Rapprocher la science et le développement

  • Comment dénicher des sujets pour vos articles scientifiques

Marina Joubert explique comment trouver de bons sujets scientifiques, depuis l'utilisation des communiqués de presse à la mise en place de réseaux pour obtenir des exclusivités.

Les journalistes scientifiques ont constamment besoin d'idées pour de nouveaux articles. Lorsque le temps manque, il est tentant d'utiliser les communiqués de presse qui atterrissent sur le bureau Pour en tirer des articles. Le faire signifie risquer de passer à côté de beaucoup de sujets scientifiques fascinants mais aussi ignorer des événements et des questions qui doivent etre couverts. Il est vrai que quelques scoops peuvent lancer une carrière.

Alors voici la manière de procéder pour trouver des idées d'articles, depuis l'exploitation au maximum des communiqués de presse aux sources 'sortant des sentiers battus'.

Premier arrêt, les communiqués de presse

C'est sous ce format que les universités, les centres de recherche, les revues et de nombreuses autres organisations font circuler leurs nouvelles scientifiques. Il est facile de s'abonner à des agences de presse ou des sites internet pour les recevoir. Tous les journalistes utilisent les communiqués de presse. L'important est ce qu'ils en font.

Les journalistes scientifiques établis peuvent recevoir plus d'une centaine de communiqués de presse par jour -- leur travail consiste à choisir ceux auxquels ils vont s'intéresser.

Tout communiqué de presse a une raison d'etre. Une organisation peut vouloir souligner son rôle dans les travaux d'un scientifique. Une revue voudra mettre l'accent sur le travail 'révolutionnaire' qu'elle publie. Il faut évaluer l'interet des travaux pour votre auditoire. Il faut passer en revue la réputation du diffuseur, les succès dans le domaine de la recherche, les antécédents en matière de publication des experts cités et, surtout, la solidite des éléments présentés.

Un bon communiqué de presse doit orienter son lecteur vers le développement du sujet, mais charge a lui de pousser plus loin ses propres recherches, poser davantage de questions, vérifier les faits, utiliser des recherches analogues pour placer l'article dans son contexte et, si possible, y ajouter un point de vue local. Si le texte de l'article est directement tiré d'un communiqué de presse, il faut le citer tel quel.

Recopier les communiqués de presse mot pour mot, -- une pratique connue péjorativement sous le nom de 'churnalism' -- conduit à produire des articles dépourvus d'originalité, de contexte, de perspective, d'équilibre et de fond.

Par exemple, l'Université de Witwatersrand à Johannesburg, en Afrique du sud, a publié ce communiqué de presse sur un article dans Science portant sur la découverte d'une peinture vieille de 100 000 ans. John Yeld, un journaliste scientifique à The Cape Argus, l'a exploité pour aboutir à un article captivant alors que ce reportage dans The Times semble être copié directement du communiqué de presse.

Les communiqués de presse importants seront probablement destinés à tous les journalistes scientifiques de votre région, voire au-delà. La pratique du 'churnalism' est donc vite découverte et ne contribuera pas à redorer une réputation.

Trouver du temps pour parler

Chaque chercheur et chaque commentateur interviewé peut disposer d'informations sur de futurs travaux, il ne faut donc pas les considérer comme étant utiles uniquement pour un article précis. Il est important d'établir des relations avec les gens, et meme si cela demande du temps, cela se révèle etre souvent payant.

Lire les blogs et les tweets des chercheurs qui utilisent activement ces moyens de communication peut s'avérer être une excellente façon de suivre ce qu'ils disent sur leurs travaux en cours -- et observer les réactions des autres. Cela permet également de rendre compte du processus scientifique et des challenges auxquelles la science est confrontée et pas seulement rendre compte des résultats finaux.

Il est recommandé de fréquenter les scientifiques, en passant par les attachés de presse locaux pour assister à des événements médiatiques, à des journées portes ouvertes et à des conférences. Il est également recommandé de se concentrer sur des domaines scientifiques particuliers suivant l'intéret de chacun. Cela permet de se bâtir une réputation et publier des articles approfondis sur des sujets précis.

Après avoir noué une relation solide avec un scientifique, lui demander la permission de l'accompagner dans un de ses voyages d'études. Passer du temps avec des scientifiques 'sur le terrain' est l'un des meilleurs moyens d'approfondir vos connaissances.

A newsroom

Il est important de sortir de la salle de presse

Flickr/Ben McLeod

Entretenir de bonnes relations avec les attachés de presse des universités et d'autres organismes de recherche doit permettre d'accéder a des experts compétents à la veille d'échéances importantes. Avec le temps, il faut constituer une liste de chercheurs de confiance qui sont à l'aise dans les médias. Cette liste doit etre sans cesse augmentée de nouveaux noms afin de ne pas citer les mêmes experts à chaque reprise.

Une fois le contact noué avec les chercheurs, ces derniers peuvent vous recommander à des experts dans d'autres domaines, ou même vous faire des confidences sur des sujets appris grace au ' téléphone arabe'. Dans les pays en développement, le contact avec les experts locaux peut aider à produire des articles qui tiennent compte des sensibilités locales.  

Une fois le réseau de scientifiques et d'attachés de presse établit, il est primordial de cultiver le contact. Un simple e-mail ou appel téléphonique à l'occasion, pour les interroger par exemple sur leurs travaux en cours, peut suffire. L'objectif est qu'ils pensent à vous pour une exclusivité.

Mais ne vous transformez pas en 'pom-pom girl' sans esprit critique - il y a des limites à ne pas franchir. Il faut toujours rappeler que la fonction d'un journaliste consiste à mettre en doute toutes les informations et présenter tous les aspects d'un sujet. Vos sources doivent comprendre que vous servez d'abord et avant tout votre lectorat. Il se peut que vous soyez contraints de poser des questions sur l'éthique, la morale et les coûts de la recherche, et ses implications pour la société.

Leurs documents, vos articles

Les documents de recherche sont une source vitale de nouvelles scientifiques et peuvent faire l'objet d'articles que personne d'autre ne publierait. Si les organismes de recherche dans votre pays sont de mauvais communicants, les revues peuvent vous informer sur les derniers développements dans votre région.

Il semble difficile de suivre de près un nombre important de revues, mais bon nombre d'entre elles envoient des alertes e-mail ou des flux RSS qui contiennent les mises à jour, vous exonérant de l'obligation de retenir les dates des publications.

Cependant, personne ne pouvant suivre toutes les nouvelles scientifiques qui paraissent dans toutes les revues, il faudra apprendre a sélectionner les plus pertinentes.

Toutes les revues ne sont pas de qualité égale et les travaux scientifique science à 'grand succès' sont presque toujours publiés dans de grandes revues comme Nature et Science. En revanche, pour ceux qui travaillent pour un organisme spécialisé ou concentrent leur centre d'intéret sur la science locale, c'est dans de plus petites revues qu'ils trouveront les meilleurs articles. Avec le temps il faudra apprendre à connaître les revues utiles et celles qui le sont moins.

Demandez à des experts compétents de vous recommander des revues, et renseignez-vous sur la possibilité de recevoir de ces dernières des alertes e-mail ou des communiqués de presse.

Demandez également aux chercheurs de vous tenir informé de leurs publications et de leurs lectures. Gardez à l'esprit que leur conception de l'intérêt médiatique peut être différente de la vôtre, mais si vous pouvez communiquer ce que vous êtes après, vous pouvez avoir un avantage.

Journals

Suivre de nombreuses revues semble très difficile, mais il existe des moyens pour sélectionner celles qui sont les plus appropriées pour vous

Flickr/ cudmore

La lecture des résumés des communications est presque toujours libre, elle vous donne une idée de leur intérêt médiatique. Mais si vous utilisez vraiment l'article, lisez l'ensemble de la revue. Les résumés ne vous informeront pas sur les implications quand les communiqués de presse peuvent exagérer l'importance, voire donner une interprétation erronnée des résultats.

Lorsque vous devez évaluer tout seul l'importance d'un document de recherche, prenez vos précautions. En cas de doute, demandez l'avis d'un chercheur étranger au document. Il est possible qu'il dise que les méthodes de recherche sont erronées ou que les résultats auront peu d'impact, ce qui vous obligera à repenser son intérêt médiatique.

Les journalistes disposent généralement toujours des articles complets Dans le cas contraire, les chercheurs fournissent des preuves. Pour trouver des documents en libre accès, les ressources sont nombreuses, telles que l'Open Science Directory, le Directory of Open Access Journals, l'Open Directory Project et Pubmed Central.

D'autres sites web peuvent ne pas donner de documents en libre accès, mais fournir des bases de données complètes. ScienceDirect, JSTOR et Pubmed sont quelques-uns des plus populaires, tandis que Scirus abrite également des informations sur les chercheurs et les institutions.

Faites preuve de transparence. Si vous écrivez pour le web, fournissez un lien vers l'article original. Si non, citez au moins la revue et les chercheurs, pour que les lecteurs puissent les trouver par eux-mêmes.

Rappelez-vous également qu'une publication peut n'etre parfois que la première de plusieurs autres articles scientifiques. Contactez le chercheur et interrogez-le sur l'évolution de ses travaux, et vérifiez si d'autres scientifiques citent le document au fil du temps.

Mettez à profitez les conférences

Les conférences scientifiques peuvent fournir une 'qccroche pertinente pour les informations', en faisant figurer la science dans les bulletins d'information. Alors que les exposés présentés lors des conférences ne sont pas nécessairement évalués par les pairs (pour l'instant), ils sont dans le domaine public (sauf si la réunion n'est pas ouverte au public et aux médias), et vous pouvez en faire le compte-rendu.

Lisez les conseils de SciDev.Net sur La communication autour des conférences scientifiques pour avoir des idées sur la préparation d'une grande réunion. Si vous souhaitez obtenir des exclusivités, prenez également part à de plus petites réunions. Et les pauses café et déjeuner peuvent offrir des opportunités d'échanges avec les meilleurs chercheurs du monde présents dans votre pays le temps d'un bref séjour.

Cameraman with press pass

Carte de presse: tirer le meilleur parti de la carte de presse pour les conférences et les réunions

Flickr/quinn.anya

N'allez pas uniquement à de grandes conférences. Les médias sont souvent invités à de plus petites réunions et même si celles-ci ne vont pas nécessairement faire l'objet de scoop, elles offrent un contexte et des contacts utiles, et permettent d'observer ce qui se passe au sein de communautés scientifiques spécifiques.

Une autre façon de suivre l'actualité dans les domaines scientifiques prioritaires consiste à contrôler la destination d'importantes subventions, les programmes de recherche nouvellement financés et les lauréats des prix scientifiques. Les commentaires (et parfois les spéculations) avis des chefs des organismes de financement de la science et les décideurs politiques scientifiques au sein du gouvernement, des académies et des sociétés sont également précieux pour comprendre les nouveaux défis, les tendances et les initiatives.

Une carrière bâtie sur la crédibilité

Partout où vous glanez des idées pour vos articles, il est capital que vous conserviez votre crédibilité. Vérifiez toujours les faits, qu'ils proviennent de communiqués de presse, de bulletins d'informations, de documents universitaires ou de documents politiques. Veillez toujours, dans la mesure du possible, à donner les sources afin d'assurer la transparence et permettre à vos lecteurs, auditeurs et visiteurs de trouver la source principale. Cela leur permettra de faire des vérifications et d'obtenir de plus amples informations.

Vous ne pouvez qu'etre gagnant sur la durée auprès de votre public et des chercheurs en adoptant ces méthodes de travail, qui allient une passion pour la science et une réputation pour des reportages objectifs, équilibrés et précis. C'est important. Etre reconnu comme un journaliste scientifique sérieux peut vous permettre d'etre le premier informé des derniers développements passionnants dans le domaine de la science.

Marina Joubert est une communicante scientifique basée à Pretoria, en Afrique du sud.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.