Rapprocher la science et le développement

  • Les USA doivent promouvoir la coopération internationale

Pour Rodney W. Nichols, lOffice pour la Science et la Technologie de la Maison Blanche doit relancer la coopration internationale en matire scientifique et technologique, dans plusieurs domaines.

Donner aux stratgies internationales dveloppes par la Maison Blanche un solide fondement scientifique signifie deux choses.Dune part, rexaminer le rle jou par le Bureau pour la Science et la Technologie (OSTP) dans la mise en valeur de la science et la technologie (ST) dans la dtermination de la politique trangre amricaine.Dautre part, effectuer une restructuration de lUSAID, lAgence amricaine pour le Dveloppement international.

LOSTP, dirig par le conseiller scientifique du prsident, a la lourde tche de superviser sans en exercer le contrle direct prs de US$ 145 milliards du budget 2008, tout en scrutant lhorizon afin dvaluer le contexte mondial dans lequel sinscrivent les efforts du pays.

Satisfaire les besoins des pays en dveloppement en matire de cultures gntiquement modifies ou de dfense contre le terrorisme par exemple prsente de nombreux dfis pour les Etats-Unis et requiert un savoir-faire technologique, tant sur le plan de la politique que de la pratique.

En novembre 2008, le Centre Woodrow Wilson Washington DC a prcis dans un rapport (OSTP 2.0) quelles seraient les meilleures pratiques quant aux responsabilits mondiales incombant lOSTP : dabord, diriger la politique et les activits internationales en matire scientifique et technologique dans des organisations telles que le G8, la Banque mondiale, et toutes les principales initiatives scientifiques et technologiques bilatrales et multilatrales; ensuite, oeuvrer avec le Dpartement dEtat et lUSAID, ainsi que dautres structures du gouvernement amricain, afin dinscrire la science et la technologie au cur des stratgies de dveloppement

Promouvoir la coopration internationale

Pour accomplir de telles tches, on ne peut pas lsiner sur les moyens. Quest-ce qui doit tre fait? Le premier obstacle franchir consiste se dbarrasser une quantit dides fausses. Aux Etats-Unis, comme dans la majorit des pays dvelopps, les budgets scientifiques, dj limits, sont soumis des tests de plus en plus rigoureux o de leur contribution la richesse ou la productivit nationale doit tre justifie. Cest une attitude qui encourage la perception de la coopration internationale comme un luxe humanitaire se limitant un don des connaissances amricaines profitant aux autres.

Un tel scepticisme est injustifi. En effet, une vague montante de coopration internationale en matire de recherche par exemple pour dvelopper une nergie nuclaire sre et fiable contribuera au dcollage conomique de tous les pays. Le protectionnisme et lhyper nationalisme sont les ennemis des progrs scientifiques dans le monde. Pratiquement toutes les socits prives de General Electric Microsoft, dIntel Pfizer ralisent que la coopration transnationale en matire de recherche, de dveloppement, de fabrication, de commercialisation et de distribution est indispensable. Il est grand temps que le gouvernement le comprenne aussi.

Ainsi, parmi les premires mesures prendre par lOSTP, figure la ncessit de promouvoir une comprhension de limportance de la participation amricaine aux projets internationaux et aux dbats sur les priorits des pays en dveloppement. La recherche-dveloppement (RD) moderne oriente vers des objectifs socio-conomiques exige absolument des liens lchelle plantaire, une ncessit qui devient de plus en plus incontournable chaque jour.

La science et la technologie doivent donc se trouver au centre de la politique trangre des Etats-Unis, non seulement dans le domaine de la scurit mais galement dans ceux de la diplomatie et du dveloppement. Lengagement du gouvernement doit passer outre les querelles des partis et les luttes mesquines, comme celles qui ont suscit la rduction considrable des fonds prcdemment allous la science et la technologie en dcembre 2007, par lannulation brutale de US$ 150 millions destins au racteur thermonuclaire exprimental international une dcision de ne pas respecter une promesse faite de manire solennelle, dcevant les physiciens du monde entier.

Inscrire la science dans les activits de lUSAID

La deuxime grosse tche du gouvernement consiste rformer lensemble de laide trangre amricaine, qui slve pratiquement US$ 25 milliards, dans le but dinfuser la science et la technologie dans toutes les activits visant amliorer la vie des populations dans le monde en dveloppement.

Avant toute chose, rformer lUSAID est une question urgente. Lagence disposant dun budget denviron US$ 15 milliards constitue une parfaite illustration des distorsions dues au triomphe des actions politiques et bureaucratiques court terme sur les priorits rationnelles. Ainsi, la priorit est trop souvent accorde des programmes de courte dure, politiquement sduisants, par rapport aux initiatives majeures durables qui sont le fondement mme du dveloppement long terme.

LUSAID possde trs peu de hauts cadres scientifiques et du gnie, une estimation rcente faisant tat de six ingnieurs et 16 experts agricoles un nombre en baisse significative depuis une gnration. Lagence entretient des liens mdiocres avec la communaut dacteurs amricains engags dans la recherche-dveloppement, lloignant ainsi des derniers progrs technologiques.

Cet isolement entrave normment lefficacit de lUSAID sur le terrain.Linsistance du Congrs de financer des consultants de think tanks (centres de recherche, de pense) et autres donneurs daide traditionnels a aussi un effet nfaste. Il faut davantage de concurrence, entre de nouveaux acteurs explorant de nouvelles approches, en privilgiant les do tanks (centre dactions) linstar de la Fondation civile amricaine pour la recherche et le dveloppement ou les centres acadmiques orients vers laction, avec leurs rseaux bien tablis dans les pays en dveloppement.

Le Congrs devrait donner son aval la nomination de Nina Fedoroff, conseillre en matire de science et de technologie. LUSAID devrait lui assigner la tche de mettre sur pied un nouveau fonds annuel de recherche-dveloppement de US$ 100 millions, et de mettre laccent sur les efforts conjoints pour satisfaire les besoins du monde en dveloppement.

Ceci passera par le financement dune solide recherche-dveloppement dans des domaines cibls tels que les ressources en eau, et par llaboration de stratgies dbouchant, objectif connexe, sur le renforcement des capacits humaines ltranger. Cela signifiera recruter un personnel scientifique et technique hautement qualifi, soutenir uniquement des projets irreprochables, ouvrir la concurrence tous et valuer rigoureusement les rsultats obtenus.

Ce modle a dj t utilis dans les programmes de recherche-dveloppement par le Dpartement de la Dfense.Il permit alors le dveloppement de matriels de pointe, de lInternet et de la miniaturisation lectronique. Il pourrait ainsi permettre datteindre des objectifs de dveloppement.

La Commission bipartite daide a dj propos dutiliser ce modle pour sattaquer aux problmes long terme -- tels que la reforestation ou le dveloppement dinfrastructures. Le nouveau fonds, qui va octroyer subventions et contrats sur une base comptitive, serait administr par un nouveau Bureau pour la Science et la Technologie de lUSAID et gouvern par un comit indpendant dexaminateurs externes. Ce comit pourrait galement conseiller lUSAID et le Dpartement dEtat sur des choix techniques varis

Le nouveau Prsident et le nouveau Congrs devraient suivre cette initiative. Elle contribuerait largement faire rentrer lUSAID dans le monde du vingt unime sicle.

Rodney W. Nichols est Prsident et directeur excutif mrite de lAcadmie des Sciences de New York, Etats-Unis.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.