Rapprocher la science et le développement

La communication autour des conférences scientifiques
  • La communication autour des conférences scientifiques

Crédit image: Flickr/World Bank Photo Collection

Shares

Selon K.S. Jarayaraman, les conférences peuvent être une source de sujets de reportage à condition de bien se préparer, de faire des recherches et de se rapprocher des participants.

Les publications scientifiques étant généralement le moyen utilisé par les chercheurs pour diffuser les résultats de leurs travaux, elles sont également la principale source d'information pour les journalistes scientifiques. Mais les réunions et les conférences organisées par les chercheurs et les associations de chercheurs pour échanger sur les résultats de leurs travaux et présenter leurs projets en cours, constituent une autre source d’information. Celle-ci est surtout utile pour se documenter et planifier de futurs sujets de reportage.

Ne vous attendez pas à des scoops lors des conférences, ou encore à des sujets d'actualité majeurs. Elles ne sont que rarement l'occasion d'annoncer de grandes découvertes.

Même si elles ne donnent pas immédiatement lieu à des sujets de reportage, les conférences offrent l'occasion de renouveler d'anciens contacts et d'en former de nouveaux. Les contacts interpersonnels constituent la troisième meilleure source d'informations scientifiques.

Les conférences permettent de rencontrer et d'interviewer face à face les grands hommes de science. Qu'elles fournissent ou non des sujets de reportage, les conférences apportent aux journalistes scientifiques l’élément de formation dont ils ont constamment besoin pour rester informés et à jour.
 

Ne rien refuser


La couverture de telles conférences comporte ses défis propres, et il existe diverses techniques susceptibles d'être utilisées avant et après la conférence pour optimiser l'impact de votre travail.

Il faut établir un calendrier des événements à venir en visitant des sites Internet tels que EurekAlert et Alphagalileo, ainsi que ceux des associations professionnelles de votre pays, des académies de sciences et des universités.

Les réunions de scientifiques dans les universités ou les académies de sciences, les ateliers, les séminaires et les sessions de brainstorming peuvent être de bonnes sources d'informations puisque les scientifiques s'expriment beaucoup plus librement dans ces cadres privés. Faites vous inviter à ce genre d'occasions - la probabilité d'obtenir des 'scoops' ou des informations exclusives est plus grande lors de rencontres moins formelles que de grandes conférences.

Cherchez à savoir avant le début de la conférence si les débats sont confidentiels et si tous les participants sont informés de la présence d'un journaliste.

Soyez prêts à prendre part à tous types de conférences scientifiques car elles présentent toutes un intérêt. Il peut s'agir de conférences locales, régionales ou internationales – en fonction principalement de la nationalité des participants – et de différentes tailles.

Il est plus aisé de couvrir de petites réunions sur des sujets plus précis – par exemple les nanomatériaux, les cellules souches ou les biocarburants – étant donné qu'elles comportent généralement moins de sessions. 

La couverture de mégaconférences telles que l'assemblée générale annuelle de l'American Association for the Advancement of Science ou de la American Chemical Society (en 2008, 12000 chimistes ont pris part à cette rencontre, avec plus 9000 interventions et séances photos) nécessite d'être planifiée longtemps à l'avance, surtout si vous travaillez seul.

La couverture de certaines réunions peut être un véritable casse-tête. Par exemple, le Indian Science Congress, événement annuel qui s'étale sur une semaine, s'apparente davantage à une partie de plaisir pour des milliers de scientifiques - dont certains se font accompagner de leurs familles - qu'à une rencontre scientifique. Tirer un sujet de reportage de telles rencontres tient plus au hasard qu'à l'organisation. Mais ce genre de situation permet aussi de rencontrer au même endroit les plus importants décideurs du pays dans le domaine scientifique.
 

Inscription, recherche et recoupage de l'information


Le secret de la couverture réussie d’une conférence qu'elle soit petite ou grande – réside dans la préparation.

D'abord, cherchez à savoir s’il est nécessaire de vous inscrire afin de participer. Même en tant que journaliste vous ne pouvez pas simplement avoir accès libre à certaines conférences. Et vous seriez souvent bien inspiré de vous inscrire car c’est ainsi que vous recevrez les invitations aux banquets et dîners – où vous pouvez rencontrer les intervenants – ou encore une place dans un bus spécial pour une excursion.

Si vous descendez dans un hôtel pendant la conférence, il est préférable de choisir le même hôtel que les délégués pour accroître vos chances de rencontrer des personnes qu'il serait intéressant d'interviewer.

Ne vous rendez pas à une conférence sans vous munir d'une liste de sujets dont vous espérez qu'ils seront abordés lors de la rencontre. Tenez-vous en à un minimum de sujets, mais incluez tout sujet à controverses – tel que la fusion à basse température ou les cultures transgéniques – susceptible d'être débattu. 

Les listes des communications, des programmes et des intervenants sont généralement disponibles auprès des organisateurs ou sur les sites Internet des conférences. 

Lorsqu'ils sont disponibles, vous devez vous en servir pour choisir les sujets d'article, mener des recherches de fond pour vous permettre de faire l'état de la question objet de votre article, et préparer les questions à poser aux intervenants.

Un reporter entreprenant qui a des délais à tenir, fait le travail à 60 pour cent – et prépare une mouture de l'article – même avant que l'intervenant prenne la parole.

Il serait également bien pensé d'examiner les biographies des scientifiques qui présentent les principales communications et d'entrer en contact avec eux par téléphone ou par email pour organiser des interviews pendant la conférence. Un intervenant clé est très sollicité lors de la conférence, surtout par la télévision et la radio.

Même si vous maîtrisez bien la prise de notes, un magnétophone peut toujours être utile. Vous pourriez avoir besoin de citer de façon précise un orateur pressé d’attraper un vol après sa présentation et donc indisponible pour clarifier des propos tenus lors de l'exposé formel.

Il vaut mieux rédiger quelques bons articles avec des éléments de fonds et des commentaires provenant d'autres sources, plutôt que de nombreux articles de mauvaise facture peu susceptibles d'avoir un impact significatif.
 

Pendant la conférence


Utilisez au mieux le centre de presse de la conférence. En plus de l'organisation régulière de conférences de presse – susceptibles d'être la principale source de vos sujets de reportage – le centre de presse aide généralement les reporters à préparer des rencontres avec les intervenants clés.

Ne partez pas immédiatement à la fin des communications. Les sessions de questions-réponses, et les débats qui en découlent, offrent souvent un angle d'approche pour l'article, surtout si une question porte sur un point important que l'intervenant n'a pas abordé ou pousse un intervenant à exprimer des points de vue plus tranchés que ceux livrés lors de son exposé. 

Rapprochez-vous des intervenants lors de pauses-café, déjeuners et dîners qui sont autant d'occasions où circulent quelques indiscrétions et sujets à controverses peu susceptibles d'être abordés publiquement en séance plénière. Vous pouvez également obtenir des informations officieuses sur des événements nouveaux qui préoccupent les chercheurs et que vous pourrez suivre plus tard.

N'oubliez pas les séances ‘poster’; certaines peuvent vous donner des idées pour des sujets de reportage que vous aborderez plus tard.

Prêtez également attention aux points de vue exprimés par des manifestants ou des organisations non gouvernementales. En raison de leur importante couverture médiatique potentielle, ces intervenants choisissent souvent les grandes conférences pour faire entendre leur position sur des sujets à controverses tels que les changements climatiques ou les cultures OGM.  

Gardez un oeil sur les tableaux d'affichage et prêtez une oreille aux annonces pour éviter des surprises et des déceptions. Les points de presse imprévus, les annulations d'entretiens, le changement de lieu et de programme sont fréquents lors des conférences et pourraient perturber votre programme de travail.

Lors de grandes conférences, plusieurs sessions dignes d'intérêt peuvent se tenir simultanément dans deux salles différentes et il est probable que vous manquiez des sessions qui coïncident. Dans ce cas, rapprochez-vous des intervenants avant leurs exposés pour tenter d'obtenir un exemplaire de leur communication ou obtenir un entretien après la présentation.
 

La rédaction


Adaptez votre accroche à votre lectorat, qu'il soit national ou international, qu'il s'agisse de scientifiques ou du grand public.

Essayez de donner une perspective nationale à un sujet international. Cela pourrait amener votre rédacteur en chef à accorder une meilleure position à votre article. Par exemple, l'annonce de la découverte d'un vaccin contre la dengue lors d'une conférence internationale à New Dehli figurerait en première page d'un journal local si la conférence coïncide avec la saison des moustiques à Delhi. 

Une ligne ou deux sur un participant de haut vol ajouterait de la couleur à votre article et en améliorerait la lisibilité.

L'un des risques potentiels tient à la tentation de rapporter des nouvelles non recoupées qui seraient rejetées par un journal évalué par les pairs. Evitez de rapporter des promesses exagérées de scientifiques en mal de publicité, surtout si vous ne pouvez pas équilibrer votre article par des commentaires d'autres participants. Et insistez, le cas échéant, sur le fait que les résultats n'ont pas encore été publiés et ne sont, de ce fait, que des résultats préliminaires.

De même, lors de conférences financées par des entreprises privées ou des multinationales, faites attention aux communications destinées principalement à promouvoir leurs intérêts commerciaux et non porteurs d'une découverte scientifique nouvelle ou originale.

En conclusion, si vous aimez la science, cherchez à rencontrer des scientifiques de différentes nationalités, souhaitez améliorer vos connaissances ou vous initier sur des questions scientifiques, ne refusez aucune mission de couverture de conférence scientifique. Elles sont une abondante source d'idées de reportage à usage immédiat ou ultérieur.

Mais pensez à vous préparer avant d'entrer dans la salle de conférence: sinon vous aurez le sentiment d'être un bateau sans gouvernail en haute mer.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.