Rapprocher la science et le développement

  • Une alliance mondiale pour la recherche sur les changements climatiques

Une alliance mondiale rassemblant des organismes de recherche sur l'environnement, des organes décisionnels et des bailleurs de fonds internationaux sera lancée lors de la conférence Planet Under Pressure (Planète sous pression) qui se tiendra du 26-29 mars au Royaume-Uni.

Cette alliance, baptisée 'Future Earth' ('L'avenir de la Terre'), a pour but de livrer la recherche en sciences pures et en sciences sociales de manière assez compréhensible pour aider les décideurs politiques et les organisations locales à atteindre, au cours des prochaines décennies, les objectifs de développement durable qu'ils se sont fixés.

Elle va aussi rechercher comment coordonner et orienter la recherche scientifique internationale dans une vaste gamme de disciplines, notamment l'acidification des océans, les changements climatiques, l'occupation des sols et la croissance démographique, ainsi que l’impact de ces changements sur les sociétés.

Le noyau de recherche de Future Earth est principalement constitué par les organisations qui, dans un premier temps, s'étaient réunies dans le cadre de l’Initiative pour la durabilité des systèmes terrestres (ESSI). Il comprend le programme international Géosphère-Biosphère, le programme international 'Dimensions humaines sur le changement environnemental mondial' (International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change), DIVERSITAS (un programme international des sciences de la biodiversité) et le programme mondial de recherche sur le climat (World Climate Research Programme),  qui étudie l’impact de l’être humain sur le climat.

Cet article fait partie du dossier spécial Rio+20 —La conférence des Nations Unies sur le développement durable — qui aura lieu du 20 au 22 juin 2012. Pour d'autres articles, cliquer sur Scienceà Rio+20

 

"Nous ne disposons d’aucun mécanisme pour étudier l'interaction intégrée de tous les changements environnementaux mondiaux en cours", constate Mark Stafford Smith, directeur scientifique du projet Climate Adaptation Flagship (Programme-phare pour l'adaptation climatique) qui dépend de l'organisation fédérale australienne pour la recherche scientifique et industrielle (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation ou CSIRO), et co-président de la réunion prévue à Londres.

"Future Earth ne mettra pas uniquement l'accent sur les changements climatiques mais aussi sur les changements du cycle de l'azote, l'acidification des océans, ainsi que l’évolution de la population et de la consommation, les tendances du vieillissement de la population, et toute une gamme de questions économiques et d'équité".

L'initiative aura également pour objectif de renforcer une recherche bénéfique pour les pays en développement et d'accroître l'implication des scientifiques dans la recherche sur la durabilité mondiale, avec l'aide des organismes qui financent cette initiative.

"Parmi les mécènes actuels, certains sont des bailleurs de fonds de la recherche qui voudraient impliquer les organismes de financement de l'aide au développement dans les efforts déployés aujourd’hui en matière de développement durable", insiste Gisbert Glaser, conseiller principal auprès du Conseil international pour la Science en France.

"Nous voudrions aussi faire disparaître la barrière qui existe entre le financement de la recherche dans tous les pays du Sud et le financement du développement."

Les quatre thèmes retenus pour cette initiative décennale seront annoncés cette année, et devraient inclure l'eau, l'énergie et la sécurité alimentaire.

Future Earth devrait être entièrement opérationnelle d'ici juin 2013 et dotée d'un secrétariat autonome. Plusieurs de ses activités devraient être lancées d'ici la fin de l'année.

Voir ci-après une vidéo sur la conférence Planet Under Pressure: