Rapprocher la science et le développement

Les nouvelles technologies permettent un suivi amélioré et plus rapide des maladies
  • Les nouvelles technologies permettent un suivi amélioré et plus rapide des maladies

Crédit image: Sven Torfinn / Panos

Lecture rapide

  • Des progrès basés sur l’utilisation des téléphones mobiles et le séquençage génétique ont permis d'améliorer le suivi

  • Le crowdsourcing et d'autres méthodes de détection numérique des maladies sont également prometteurs

  • Mais ces progrès doivent être accompagnés d’une volonté politique de contrôler les maladies.

Shares
D’après Larry Brilliant et Mark Smolinski, la surveillance des maladies est en cours de modernisation, grâce à des outils de détection tels que le crowdsourcing.

La surveillance est essentielle pour éliminer et prévenir les maladies infectieuses.

La détection précoce offre la possibilité d’une réaction rapide, qui peut empêcher une poignée de cas ou quelques poches de maladies de prendre des proportions démesurées.
 
Prenons l’exemple de la polio. La surveillance sous-tend les efforts mondiaux d'éradication actuels : sans elle, nous ne saurions ni où ni comment circule le virus, puisque 90% des cas ne présentent aucun symptôme, ce qui complique leur identification.

Une détection précoce a toutefois permis d’éliminer 99% des cas et cette maladie n’est plus présente que dans trois pays endémiques - contre 125 au moins en 1988.

Le 'Plan stratégique pour l’éradication de la poliomyélite et la phase finale', une feuille de route détaillée lancée par l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite en mai et visant à éliminer la polio d’ici à 2018, considère la surveillance comme un élément clé pour l’orientation des activités d'éradication.

Elle définit aussi les mesures pour la mettre en œuvre à grande échelle dans le monde. [1]

Les récents progrès enregistrés dans le domainedes technologies de surveillance, ainsi que de nouveaux outils tels que l’autodéclaration par téléphone portable et l'amélioration du séquençage génétique des virus, montrent que les maladies peuvent être mieux suivies et plus rapidement que jamais auparavant.


Un système de surveillance mondial

 
Le programme d’éradication de la poliomyélite a toujours intégré des innovations récentes et leur impact est tangible.

L'introduction généralisée de l’analyse systématique des eaux usées au cours des cinq dernières années a permis à l'OMS et à des gouvernements nationaux d’identifier le poliovirus dans les selles des personnes infectées qui ne présentaient aucun symptôme.
 
Cela a permis de lancer des campagnes de vaccination préventive de masse, comme cette année en Egypte et en Israël, même en l’absence de cas de paralysie.

Des innovations plus récentes sont également mises en pratique.

En Ouganda par exemple, le gouvernement a déployé le mTrac, une plateforme basée sur un message texte permettant aux agents de santé locaux de signaler les cas potentiels de polio et d'autres maladies en temps réel à l'aide de leurs téléphones mobiles.

Ensuite, l'origine de tout virus peut être détectée à travers le séquençage génétique, ce qui permet aux scientifiques de suivre sa transmission et d'améliorer l’impact des campagnes de vaccination d'urgence.

L'analyse est parfois réalisée dans les laboratoires de centres américains de contrôle et de prévention des maladies, mais elle l’est de plus en plus souvent dans les laboratoires régionaux ou locaux -lorsque, par exemple, un échantillon de selles pakistanais est envoyé à un laboratoire pakistanais et analysé par un chercheur de ce même pays. 

La valeur de ces outils dépasse la seule poliomyélite. Le système de surveillance de la poliomyélite intègre progressivement le suivi d'autres maladies comme la grippe et la rougeole.

Le plan stratégique vise à s'assurer que les ressources mises en place pour la poliomyélite, et notamment les infrastructures de surveillance, ont aussi le plus grand impact possible sur d'autres priorités de santé publique.


La protection contre les pandémies

 
La technologie d'aujourd'hui n'est que le début. Les idées les plus récentes en matière de détection numérique des maladies - ou 'des indices venant des nuages'- ouvrent la voie à la détection et à la lutte  contre les virus d’une manière encore plus efficace.

Par exemple, en octobre 2011, l'American Public Health Association, HealthMap et le Skoll Global ThreatsFund ont lancé FluNear You, une initiative collaborative visant à suivre l'activité de la grippe aux Etats-Unis. Elle entre maintenant dans sa troisième saison et est ouverte à tous.
 
Nous avons eu un aperçu de ce que nous réserve l'avenir le mois dernier, lorsque des centaines d'innovateurs, d’épidémiologistes et d’ingénieurs se sont réunis au cours de la 2èmeConférence internationale sur la détection numérique des maladies, pour explorer la manière dont la technologie change les règles de jeu pour la collecte des informations sur les épidémies.

Le crowdsourcing fait partie des tendances qui émergent.

Le ministère de la Santé de Singapour et le Centre de recherche AggeuMagalhães de la Fondation Oswaldo Cruz, au Brésil, sont ainsi en train de rassembler les messages présents sur les médias sociaux pour chercher des épidémies émergentes ou de nouveaux symptômes de maladies telles que la dengue et la grippe.

Un groupe de personnes à l'Hôpital pour enfants de Boston, aux États-Unis, a contribué à la création de MedWatcher, un outil en ligne servant à suivre les attitudes et les doléances relatives aux médicaments, aux vaccins et aux dispositifs médicaux.

Et un autre groupe, InSTEDD (Innovative Support to Emergencies, Diseases and Disasters), encourage les citoyens dans des lieux tels que le Cambodge, à utiliser Verboice, un outil de réponse vocale interactive, pour signaler toute une gamme de problèmes de santé encore plus rapidement.
 
Le potentiel de ces innovations semble inépuisable.

La possibilité d'amener les populations à signaler directement ​​les problèmes de santé dans leur communauté fournit des économies d'échelle impossibles à atteindre avec l’approche traditionnelle de descente sur le terrain.


La dernière ligne droite
 

Avec  les progrès enregistrés en matière de surveillance, nous sommes mieux armés que jamais auparavant pour nous attaquer aux maladies, mais ces progrès ne suffisent pas.

Ils doivent être appuyés par la volonté politique de les utiliser de manière efficace.

En abordant la dernière ligne droite vers l’éradication de la polio, nous avons besoin à la fois de l'engagement et de la capacité d'agir sur les données réunies grâce à la surveillance.

Pour finir ce travail, il faut un niveau considérable de coordination nationale et mondiale.

Pendant des années, nous avons eu à notre disposition bon nombre d’outils permettant d’éradiquer la variole, mais ce n’est que lorsque le monde s'est engagé dans un programme mondial harmonisé pour détecter le dernier cas et vacciner chaque enfant que nous avons éliminé cette maladie en 1980.

Nous avons aujourd’hui l’opportunité et les outils pour le faire, une fois de plus, avec la poliomyélite.

Le plan stratégique est un plan détaillé d’activités nécessaires pour éradiquer la maladie.

Si le monde s’engage à le mettre en œuvre, nous pouvons achever le travail d'ici 2018.

Le monde doit monter au créneau et montrer ce qui est possible lorsque des chercheurs, des ingénieurs, des gouvernements, des militants et des innovateurs repoussent leurs limites et travaillent main dans la main.

Si l'engagement politique et le financement suivent le rythme de l'innovation continue, aucune maladie n'est trop importante pour être combattue.


Larry Brilliant est président et PDG du Skoll Global Threats Fund.
Il était auparavant vice-président de Google et directeur exécutif de Google.org et il a joué un rôle clé dans le programme d'éradication de la variole fructueusement mené en Inde par l'OMS. Vous pouvez le joindre sur Twitter
@larrybrilliant.

Mark Smolinski est directeur de Global Health Threats au Skoll Global Threats Fund.
Il dirigeait auparavant l'initiative « prévoir et prévenir »de Google.org et a supervisé l'élaboration d'un système de surveillance régional reliant Israël, la Jordanie et l'Autorité palestinienne, lorsqu’il dirigeait l’Initiative relative à la menace nucléaire.


Références

[1] Global Polio Eradication Initiative Polio Eradication & Endgame: Strategic Plan 2013-2018 (Global Polio Eradication Initiative, 25 April 2013)
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.