Rapprocher la science et le développement

  • Le G20 se tourne vers la recherche pour assurer la sécurité alimentaire

Shares

Le G20, le groupe des pays les plus industrialisés, a pour la première fois inscrit la recherche agricole internationale à son ordre du jour, dans le but de dégager une vision à long terme sur la lutte pour la sécurité alimentaire.

La première réunion du groupe sur le sujet a approuvé le rôle clé de la recherche agricole, non seulement dans la prévention des crises alimentaires mondiales, mais également pour sa contribution efficace à la croissance économique.

La réunion, qui se tient à Montpellier, en France, la semaine dernière (12-14 septembre), est organisée par la présidence française du G20 -- le groupe des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales des 20 pays les plus industrialisés. Participent également des représentants d'organismes internationaux de développement, dont l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'ONU et la Banque mondiale.

"C'est la première fois que le G20 a mis en bonne et due forme la recherche agricole internationale à son ordre du jour," a déclaré Mark Holderness, secrétaire exécutif du Forum mondial sur la recherche agricole (GFAR), et l'un des rapporteurs de la conférence. "C'est un grand pas en soi -- les pays du G20 ont reconnu que [la recherche agricole a] une plus grande pertinence économique".

Bien que la sécurité alimentaire ait été propulsée au premier plan de l'agenda politique au cours des émeutes de la faim de 2008, "les gens ont réagi dans un contexte d'urgence... il n'y avait aucun intérêt politique à développer une vision à long terme", regrette Holderness.

"Nous avons connu une autre hausse des prix depuis et la Banque mondiale en prédit une autre parce que les stocks alimentaires sont en baisse et le système manque de capacité -- nous devons augmenter la productivité alimentaire pour répondre à ce besoin".

Selon le projet de document de synthèse de la réunion, les systèmes de recherche dans les pays du G20 qui permettent d'augmenter la productivité agricole pourraient "contribuer de manière décisive à l'amélioration de la sécurité alimentaire" dans le monde en développement par le biais "d'une cohérence et d'une coordination améliorées, de partenariats plus solides et paritaires et d'un meilleur partage des connaissances".

Les pays du G20 ont été décrits comme "un laboratoire à la fois d'innovation et de production agricoles, avec environ 70 pour cent des publications scientifiques sur l'agriculture, et environ 60 pour cent des exportations agricoles", selon un document pour la conférence préparé par le Brésil, le Canada, la France et le Japon, en collaboration avec les organisations internationales, dont le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI), la Banque mondiale et la FAO.

" Sans partenariats scientifiques appropriés, nous n'aurons pas de recherche à l'échelle globale au service du développement", a déclaré Anne-Marie Izac, conseillère scientifique en chef du GCRAI et rapporteur de la réunion.

Les participants ont également reconnu la nécessité d'études prospectives dans le but d'améliorer l'état de préparation.

Izac note que la prévoyance ne consistait pas seulement à être préparé pour les urgences, mais à poser les questions de recherche "qui ne sont peut être pas urgentes aujourd'hui, mais qui sont néanmoins essentielles pour la sécurité alimentaire dans un environnement dynamique et en constante évolution".

Le Conseil indépendant pour la recherche scientifique et les partenariats du GCRAI conseille les bailleurs de fonds sur les scénarios futurs, mais des études prospectives "ne sont pas encore intégrées dans le système international de recherche agricole", reconnaît Izac.

Le ministre français de la coopération Henri de Raincourt a affirmé que les résultats de la réunion seraient pris en compte lors de la réunion des ministres des finances et du développement des pays du G20 prévue à Washington DC, Etats-Unis, la semaine prochaine (23-24 septembre), avant le sommet du G20 en novembre en France.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.