit devenir partie intgrante de notre vie ds lge scolaire.

Quel est lavenir de la formation et de linnovation dans la rgion ?

Nous sommes trs proccups par lenseignement et lapprentissage par cur et par lincapacit remettre en cause. Je crois que le premier pas symbolique vers lavant est sans doute constitu par la propension de la nouvelle gnration vouloir se lever et poser des questions, et quon lui accorde la libert de le faire.

Et bien videmment, un partage plus quitable des ressources constitue la meilleure stratgie de gestion de la situation. Je nai pas de PhD. Lexprience de la vie peut vous enseigner beaucoup de choses et, sans ngliger limportance dun PhD, il est tout aussi important de reconnatre le rle de la culture entrepreneuriale. Il est trs important de crer les conditions idoines.

Lorsque vous regardez les cosystmes dinnovation, vous comprenez que ce sont les jeunes gens qui aient besoin dun environnement leur permettant de dvelopper leur crativit et de commercialiser les technologies.

La formule du succs quil nous faut est donc faite dun mlange [de traditionnel et dentrepreneurial].

Et quelle est la place des femmes dans la science?

Les femmes dans la science sont trs encourages dans mon pays. Plus de la moiti des tudiants du premier cycle des filires scientifiques sont des femmes.

Dans mon universit, nous venons juste de nommer la premire femme doyenne de la facult dingnierie, cest la toute premire en Jordanie. Dans la mesure o les femmes jouent encore un rle double, elles sont la fois mres et pouses, quand vous duquez une femme, vous duquez une famille.

Il est trs important de soutenir cette initiative. Beaucoup de femmes dans le monde arabe occupent des postes de responsabilit et peuvent prsent soutenir les autres femmes.

Il est trs rare aujourdhui de voir dans le monde arabe des filles qui ne vont pas lcole. Cest lun des OMD [Objectifs du Millnaire pour le dveloppement] sur lequel nous avons enregistr du succs. Avec le dveloppement des mdias sociaux, vous ne pouvez plus maintenir les femmes dans lobscurit.

Lien vers lopinion de la princesse Sumaya bint El Hassan

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.