Rapprocher la science et le développement

  • Les universités invitées à remettre les résultats de la recherche aux agriculteurs

Shares

[ACCRA] Les universités africaines doivent s’engager dans la recherche agricole et le développement – et s’assurer que les résultats de leurs recherches soient répercutés sur le terrain politique et qu’ils satisfont aux besoins des agriculteurs

Richard Mkandawire, chef du Programme intégré d’action agricole (CAADP) au Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), a déclaré que les institutions tertiaires africaines continuent à être perçues comme des tours d’ivoire dans de nombreux pays.

Mkandawire a laissé entendre lors d’un dialogue entre des universités et des organismes agricoles à Accra, au Ghana, cette semaine (28-31 juillet) que “l’Etat post-colonial n’a pas réussi à impliquer les institutions tertiaires dans le développement national".

 Il a conseillé vivement aux universités africaines d’œuvrer ensemble à travers le Réseau du forum des universités africaines pour adopter le plan d’action du CAAD, sur lequel les chefs d’Etat africains se sont mis d’accord en 2003.

Ce plan a été adopté comme vision pour la restauration de la croissance agricole, la sécurité alimentaire et le développement rural en Afrique. Le CAADP recherche un taux de croissance moyenne annuel de six pour cent dans l’agriculture, taux qui n’a pas encore été atteint par la majorité des gouvernements africains.

 Sheryl Hendricks – chef des sciences agricoles et de l’agro-industrie à l’Université du KwaZoulou-Natal, en Afrique du sud – affirme que les institutions devraient mener des recherches fondées sur les résultats et communiquer à la fois les résultats de ces recherches et proposer des exemples de meilleure pratiques auprès des agriculteurs et des décideurs.

Mais Monty Jones, le directeur exécutif du Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), soutient que le continent aura besoin de US$ 4,4 milliards d’investissements annuels pour mener de manière efficace les programmes de recherche agricole et le développement – ce qui représente pratiquement le double de son budget actuel.

 Il a déclaré à Scidev.Net : "Le budget total de la recherche et développement en Afrique s’élève à US$ 2,2 milliards par an. Des organismes régionaux tels que le NEPAD, l’Union africaine et le FARA distribuent près de US$ 500 millions supplémentaires par an et le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale verse US$ 250 millions à 16 centres de recherche".

“Au nom du continent, nous aimerions tirer profit de l’allocation de US$ 20 milliards faite par le G8 au monde en développement pour combler le déficit", dit-il (voir Le G8 s’engage à verser US$ 20 milliards pour l’agriculture).

Jones affirme qu’il y a un besoin urgent de renforcer l’appui institutionnel et les capacités humaines par la formation de phytogénéticiens, d’agronomes et phytopathologistes – et que les gouvernements nationaux devraient améliorer les infrastructures pour permettre,par exemple, aux produits de circuler plus rapidement du producteur au consommateur.,

 La conférence était organisée conjointement par le FARA, le Centre technique ACP-UE pour la coopération agricole et rurale des Pays-Bas et l’Association des universités africaines.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.